[93] Seine Saint-Denis n°81H jui/aoû 2019
[93] Seine Saint-Denis n°81H jui/aoû 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°81H de jui/aoû 2019

  • Périodicité : bimensuel

  • Editeur : Conseil Général de la Seine-Saint-Denis

  • Format : (195 x 280) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 8 Mo

  • Dans ce numéro : destination voyages pour 50 000 collégiens et collégiennes.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 24 - 25  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
24 25
Ils et elles font la Seine- Saint-Denis C’est vraiment bien, ces voyages Odyssée Jeunes  : ça permet aux élèves d’apprendre mieux et ça leur ouvre l’esprit. » Françoise Huguier, photographe
Françoise Huguier Rendez-vous avec l’Histoire Un goût pour la provocation. Un prix World press photo. Un destin exceptionnel. L’immense photographe Françoise Huguier s’est rendue à Berlin avec des collégiens de Bobigny. Un voyage scolaire Odyssée Jeunes fort en émotion. Vous connaissiez Odyssée Jeunes ? Non, mais c’est vraiment bien. Quand on parle de la Shoah ou de la guerre de 40 à l’école c’est complètement abstrait. Le voir de près, c’est très efficace, c’est mieux qu’en classe. A mon avis, les collégiens vont s’en souvenir et apprendre beaucoup mieux. Là, ils ont tout retenu. Tout. Et puis ce type de voyage leur ouvre l’esprit. D’ailleurs, comment vous êtes-vous présentée à eux ? J’ai été au collège plusieurs fois, voir les élèves et les professeurs, à Bobigny. Je leur ai dit  : « Je vais vous raconter une histoire ». Quand je leur ai dit que j’avais été faite prisonnière des Vietminh à l’âge de 8 ans avec mon frère dans la jungle pendant huit mois, les élèves étaient un peu scotchés. Je leur ai expliqué que c’était pendant la colonisation. Vous l’aviez déjà dit à des enfants ? Non. C’était la première fois. Avant d’écrire mon livre, même mes Propos recueillis par Isabelle Lopez Photographie Nicolas Moulard « J’aime beaucoup savoir l’histoire des gens. » copains photographes de l’agence VU’ne le savaient pas. Je n’en parlais pas. Comment l’ont vécu les enfants ? et vous qui avez été prisonnière dans un camp ? C’est vrai qu’en arrivant à Berlin, j’ai trouvé ça très lourd. Eux beaucoup moins. C’est petit à petit qu’ils ont réalisé, surtout dans le camp. Gazer les gens  : ils ne croyaient pas qu’on les emmenait en leur disant qu’ils allaient prendre une douche et qu’on gazait aussi les enfants. Ces enfants vous ont-ils surpris ? Oui par leur curiosité et leur enthousiasme. La visite du camp les a passionnés, celle du Film Park les a amusés. Concernant le mur de Berlin, ils ne voulaient pas croire qu’il y avait deux murs  : un mur, un No man’s land et un autre mur. Étaient-ils prêts au voyage ? Oui très préparés. C’est grâce au dispositif qui est bien rodé, et au travail des professeurs en amont. Vous êtes-vous reconnue en eux ? J’ai été élevée aux Oiseaux chez les bonnes sœurs, alors ce n’est pas le même genre. Mais je me suis reconnue car il y en avait qui étaient résistantes et moi, j’ai toujours été résistante. J’ai été formée par les Vietminh*. Pour vous le voyage c’est forcément l’autre ? Si comme photographe, je m’intéresse à d’autres pays, c’est parce que j’ai connu une culture différente quand j’étais petite  : les Vietnamiens et les Cambodgiens. Voyager enfant donne le goût du voyage et le goût des autres. Moi, les familles autour de Paris ou à Deauville m’intéressent tout autant que celles de Sibérie ou d’Afrique. J’aime aller chez les gens. J’aime connaître leur histoire. Ça m’intéresse. *Groupes de résistants vietnamiens créés dans les années 40 contre l’occupation française ssd.fr/mag/c81/2055 N°81 JUILLET-AOÛT 2019 SEINE-SAINT-DENIS 25



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :