[93] Seine Saint-Denis n°76 déc 18/jan 2019
[93] Seine Saint-Denis n°76 déc 18/jan 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°76 de déc 18/jan 2019

  • Périodicité : bimensuel

  • Editeur : Conseil Général de la Seine-Saint-Denis

  • Format : (195 x 280) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 6,7 Mo

  • Dans ce numéro : la Seine-Saint-Denis mérite l'égalité.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 30 - 31  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
30 31
La maison Coignet construite en 1855 à Saint-Denis, avec un mur de soutènement réalisé en pisé de mâchefer. La première maison en béton La maison Coignet, située à Saint-Denis, est la plus ancienne maison construite en béton que l’on connaisse. Elle témoigne encore aujourd’hui de l’esprit pionnier de François Coignet. François Coignet (1814-1888) est un inventeur de génie qui, par ses idées et ses réalisations, a marqué son époque et la ville de Saint-Denis. De lui subsistent aujourd’hui dans la cité dionysienne un immeuble restauré (2014-2016) selon les techniques originelles de construction par l’architecte du patrimoine Bertrand Monchecourt, et la maison Coignet inscrite à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques. Durant une quarantaine d’années, François Coignet a, parallèlement à son activité de fabricant de produits chimiques, expérimenté et mis au point un matériau nouveau destiné, selon lui, à des applications universelles  : le béton. Ce béton dit « aggloméré » tient une place intermédiaire entre la technique du pisé de terre – dont le béton reprenait le système structurel, selon l’industriel – et celle du béton armé. Dès son installation à Saint-Denis, après avoir quitté Par Claude Bardavid Photographie Fabrice Gaboriau/Plaine Commune 30 N°76 DÉCEMBRE 2018 JANVIER 2019 SEINE-SAINT-DENIS Lyon, il crée une troisième manufacture de produits chimiques, l’occasion pour lui de développer de nouvelles techniques constructives qu’il appellera successivement « béton moulé », puis « béton aggloméré ». Précurseur de l’économie circulaire ? Très marqué par les thèses sociales de Charles Fourier (1772–1837), qui souhaite regrouper les familles et les habitants en « phalanstère » afin de favoriser leur épanouissement, François Coignet invente un matériau de construction économique, moins cher que la pierre de taille. Pour cela, il inclut dans son béton des résidus industriels (résidus de la combustion de la houille, scories de hauts fourneaux…) qu’il avait à portée de
main au voisinage de nombreuses usines. La maison Coignet serait-elle un exemple du réemploi et de l’économie circulaire ? Il réalise la première maison, une maison bourgeoise à deux étages, présentée à l’Exposition universelle (1855). Puis une maison plus modeste, la maison dite « à carène », et enfin un immeuble collectif qui sera restauré. Un véritable ensemble de démonstration. « Je crois, écrit-il, que par ce moyen on pourrait opérer à peu de frais la régénération des quartiers pauvres, en y construisant des maisons qui, tout en conservant l’élégance de la forme, le confortable intérieur, tout en sauvegardant l’intérêt du propriétaire, permettraient de donner aux ouvriers, pour un taux de loyer inférieur, des logements plus gais, plus sains, plus vastes que ceux que la bourgeoisie obtient à prix d’or dans la rue de Rivoli. » A la conquête du monde L’immeuble Coignet a été rénové de 2014 à 2016 selon les techniques originelles de construction par l’architecte du patrimoine Bertrand Monchecourt. Mémoire En 1861, Coignet publie son principal ouvrage, véritable manifeste dans lequel il démontre qu’il avait révolutionné l’art de construire pour avoir été l’un des premiers à utiliser les bétons hors sol, alors que leurs usages s’étaient toujours cantonnés jusqu’ici aux ouvrages enterrés. Son ambition désormais est d’ériger des ouvrages importants, et pour cela il s’entoure d’ingénieurs chevronnés. Il fonde en 1864 la Société centrale des bétons agglomérés système Coignet. A la fin du chantier de l’église du Vésinet (1863–1865), il annonce que, après plusieurs années d’essais, il était arrivé « à faire des pierres ne laissant rien à désirer ni pour le grain, ni pour la couleur, ni pour la dureté, ni pour la vivacité des arêtes ». En 1867, il construit un immeuble rue de Miromesnil à Paris et l’hésite pas, dévoilant de nouvelles ambitions commerciales, à franchir l’océan Atlantique pour mettre en œuvre son savoir-faire à New York. Avec de nombreuses succursales établies dans le monde, le capitaine d’industrie assure des chantiers de construction ou de travaux publics d’importance. Parmi ceux-ci, la digue de la baie de Saint-Jean-de- Luz, 200 km d’égouts à Paris, Mulhouse et Bordeaux, 59 des 130 kilomètres de l’aqueduc de la Vanne à Villeneuve-sur-Yonne ou encore le phare de Port- Saïd en Egypte pour la Compagnie universelle du canal maritime de Suez (1869). Une nouvelle vie pour la maison Coignet Afin de redonner vie à cette maison, l’association La maison Coignet a lancé un appel à manifestation d’intérêt afin de sauver le bâtiment. Selon Emmanuel Sala, arrière-arrière-petit-fils de François Coignet, « un diagnostic réalisé par l’architecte du patrimoine Bertrand Monchecourt confirme l’état alarmant de l’édifice. Il est urgent d’intervenir rapidement. » Pour lui, « raviver les vertus exprimées par François Coignet et son épouse Clarisse donnera toute sa cohérence à la future occupation de ces bâtiments intégrés au quartier Confluence. Ce projet patrimonial, par la force créatrice qui le sous-tend, pourra nourrir de sens notre société dans son ensemble en dialoguant avec des problématiques. Incitation au réemploi, création d’une unité de recherche sur le durable ou d’un lieu de sensibilisation…  : les idées ne manquent pas. Puissent la passion et les valeurs de François Coignet inspirer notre époque et nous autoriser à rêver et à mettre en œuvre concrètement un monde meilleur ». N°76 DÉCEMBRE 2018 JANVIER 2019 SEINE-SAINT-DENIS 31



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :