[93] Seine Saint-Denis n°78 mars 2019
[93] Seine Saint-Denis n°78 mars 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°78 de mars 2019

  • Périodicité : bimensuel

  • Editeur : Conseil Général de la Seine-Saint-Denis

  • Format : (195 x 280) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 7,6 Mo

  • Dans ce numéro : l'agriculture urbaine gagne du terrain.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
UN PROJET ÉCOLO ? Vous rêvez d’un garage à vélo, d’un jardin partagé, d’un toit végétalisé, d’un récupérateur d’eau de pluie, d’un espace de jeux pour les enfants, d’un local à musique ou d’une salle de sport... Si vous vivez en habitat collectif (qu’il soit participatif, à gestion privée ou sociale, que vous soyez copropriétaire ou locataire), votre bailleur ou copropriété peut prétendre au Chèque habitat écologique et citoyen (CHEC) offert par le Département. Les travaux peuvent être réalisés par une entreprise ou en autoconstruction. Après acceptation du dossier, 500 à 20 000 euros de subvention peuvent être accordés selon le projet. PARISCULTEURS SAISON 3, C’EST PARTI ! Si vous souhaitez développer des projets d’agriculture urbaine en Seine-Saint-Denis, sachez que le Conseil départemental vient de proposer quatre nouveaux lieux pour la troisième saison de Parisculteurs  : 3 000 m² de terrain nu à Aubervilliers, près du canal du Landy ; 1000 m² dans la friche 14 N°78 MARS 2019 SEINE-SAINT-DENIS industrielle de Babcock, à La Courneuve ; à Montreuil, 7 000 m² sur le site historique des Murs à pêches et 900 m² au collège Politzer. Par ailleurs, 400 m² sont aussi offerts sur le toit d’une jardinerie à Saint-Denis ainsi qu’une parcelle de 1000 m² à Pantin bénéficiant d’un très bon ensoleillement. L’année dernière, Toits vivants et Permapolis avaient remporté cet appel à projet pour cultiver aromates, fleurs et plantes médicinales sur les 1 100 m² de terrasses à la bourse du travail et au centre administratif de Saint-Denis. Idem pour Agropolis qui récoltera ses premiers légumes, petits fruits et herbes aromatiques à Pantin, au centre technique municipal. Remise des projets avant le 19 avril 2019 à 16 heures, puis analyse des candidatures, commissions techniques et jurys. L’annonce des résultats se fera début juillet. parisculteurs.paris L’AGRICULTURE EN CHIFFRES En 1900, la population agricole d’Île-de-France était de 500 000 personnes. Aujourd’hui, on compte 5 000 agriculteurs assistés de quelque 6 000 aides familiaux et employés agricoles. Jeanne Crombez, secrétaire générale de l’Association française de l’agriculture urbaine professionnelle. La terre comme tremplin social ? « En Seine-Saint-Denis, nous sommes nombreux à travailler dans l’agriculture urbaine. On se connaît, on tisse déjà des liens. Mais l’agriculture urbaine, ce n’est pas forcément facile. Il y a des personnes qui ont plus de facilités que d’autres, plus d’espace que d’autres. L’appli Made In Seine-Saint-Denis pourrait nous permettre de nous connaître vraiment les uns les autres pour pouvoir s’entraider sur certaines fonctions. Et pourquoi pas nous associer. On commence vraiment à produire des choses intéressantes, à construire des projets intéressants en Seine-Saint-Denis. Cette appli peut aussi aider l’agriculture urbaine à être prise au sérieux. Il s’agit d’une filière d’avenir à condition qu’on ne la résume pas à une fonction alimentaire. L’agriculture urbaine a énormément de fonctions  : pédagogique, environnementale, économique mais aussi sociale. Cette activité permet de créer des liens sociaux très forts entre les habitants d’un quartier, d’une ville ou même juste d’un immeuble, de les faire sortir, de les faire participer à des activités communes. Je pense qu’elle a de l’avenir si on la considère dans son ensemble. »
Incollables LA 10 mesures PLACE pour DES la transition TOUT-PETITS écologique Plus de 2 parents sur 5 s’estiment en difficulté dans l’exercice de leur rôle de parent 20 000 ménages accompagnés tous les ans pour diminuer leurs consommations d’énergie et d’eau. 55 crèches départementales 10 hectares de terrains Avec 5 millions d’euros prévus au budget 2019 pour rénover les PMI, mis les à disposition crèches par départementales le Département et les et citoyen circonscriptions à destination des projets sociales, portés par pour le Département l’agriculture urbaine. continue à prendre les bailleurs soin sociaux des tout-petits. les copropriétés. 400 100% des voies nouvelles places départementales d’accueil collectif adaptées créées à la pratique en 2017du vélo. 60% d'émissions Aujourd’hui 114 centres de PMI À l’horizon 2024 23 35 hectares nouvelles supplémentaires maisons d’assistantes d’espaces maternelles verts. ouvertes depuis 2016 20% d'émissions 130 centres de planification familiale 3 500 supplémentaires places de en toitures crèches départementales photovoltaïques. d’ici à 2020 En 2020 le Conseil départemental de gaz à effet de serre prévoit de subventionner milieu naturel 11 730 places en crèches en publiques, moins émis par associatives et privées. de gaz à effet de serre en moins par rapport aux JOP de Londres dans les aménagements du Département pour les JOP. l’administration départementale. 30% d’aliments bio, labellisés ou locaux dans les restaurants des collèges et des crèches. 2 millions d’euros pour le chèque habitat écologique 10 000 m² 3 lieux de baignade dans les parcs départementaux de la Bergère, du Sausset et Georges-Valbon. N°78 MARS 2019 SEINE-SAINT-DENIS 15



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :