[93] Seine Saint-Denis n°82 septembre 2019
[93] Seine Saint-Denis n°82 septembre 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°82 de septembre 2019

  • Périodicité : bimensuel

  • Editeur : Conseil Général de la Seine-Saint-Denis

  • Format : (195 x 280) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 7,3 Mo

  • Dans ce numéro : des collèges de qualité pour une rentrée au top.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 30 - 31  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
30 31
De la poudre au parc En vous promenant dans le parc départemental de la Poudrerie une chaude journée d’été, vous appréciez l’ombre offerte des chênes deux fois centenaires. Chemin faisant, vous remarquez des rails dans les sous-bois et aussi de grandes buttes de terre, sans compter ces grands bâtiments à l’architecture classique du 19 e siècle. Pas de doute, ce parc a eu une autre vie avant… Par Georges Makowski Illustrations Musée technique des poudres de l’Armement René-Amiable 27 décembre 1865, par un décret impérial, Napoléon III crée la Poudrerie nationale de Sevran. La fabrication de poudres civiles est alors une manne pour le Trésor. Le site sevranais convient tout à fait  : de grands arbres – vestiges de la grande forêt de Bondy – pour ralentir le souffle d’une éventuelle explosion ; suffisamment isolé des grandes concentrations urbaines mais pourtant proche de la capitale pour permettre aux responsables parisiens de s’y rendre via la nationale 3 ; le chemin de fer permet d’acheminer les matières premières et d’expédier la production tandis que le canal de l’Ourcq fournit l’eau. Cette usine fait place à la modernité. Pour la première fois, l’énergie nécessaire est fournie par deux machines à vapeur de 60 chevaux chacune. Cette technologie offre des capacités de développement industriel bien supérieures à l’énergie hydraulique jusqu’alors employée. C’est à ce système que l’on doit la disposition en éventail des ateliers de production, 30 N°82 SEPTEMBRE 2019 SEINE-SAINT-DENIS encore visible aujourd’hui. Chacun d’eux est relié à la centrale thermique par un ensemble de câbles métalliques qui transmettent la force motrice. Et chaque atelier est séparé des autres par des merlons, ces grandes buttes de terre que vous aviez remarquées lors de vos promenades. Elles doivent limiter le souffle d’une explosion, tout comme les mares doivent prévenir les risques d’incendie. L’architecture des bâtiments est marquée aussi par ce souci de sécurité. Certains, abritant des dépôts de poudre, sont construits de façon à se disloquer facilement en cas d’explosion tandis que d’autres comportent une partie légère et un mur fort en arc-boutant pour protéger les ouvriers. Après la défaite face aux Prussiens, Sevran produit également des poudres à usage militaire et devient terrain d’expérimentation pour l’armée et la Marine nationale. Au nord du canal, on établit un champ de tir au canon. Alfred Nobel l’utilisa pour y tester sa poudre à la nitroglycérine.
Sevran est aussi un lieu d’enseignement. Des ingénieurs poudriers y étaient formés depuis 1897 ainsi que des ouvriers poudriers dans une école d’apprentissage ouverte en 1939. Ici des apprentis ajusteurs en 1950. Mémoire La Commission des substances explosives s’y installe, qui guide l’administration dans l’emploi et la fabrication des explosifs à usage militaire et industriel. En 1885, Sevran est la première usine à produire la poudre B sans fumée, une innovation majeure. Le site s’agrandit encore jusqu’aux dimensions d’aujourd’hui pour répondre aux besoins de la Première Guerre mondiale. Chaque jour, 3 000 employés produisent jusqu’à 12 tonnes de poudre B. Après-guerre, les effectifs se stabilisent à 600 personnes. Les ouvriers travaillent souvent en famille et pour les loger, on construit  : avenue de la Poudrerie à Livry-Gargan, à Vaujours (rue Paul-Vieille), Villepinte (boulevard Jacques-Amyot) et Sevran (rue du Docteur-Roux). Dans les années 1950, la Poudrerie se lance également dans les propulseurs à poudre pour roquettes et fusées, nouvelles fabrications impulsées par le Laboratoire de balistique installé à Sevran en 1945.Mais en 1969, la décision est prise de fermer le site. Décision effective en 1973. On décide alors d’y créer un espace vert et les travaux sont confiés à l’Office national des forêts. En 2006, le site a reçu le label Natura 2000. Depuis 2012, le Département de Seine-Saint-Denis gère le parc de la Poudrerie, et en 2018 il a lancé un Projet d’avenir du parc forestier de la Poudrerie 2018-2022 d’un montant de 8,5 millions d’euros, pour que les habitants puissent, en pleine ville, profiter de l’ombre des chênes, des grandes prairies, des jeux… Participez à l’amélioration de votre parc ! Vous aimez votre parc ? Vous voulez l’embellir encore ? Alors participez à la campagne de crowdfunding (financement participatif) qui est lancée le week-end des Journées européennes du patrimoine (21 et 22 septembre). Jusqu’au 31 décembre 2019, pour chaque euro que vous verserez, la Fondation du patrimoine s’engage à en verser le double ! Cette Fondation va financer la rénovation de trois bâtiments du parc de la Poudrerie (l’ancien magasin à poudres, l’ex-laboratoire d’épreuves et la grande halle) pour un montant de 200 000 euros. La collecte se poursuivra jusqu’en 2022. Pour tout savoir, rendez-vous sur  : ssd.fr/parcsinfo Erratum. Dans l’article sur les murs à pêches de Montreuil, de notre dernière édition, Monsieur de la Quintinie était responsable du potager du roi Louis XIV et non Louis XVI. N°82 SEPTEMBRE 2019 SEINE-SAINT-DENIS 31



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :