[93] Seine Saint-Denis n°46 nov/déc 2015
[93] Seine Saint-Denis n°46 nov/déc 2015
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°46 de nov/déc 2015

  • Périodicité : bimensuel

  • Editeur : Conseil Général de la Seine-Saint-Denis

  • Format : (195 x 290) mm

  • Nombre de pages : 40

  • Taille du fichier PDF : 2,6 Mo

  • Dans ce numéro : COP21 pour le climat, tous égaux et responsables !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 38 - 39  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
38 39
Mémoire La basilique-cathédrale de Saint-Denis, extraordinaire nécropole des rois de France pendant douze siècles, constitue le plus remarquable édi ce religieux du département. Avec la restauration de sa façade, elle reconquiert la curiosité et l’admiration du public. Il y a plus de mille sept cents ans, Denis, considéré comme le premier évêque de Lutèce, prêche la foi. Mais les Romains opposés au christianisme lui tranchent la tête d’un coup d’épée. La légende raconte qu’il aurait porté sa tête de la colline Montmartre, lieu de son martyre, jusqu’au lieu de son enterrement, où se trouve aujourd’hui la basilique-cathédrale de Saint- Denis. Depuis l’édification de la première l’église, elle s’agrandit au fil du temps. Personnalité d’une dimension politique et intellectuelle exceptionnelle, Suger, fils de serfs élevé et instruit à l’abbaye de Saint-Denis, lui 38 N°46 NOVEMBRE-DÉCEMBRE 2015 SEINE-SAINT-DENIS La construction de la basilique actuelle remonte au 12 e siècle. Lumière sur la basilique-cathédrale de Saint-Denis Par Claude Bardavid Photographies Archives départementales, Deroy del, lithographie de Lemercier, Paris, 1831, cote 6Fi/603, Patricia Lecomte consacra sa vie avec l’objectif d’établir durablement des liens étroits entre Saint-Denis et la couronne royale. Entre 1134 et 1144, il y conçoit une architecture novatrice qui accueillera un des plus grands ensembles de monuments funéraires qui soit, de Clovis à Louis XVIII, en passant par Charles Martel, saint Louis et Catherine de Médicis  : plus de 70 gisants, sculptures allongées des rois et de reines de France. Cette église était surnommée jusqu’au 18 e siècle, la Lucerna, la lanterne de Saint-Denis en raison de son rayonnement hors du commun. « La basilique-cathédrale, affirme Serge Santos, administrateur du site pour le Centre
Mémoire des monuments nationaux au ministère de la Culture, réunit en un lieu exceptionnel, une architecture exceptionnelle, des sculptures exceptionnelles et une lumière exceptionnelle. » 44.7. 4 aitip r Ib.", - Gisants de couleurs L’église édifiée à l’initiative de Pépin le Bref est devenue vétuste et trop petite pour les pèlerins qui s’y pressent. Suger, de 1135 à 1144 l’agrandit à ses deux extrémités. La rosace de la façade est la première du genre, de même que les statues-colonnes qui encadrent les portails. Le chevet signe l’apparition du nouvel art gothique. La reconstruction de l’édifice de 1231 à 1281 est un véritable exploit technique. En sept cents ans, la silhouette majestueuse de la basilique a peu changé. Seule la tour nord a disparu. Mérovingiens puis Carolingiens s‘y font enterrer, puis la tradition se perd. Quand les Capétiens montent sur le trône, ils se font de nouveau enterrer dans la basilique, avec quelques exceptions. Ce n’est qu’au 13 e siècle que les gisants font leur apparition dans la nécropole royale. « C’est Louis IX, le futur saint Louis qui décide de faire sculpter seize représentations de rois et de reines précédemment enterrés dans la basilique. Ces gisants, alors peints de couleurs très vives, sont installés au centre de l’église, à la croisée du transept », raconte Serge Santos. Avec seize gisants d’un coup, l’objectif politique de saint Louis est clair  : il souhaite montrer la continuité existant entre les familles mérovingienne, carolingienne et sa propre famille, les Capétiens, et du même coup l’unité des rois francs. Les Valois puis les Bourbons s’y font enterrer, mais ces derniers n’ont plus de représentation sculptée. Louis XIV, le Roi Soleil n’a pas droit à un tombeau. Le dernier roi à y avoir été enterré est Louis XVIII. La façade restaurée.*P0.. I r "I Les travaux de restauration de la façade qui se sont déroulés de 2012 à 2015 constituent une opération patrimoniale d’une grande ampleur. C’est une véritable métamorphose de la façade médiévale que l’on découvre, débarrassée de son vêtement noir de pollution auquel on s’était habitué depuis des décennies. Sous la conduite de l’architecte en chef des monuments historiques, Jacques Moulin, les travaux ont permis le remplacement des pierres dégradées, avec dessalement, nettoyage et rejointement général des parements ; le nettoyage et la restauration des trois portails ; le rétablissement de la fenêtre centrale ainsi que celui de l’horloge de la rose, avec dorure de celle-ci et la restauration de la polychromie rétablie par François Debret, lors de la précédente restauration (1839-1842). Le coût total de cette restauration s’élève à 3,15 millions d’euros. Des Mérovingiens aux Bourbons, toutes les dynasties royales de France sont inhumées à la Basilique. « C’est saint Louis qui a décidé de faire représenter les rois et reines enterrés dans la basilique. » Des robes royales À l’occasion des 500 ans du couronnement de François I er et de sa seule véritable victoire militaire à Marignan, la basilique organisa l’été dernier une visite autour du somptueux tombeau du roi. Jusqu’au 30 avril prochain, une exposition du styliste et artiste Lamyne M. « Les Grandes robes royales » sera proposée au public. Ces « robes géantes » de trois mètres de hauteur, inspirées des robes des gisantes portées par les reines et les princesses ensevelies dans la nécropole royale, sont exposées dans les chapelles de la crypte de la basilique. À CONSULTER La basilique de Saint- Denis, les Éditions du Patrimoine, 2012 La basilique Saint-Denis. Restauration de la façade occidentale Beaux-Arts éditions, 2015 Petite histoire de la Basilique royale de Saint- Denis par Serge Santos et Michaël Wyss, édité par Sides, 1998 N°46 NOVEMBRE-DÉCEMBRE 2015 SEINE-SAINT-DENIS 39



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :