[93] Seine Saint-Denis n°75 novembre 2018
[93] Seine Saint-Denis n°75 novembre 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°75 de novembre 2018

  • Périodicité : bimensuel

  • Editeur : Conseil Général de la Seine-Saint-Denis

  • Format : (195 x 280) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 7,8 Mo

  • Dans ce numéro : l'insertion, un travail d'équipe.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 18 - 19  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
18 19
Service public VIOLENCES ENVERS LES FEMMES Un combat universel Le 15 novembre se tenaient les 14 es Rencontres Femmes du monde en Seine-Saint-Denis. Parce que les violences envers les femmes existent chez nous et dans le monde entier, c’est ici et sur toute la planète qu’il faut les combattre. Par Georges Makowski 18 N°75 NOVEMBRE 2018 SEINE-SAINT-DENIS En France, en Europe, dans le monde entier, les violences envers les femmes sont toujours l’expression de la domination du genre masculin sur le féminin. Quels que soient la culture, la langue, la religion, le degré d’instruction de l’agresseur, son but est toujours le même  : assoir son pouvoir sur la femme. L’Observatoire départemental des violences envers les femmes l’a compris depuis longtemps. Cela fait 14 ans qu’il organise les Rencontres Femmes du monde, pour lutter contre les violences faites aux femmes. Partager les expériences, mettre en œuvre ici ce qui fonctionne ailleurs, voilà le schéma. Et ça fonctionne ! L’idée du téléphone de grand danger, remis à des femmes pour prévenir et les protéger encore plus rapidement, est née en Espagne. La Seine-Saint-Denis l’a expérimenté avec succès et désormais ce dispositif est généralisé sur l’ensemble du territoire national.
Lors de l’édition 2014, les professionnels réunis dans la bourse du Travail écoutaient Lise Tamm, procureure générale du Parquet international de Stockholm expliquer les bénéfices de la pénalisation d’actes sexuels en Suède. Un exemple dont les législateurs français se sont inspirés par la suite. Le Département de Seine-Saint- Denis mène une lutte contre les mariages forcés, l’excision. Mais comment agir efficacement ici, alors que la plupart de ces actes se déroulent dans un pays étranger ? Un travail commun est engagé avec des associations qui œuvrent dans ces pays, pour sensibiliser, lutter, protéger. D’Asie, du Brésil, d’Argentine, d’Italie, du Mali, du Burkina Faso, d’Inde, du Portugal, de Grande-Bretagne, d’Uruguay... Protéger aussi les enfants Cette année, les Rencontres ont été particulièrement consacrées aux autres victimes des violences dans le couple, les enfants. Grandir en voyant sa mère subir les violences de la part de son père, cela laisse des traces chez les petits garçons et les petites filles. Au-delà de la souffrance immédiate, il y a un grand risque qu’à l’âge adulte, ils endossent à leur tour le rôle de la victime ou de l’agresseur. Il est donc important d’agir rapidement. Des actions imaginées en Seine-Saint- Denis, étendues à toute la France Le Département a imaginé et mis en œuvre des solutions innovantes. La Mesure d’Accompagnement Protégé (MAP) des enfants consiste à ce que l’enfant soit accompagné d’une personne qualifiée lors des droits de visite au parent auteur de violence, pour prévenir de nouvelles agressions. Lancée en 2011 par le Département, la MAP est maintenant généralisée depuis cette année à toute la France. Le protocole féminicide/homicide permet lui de prendre en charge au plus vite un enfant témoin du meurtre d’un de ses parents. C’est également une initiative du Département, elle aussi désormais appliquée à toute la France. Ces actions efficaces, l’Observatoire entend les partager avec le monde entier, notamment grâce à ces Rencontres. « En mars 2016, Le docteur congolais Denis Mukwege, spécialiste de la chirurgie réparatrice pour les femmes victimes de viol, avait été invité par l’Observatoire départemental. Il a reçu cette année le Prix Nobel de la Paix  : « Nous n’avons pas intégré l’égalité entre homme et femme. Pourtant c’est la seule solution pour notre humanité. Les viols avec extrême violence commis en temps de conflit sont le résultat de ce qui se vit dans nos sociétés sous forme latente. C’est pour cela que le combat devient universel. » La révolte #MeToo a révélé l’ampleur du phénomène des violences envers les femmes. Dans le monde, 30% des femmes ont subi toutes formes de violences. De Washington à Dublin, de New Delhi à la Seine-Saint-Denis, le mouvement de protestation des femmes est international. Chaque lutte des femmes d’un territoire aide la lutte des femmes de l’autre côté de la planète. Notre Observatoire est le creuset d’échanges sur les combats menés, sur les outils de protection des femmes et de formations au niveau national et international. Aussi accueillir des femmes du monde, lors de cette 14e Rencontre, est une chance pour enrichir nos connaissances et affiner nos dispositifs afin d’éradiquer les violences et construire l’égalité entre les femmes et les hommes. ssd.fr/r29 Le point de vue de... Pascale Labbé Conseillère départementale déléguée chargée de l’égalité femmes-hommes et de l’Observatoire départemental des violences faites aux femmes Pour tout renseignement concernant les violences faites aux femmes, comment être protégée, écoutée N°75 NOVEMBRE 2018 SEINE-SAINT-DENIS 19



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :