[93] Seine Saint-Denis n°78 mars 2019
[93] Seine Saint-Denis n°78 mars 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°78 de mars 2019

  • Périodicité : bimensuel

  • Editeur : Conseil Général de la Seine-Saint-Denis

  • Format : (195 x 280) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 7,6 Mo

  • Dans ce numéro : l'agriculture urbaine gagne du terrain.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 26 - 27  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
26 27
BABETH JOINET Elle rappe en chœur Orelsan, Damso, Kery James plutôt que Jean Ferrat ou Georges Brassens… Quand Babeth Joinet a créé en novembre dernier Crewrâle 93, une chorale montreuilloise qui reprend des titres de rap, elle craignait de faire chou blanc tant « le pari était osé », selon elle. Mais le bouche-à-oreille a fait son œuvre et le projet finit par attirer en seulement quelques semaines une trentaine de chanteurs, aussi débutants que confirmés, qui se réunissent tous les jeudis soir… dans le salon de Babeth, en attendant la salle que lui mettra bientôt à disposition la mairie de Montreuil. Pour « ajouter une base rythmique et donner un peu plus d’épaisseur » à son entreprise, cette cheffe de chœur expérimenté s’est entourée du beatboxer Alexandre Zacsongo, dont la large palette de sonorités fait mouche. En mars, l’équipage se produira au bar l’Escale de Montreuil. Haut les chœurs ! G. R. ssd.fr/mag/c78/1883 « Monter une chorale consacrée au rap est aussi une manière de rendre hommage à la Seine-Saint-Denis où ce genre musical fait déjà partie du patrimoine. » 26 N°78 MARS 2019 SEINE-SAINT-DENIS Elles font la Seine-Saint-Denis ssd.fr/mag/c78/1876 « J’ai toujours aimé Auber 93, leur maillot est trop beau ! » KRISTINA NENADOVIC La princesse et la Petite Reine Deux titres de championne de France cadette sur piste, une victoire en Coupe de France sur route... Le CS Villetaneuse a bien formé Kristina Nenadovic ! Mais à 17 ans, alors qu’elle intègre le pôle espoirs de Bourges, il lui fallait une structure plus grande. « J’ai contacté Saint Michel – Auber 93, leur équipe senior est en division nationale. » Kristina aura certainement un peu de mal cette première année  : « Les courses cadettes ne dépassent pas les 80 km, là on sera vers les 100... » En tout cas, sur piste la vitesse est là, elle vient de gagner une épreuve Next Generation face aux meilleures jeunes européennes. Kristina bénéficie de l’aide Génération 2024 du Département  : « C’est génial, ça va soulager un peu ma mère qui m’aide beaucoup. Les JO 2024, ce serait super mais il y a encore beaucoup de travail... » G. M. NATTY NGOY MUTUBILA La mode bien aiguillée Natty Ngoy Mutubila, 35 ans, s’est lancée en 2015 dans le secteur de la mode, sa passion, « sans vouloir forcément tout révolutionner mais avec l’idée de le faire positivement ». Une exigence qui a amené cette Montreuilloise d’adoption à créer en 2015 Inaden, « une marque d’accessoires Made in Africa qui s’engage à valoriser une chaîne de production africaine ». Ses produits de maroquinerie (sacs, ceinture, pochettes) sont vendus dans une cinquantaine de points de vente. Pour cela, elle collabore avec un atelier en Éthiopie, pays réputé pour son cuir de chèvre. « Je ne dis pas qu’on va sauver l’Afrique avec nos sacs mais je fais en sorte d’assurer des conditions de travail dignes à nos employées. » Une philosophie qui lui a valu d’être finaliste en 2018 de Créatrices d’avenir, les trophées de l’entrepreneuriat en Île-de-France. Un « encouragement à persévérer », juge celle qui est également ambassadrice de la marque territoriale In Seine-Saint-Denis. F. H. « En Seine-Saint-Denis, il y a une énergie d’entreprendre, c’est un territoire où on peut oser se lancer parce qu’on est soutenu. Et c’est ce qui amène un vrai dynamisme. »
Ma Seine-Saint-Denis L’école de mes enfants On s’est mobilisés avec les parents d’élèves pour demander la fermeture de l’usine de la Snem située à trente mètres de l’école Jules-Ferry 1, qui utilisait du chrome VI. Et maintenant nous sommes mobilisés sur la cantine scolaire. Depuis deux ans, ce combat fait partie intégrante de mon quotidien. C’est un deuxième travail ! En Seine-Saint-Denis, les luttes sont possibles. Cela me plaît beaucoup que des groupes, non constitués, non identifiables, puissent arriver à leurs fins en tirant leur force de leur diversité. ssd.fr/mag/c78/1893 En cinq dates 1971 Naissance à Paris 1988 Travaille au cirque Archaos 1996 Joue une barman dans Chacun cherche son chat de Cédric Klapisch 2010 Vit à Montreuil 2018 Joue dans Grâce à Dieu de François Ozon Le Conservatoire Un lieu où, entre deux cours, on a plaisir à passer du temps. Mes enfants le fréquentent. L’architecture est incroyable. Aujourd’hui, la place est davantage un lieu de passage. Mais on aime à s’y retrouver, à y perdre du temps, à y discuter, à y ronchonner. On aime se plaindre, au conservatoire, de nos vies. Aurélia Petit Elle joue dans le dernier fi lm de François Ozon, Grâce à Dieu, elle joue une bourgeoise. Mais dans la vie, cette Montreuilloise de cœur ne mâche pas ses mots pour défendre sa ville. Propos recueillis par Isabelle Lopez Photographies Franck Rondot Le cinéma Le Méliès Avant, j’avais une carte UGC, que j’ai abandonnée depuis l’ouverture du nouveau Méliès. C’est, disons, devenu mon cinéma principal. J’y apprécie la programmation, les débats et les rencontres qui y sont organisés. C’est très fort que, dans notre petite ville, il y ait un cinéma aussi attractif et attirant. Moi, l’assidue des cinémas parisiens, je m’en suis complètement détachée. Je trouve ça puissant. Plus je suis à Montreuil, plus j’y passe du temps. C’est bien d’avoir envie de sortir là où on habite. Ça crée du lien avec tout le monde. N°78 MARS 2019 SEINE-SAINT-DENIS 27



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :