[94] Val de Marne n°328 novembre 2015
[94] Val de Marne n°328 novembre 2015
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°328 de novembre 2015

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général du Val-de-Marne

  • Format : (230 x 285) mm

  • Nombre de pages : 56

  • Taille du fichier PDF : 16,4 Mo

  • Dans ce numéro : le département se mobilise !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 22 - 23  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
22 23
PELLICAM 22 REPORTAGE CONSTRUIRE LE VAL-DE-MARNE Puits de production qui extrait l’eau à 1800 m de profondeur GÉOTHERMIE Centrale de géothermie récupère la chaleur de l’eau et la transfère vers le réseau JUR Eau de la nappe à +74°c Dans le cadre de la transition énergétique, le Val-de-Marne poursuit l’essor de son réseau de chauffage urbain par géothermie. Voyage au cœur de la centrale de la Semhach à Chevilly- Larue qui, avec celles situées à L’Haÿ-les-Roses et prochainement à Villejuif, alimente l’un des plus grands réseaux d’Europe. Puits de réinjection Réintroduit l’eau refroidie qui se réchauffe lentement au contact de la roche Réseau de chauffage urbain Aquifère profond Mana r VAL-DE-MARNE en, nuement 1114i CLIMAT Quand l’énergie de la terre tient chaud Se chauffer sans brûler la terre  : voilà le principe de la géothermie, dont le réseau en Val-de-Marne peut se targuer d’être l’un des plus gros d’Europe. Avec dix-sept centrales sur son territoire, le département alimente en effet pas moins de 80 000 logements en chauffage et eau chaude. Parmi ces installations géothermales, celles de Chevilly- Larue. Exploitée depuis trente ans par la Semhach, cette centrale a fait l’objet d’importants travaux cet été. « Nous avons fait le choix de rénover les installations avec des tubes en fibre de verre, explique avec beaucoup de pédagogie Michel Andrès, directeur de la société d’économie mixte. C’est une première en France. Bien qu'elle soit plus coûteuse que l’acier, cette technique va prolonger la durée de vie du site et minimiser son impact sur l’environnement. » Des travaux identiques ont d’ailleurs été réalisés dans la commune voisine de L’Haÿ-les- Roses. À elles deux, ces exploitations permettent ainsi de chauffer 60 000 personnes chaque hiver. Et l’an prochain, ce sont 10 000 logements supplémentaires qui seront reliés au réseau avec l’ouverture d’une centrale à Villejuif. « La Semhach compte aujourd’hui 60% d’énergie renouvelable, proportion qui montera à 75% grâce à ce nouveau puits », souligne le dirigeant. Une énergie renouvelable et économe L’eau géothermale extraite du sous-sol n’est pas directement distribuée aux utilisateurs. Trop corrosive, seule sa chaleur est en effet récupérée. Mais alors, comment fonctionne concrètement la centrale géothermique ? « Le sous-sol se compose de couches géologiques naturellement chaudes  : plus on s’enfonce dans les profondeurs, plus la température augmente, avance Michel Andrès. En premier lieu, le puits de production extrait ainsi l’eau de la nappe (à 74°C), à 1 800 mètres de profondeur. L’eau est ensuite remontée à la surface jusqu’à l’échangeur thermique. »
Après 30 ans d’exploitation, la Semhach a rénové le forage de la centrale avec des tubes en fibre de verre, une première en France. Opération de maintenance sur une turbine à gaz de la centrale de cogénération. « L’énergie géothermique est renouvelable et respecte les équilibres fragiles qui régissent les aquifères souterrains. » Michel Andrès, directeur de la Semhach. Grâce à ses plaques de titane, cet échangeur permet ensuite le transfert de la chaleur de la boucle géothermale vers l’eau du réseau. Et ce, sans que les fluides ne se mélangent. Dernière étape avec le puits de réinjection. C’est lui qui réintroduit l’eau refroidie, à une distance de 1 200 à 1 500 mètres du premier puits (de production), afin d’éviter le refroidissement de la nappe au niveau du site d’extraction. Cette eau va se réchauffer, être de nouveau extraite, etc. « La boucle est bouclée  : l’énergie géothermique est ainsi renouvelable et respecte les équilibres fragiles qui régissent les aquifères souterrains », continue Michel Andrès. Au final, ce sont les 160 sous-stations installées dans les bâtiments de Chevilly-Larue, L’Haÿles-Roses et Villejuif qui livreront la chaleur dans les habitations. À noter que, par temps très froid, les chaufferies prennent parfois la relève. Réparties sur 23 km de réseau, ces chaudières (ou centrales de cogénération) servent ainsi d’appoint. L’énergie géothermique, sur un département densément urbanisé comme le Val-de-Marne, a de nombreux atouts. « C’est une énergie renouvelable, car issue de la chaleur naturellement présente dans le sous-sol », conclut en s’époumonant Michel Andrès. Ne produisant ni gaz à effet de serre, ni poussières, elle ne pollue pas non plus. Elle favorise par ailleurs l’économie locale  : si les investissements de départ sont en effet très élevés, les coûts d’exploitation sont plus faibles par la suite. Sa production nécessite d’ailleurs souvent le maintien d’emplois locaux. Enfin, l’énergie géothermale est économique  : les prix de vente de la chaleur sont en moyenne inférieurs de 30% par rapport aux énergies fossiles. MYLÈNE SACKSICK M. LUMBROSO SEMHACH Tête de puits du forage géothermique de production de la centrale. LE VAL-DE-MARNE  : CHAMPION DE LA GÉOTHERMIE La Semhach (Société d’économie mixte locale) associe collectivités et utilisateurs pour la gestion et l’exploitation du réseau géothermique. Elle est présidée par Stéphanie Daumin, maire de Chevilly- Larue. Le département, avec ses 17 centrales, occupe le premier rang au niveau national avec près de 40% de la production française d’énergie géothermique. Cette énergie renouvelable alimente en chauffage et eau chaude 80 000 logements sur 16 communes et permet d’éviter chaque année l’émission de 200 000 tonnes de gaz à effet de serre. À titre d’exemple, le réseau de chaleur qui dessert L’Haÿ-les-Roses, Chevilly-Larue et Villejuif ne cesse de se développer, avec 29 000 équivalents REPORTAGE 23 CONSTRUIRE LE VAL-DE-MARNE M. LUMBROSO logements raccordés. Exploité par la Semhach, il se compose de deux centrales de géothermie  : l’une à L’Haÿ-les-Roses, l’autre à Chevilly. Toutes deux viennent de subir d’importants travaux de rénovation. Et d’ici l’été prochain, une troisième centrale ouvrira ses portes à Villejuif, alimentant 10 000 logements supplémentaires. La mise en service du réseau de chaleur d’Arcueil-Gentilly (Argéo) a eu lieu mi-octobre. D’une longueur de 13 km, il a la capacité d’alimenter 10 000 équivalents logements en chauffage et en eau chaude. Argéo permettra d’éviter le rejet de 14 600 tonnes de CO 2 par an. L’énergie ainsi utilisée, indépendante des fluctuations du prix du pétrole, garantit un prix stable pour les abonnés. LE MAGAZINE DU DÉPARTEMENT N°328 NOVEMBRE 2015



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


[94] Val de Marne numéro 328 novembre 2015 Page 1[94] Val de Marne numéro 328 novembre 2015 Page 2-3[94] Val de Marne numéro 328 novembre 2015 Page 4-5[94] Val de Marne numéro 328 novembre 2015 Page 6-7[94] Val de Marne numéro 328 novembre 2015 Page 8-9[94] Val de Marne numéro 328 novembre 2015 Page 10-11[94] Val de Marne numéro 328 novembre 2015 Page 12-13[94] Val de Marne numéro 328 novembre 2015 Page 14-15[94] Val de Marne numéro 328 novembre 2015 Page 16-17[94] Val de Marne numéro 328 novembre 2015 Page 18-19[94] Val de Marne numéro 328 novembre 2015 Page 20-21[94] Val de Marne numéro 328 novembre 2015 Page 22-23[94] Val de Marne numéro 328 novembre 2015 Page 24-25[94] Val de Marne numéro 328 novembre 2015 Page 26-27[94] Val de Marne numéro 328 novembre 2015 Page 28-29[94] Val de Marne numéro 328 novembre 2015 Page 30-31[94] Val de Marne numéro 328 novembre 2015 Page 32-33[94] Val de Marne numéro 328 novembre 2015 Page 34-35[94] Val de Marne numéro 328 novembre 2015 Page 36-37[94] Val de Marne numéro 328 novembre 2015 Page 38-39[94] Val de Marne numéro 328 novembre 2015 Page 40-41[94] Val de Marne numéro 328 novembre 2015 Page 42-43[94] Val de Marne numéro 328 novembre 2015 Page 44-45[94] Val de Marne numéro 328 novembre 2015 Page 46-47[94] Val de Marne numéro 328 novembre 2015 Page 48-49[94] Val de Marne numéro 328 novembre 2015 Page 50-51[94] Val de Marne numéro 328 novembre 2015 Page 52-53[94] Val de Marne numéro 328 novembre 2015 Page 54-55[94] Val de Marne numéro 328 novembre 2015 Page 56