[93] Seine Saint-Denis n°75 novembre 2018
[93] Seine Saint-Denis n°75 novembre 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°75 de novembre 2018

  • Périodicité : bimensuel

  • Editeur : Conseil Général de la Seine-Saint-Denis

  • Format : (195 x 280) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 7,8 Mo

  • Dans ce numéro : l'insertion, un travail d'équipe.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
LES RESTOS DU CŒUR CHERCHENT DES BÉNÉVOLES Alors que les Restos du cœur lanceront leur 34 e campagne hivernale le 26 novembre, l’antenne du 93 est à la recherche de bénévoles, dans ses 29 centres de distribution mais aussi dans ses équipes de maraude. Sept camions sillonnent ainsi chaque soir le département pour apporter 500 repas aux plus démunis, et 4,6 millions de repas sont distribués à l’année. Si vous souhaitez aider, n’hésitez pas à postuler  : ad93.benevolat@ restosducoeur.org ou tél.  : 01 55 81 19 72. DES SORTIES POUR TOUS Un spectacle au théâtre équestre Zingaro, un concert à Canal 93, un match des Bisons de Neuilly-sur-Marne en hockey sur glace  : l’association Cultures du cœur 93 s’emploie à mobiliser une centaine de partenaires pour pouvoir offrir des sorties culturelles ou sportives gratuites aux plus démunis. Depuis sa création en 2005, cette structure, basée à Pantin et soutenue financièrement par le Département, fait profiter chaque année 2 000 à 3 000 personnes de ses offres. culturesducoeur.org/LOGEMENT D’ABORD La Seine-Saint-Denis possède malheureusement un triste record  : celui du plus grand nombre d’expulsions locatives en France (près du quart). Pour désengorger le Samu social (115), des dispositifs novateurs tentent ainsi de faire passer rapidement les personnes sans abri d’un hébergement d’urgence à un logement pérenne  : c’est le cas du plan national Logement d’abord, pour lequel le Département a été retenu en mars, aux côtés de 23 autres collectivités. Dans ce cadre, 150 personnes sans toit seront ainsi mises à l’abri pour l’année 2018 (250 autres en 2019). LA FONDATION JP MORGAN AU RENFORT Début novembre, la fondation américaine JP Morgan a annoncé vouloir injecter 27 millions d’euros sur 5 ans dans les quartiers populaires d’Ile-de-France, dont une bonne partie en Seine-Saint-Denis. Cet « investissement philanthropique », selon son directeur général France Kyril Courboin, doit servir à la fois à sortir de la précarité des jeunes et des adultes sans emploi, mais aussi venir en aide au tissu des PME que compte le département. Pour investir cette somme, la banque compte s’appuyer sur des partenaires avec lesquels elle a travaillé par le passé  : Les Compagnons du devoir, Sport dans la ville, ou encore Mozaik RH. 14 N°75 NOVEMBRE 2018 SEINE-SAINT-DENIS Le Département veut tester le revenu de base Le revenu de base, Nadia Bouallak pourrait en parler pendant des heures… Voilà deux ans que cette Montreuilloise s’emploie à populariser cette idée « salutaire pour toute la société » via un groupe local du Mouvement français pour un revenu de base (MFRB). Soit un revenu universel, inconditionnel et individualisé, versé à tous les membres de la société pour leur permettre de subvenir à leurs besoins élémentaires, leur laissant ainsi le choix de travailler de manière rémunérée ou pas pour compléter leur revenu. Cette idée, le Département y est lui aussi favorable, bien qu’elle ne prenne pas tout à fait les mêmes aspects qu’au MFRB. Le 17 octobre, la Seine-Saint-Denis a ainsi déposé au Parlement, aux côtés de 17 autres Départements, une proposition de loi visant à instaurer à titre expérimental un revenu de base. Versé sous conditions de ressources, cet outil de lutte contre la pauvreté aurait deux grands avantages  : couvrir l’ensemble de la population y ayant droit, alors que les non-recours sont nombreux, et ouvrir ces droits aux jeunes de moins de 25 ans, qui sont actuellement les grands oubliés du RSA. L’expérimentation de cet outil est ssd.fr/mag/c75/1711 désormais liée au feu vert du Conseil d’État.
Incollables REVENU MEDIAN EN SEINE-SAINT-DENIS 16 762 euros à l’année (Île-de-France  : 22 639 euros) soit 1 397 euros par mois (Île-de-France  : 1 887 euros) UN POINT SUR LES PERSONNES ÉLOIGNÉES DE L’EMPLOI (en fin de droits allocation chômage) 82 857 foyers bénéficiaires du RSA socle (+ 2,6% entre juin 2017 et 2018) soit 11% des habitants de Seine-Saint-Denis couverts par le RSA. LA VOIE DE L’INSERTION PROFESSIONNELLE 78 sociétés d’insertion par l’activité économique (SIAE) travaillent dans le département et se voient adresser des personnes éloignées de l’emploi via le Département, les missions locales, les CCAS ou encore Pôle emploi. Montant du RSA pour une personne seule  : 550,93 euros La moitié des bénéficiaires est dans le dispositif depuis plus de 4 ans LES MOYENS DÉPLOYÉS POUR RAMENER VERS L’EMPLOI LA VOIE DE LA CRÉATION D’ENTREPRISE, PARFOIS ACCOMPAGNÉE PAR LE DÉPARTEMENT + 37,1% de créations d’entreprises entre 2017 et 2018  : plus forte hausse dans toute la France + 14,9% dans l’embauche des salariés du privé Source  : bulletin de septembre 2018 de la DEIAT (direction de l’Emploi-Insertion-Attractivité en Seine-Saint-Denis) N°75 NOVEMBRE 2018 SEINE-SAINT-DENIS 15



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :