[93] Seine Saint-Denis n°80 mai 2019
[93] Seine Saint-Denis n°80 mai 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°80 de mai 2019

  • Périodicité : bimensuel

  • Editeur : Conseil Général de la Seine-Saint-Denis

  • Format : (195 x 280) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 7 Mo

  • Dans ce numéro : le tramway T1 gagne du terrain.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 18 - 19  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
18 19
Service public Ce dispositif vise à diminuer les situations précaires de personnes sans domicile, en leur proposant d’emblée un logement pérenne plutôt qu’un hébergement d’urgence. Reportage avec les premiers bénéfi ciaires. 18 N°80 MAI 2019 SEINE-SAINT-DENIS PERSONNES SANS DOMICILE Logement d’abord, le début d’une nouvelle vie Passé le round d’observation, Yassin, 3 ans, nous montre la moto Spiderman qui trône dans sa chambre et Aïcha, 2 ans, son nounours rose. Ils viennent d’emménager avec leur maman Kanza dans leur nouvel appartement, d’où l’on aperçoit les étendues vertes du parc départemental de La Courneuve. Depuis quelques semaines, Kanza Taouil est en effet l’une des premières bénéficiaires en Seine-Saint-Denis du programme national Logement d’abord, auquel le Département participe financièrement. Le principe  : proposer à des personnes sans domicile ou en situation de logement précaire Par Christophe Lehousse Photographie Nicolas Moulard une solution pérenne plutôt qu’un hébergement d’urgence. C’est le cas de la famille Taouil  : après deux ans de nuitées d’hôtel à Poissy attribuées par le 115 (le Samu social), les voici locataires, après un contrat signé avec le bailleur social Seine-Saint-Denis habitat. Assise sur l’une des chaises qu’elle vient d’acheter pour meubler l’appartement, Kanza Taouil est visiblement soulagée  : « Maintenant, je suis à l’aise. A Poissy, ce n’était pas toujours facile parce que c’était loin de chez ma sœur, qui vit en Seine-Saint-Denis. Et puis, nous étions tous dans la même chambre. Là, les enfants ont leur chambre, j’ai la mienne, on est bien... »
« Le but est que les bénéficiaires accèdent à un maximum d’autonomie » Le dispositif prévoit aussi un accompagnement social qui peut aller jusqu’à 18 mois. Selon une fréquence définie par l’urgence sociale, des travailleurs sociaux viennent ainsi régulièrement faire le point avec les bénéficiaires sur leurs besoins et leur situation administrative. « Notre accompagnement se veut le plus global possible  : demandes d’aides financières, compréhension des factures, insertion sociale et professionnelle, santé… Le but est de parvenir au maximum d’autonomie pour les bénéficiaires », détaille Marine Cavalier, travailleuse sociale de passage chez Kanza Taouil ce jour-là. Déjà expérimenté au Canada et dans certains pays scandinaves, le dispositif a donné de bons résultats, empêchant notamment des familles de retomber dans la précarité. En Seine-Saint-Denis, il est encore trop tôt pour évaluer l’efficacité de la mesure mais David Ferrag, coordinateur de la plateforme Interlogement 93 chargée d’attribuer les logements, est plutôt optimiste  : « Ce programme peut constituer une bonne alternative au Samu social, complètement saturé. Et puis, rentrer dans un centre d’hébergement est toujours compliqué pour les familles  : c’est une forme de carcan qui a des bénéfices mais qui peut aussi générer l’impression d’un manque de liberté. » A terme, 150 ménages doivent bénéficier de Logement d’abord en Seine-Saint-Denis en 2019, puis 100 ménages supplémentaires en 2020. La difficulté étant de trouver des partenaires jouant le jeu  : des accords ont pour l’instant été signés avec Seine-Saint-Denis habitat et d’autres bailleurs sociaux. « On essaie aussi de développer l’intermédiation locative, un mécanisme de garantie financière qui assure une solvabilité à un propriétaire privé », ajoute Lolita Agati, en charge de l’application du programme au Département. Sur les 1,5 million d’euros dégagés pour Logement d’abord en 2019, 40% seront financés par le Département. Bailleurs sociaux ou privés, si vous êtes intéressés par une collaboration avec le dispositif Logement d’abord, merci d’écrire à  : logementsolidaire@seinesaintdenis.fr EN CHIFFRES LOGEMENT D’ABORD, c’est un dispositif national lancé en 2018 ayant sélectionné 24 collectivités, dont la Seine-Saint-Denis. L’approche Logement d’abord vise à orienter durablement les personnes sans domicile vers un logement grâce à un accompagnement social adapté et pluridisciplinaire. 150 MÉNAGES BÉNÉFICIAIRES en 2019 - 100 ménages supplémentaires en 2020 1,5 MILLION D’EUROS sont débloqués pour l’année 2019. « Le point de vue de... Nadège Abomangoli Vice-présidente chargée de la politique de l’habitat et de la sécurité publique En Seine-Saint-Denis, la problématique du mal-logement est, pour nous, une véritable priorité quand nous savons qu’1 ménage sur 4 expulsé de son logement en Île-de-France habite le département. Nous envisageons le Logement comme véritable base de l’insertion sociale et professionnelle pour chaque individu. Il semblait donc évident que le Département s’investisse dans le dispositif Logement d’abord. C’est avec détermination et une conviction profonde que nous travaillons au quotidien, avec les différents acteurs du logement, pour améliorer la prise en charge des Séquano-dionysiens les plus fragiles. La Seine-Saint-Denis doit être porteuse d’innovations en la matière afin de répondre comme il se doit aux nouveaux défis économiques et sociaux. N°80 MAI 2019 SEINE-SAINT-DENIS 19



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :