[93] Seine Saint-Denis n°43 mar/avr 2015
[93] Seine Saint-Denis n°43 mar/avr 2015
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°43 de mar/avr 2015

  • Périodicité : bimensuel

  • Editeur : Conseil Général de la Seine-Saint-Denis

  • Format : (195 x 290) mm

  • Nombre de pages : 40

  • Taille du fichier PDF : 6 Mo

  • Dans ce numéro : élections départementales, mode d'emploi.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 24 - 25  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
24 25
24 N°43 MARS - AVRIL 2015 SEINE-SAINT-DENIS * 8 mars Ces cheffes d’entreprise qui font bouger la Seine-Saint-Denis Plusieurs dispositifs et initiatives se mettent en place pour aider les femmes à se lancer dans l’entrepreneuriat. Par Nadège Dubessay Photographies Franck Rondot C’était il y a un an. Le 8 mars, Journée internationale des droits des femmes, le Département organisait une table ronde sur le thème : « Devenir cheffe d’entreprise en Seine-Saint-Denis ». L’initiative partait d’un constat : avec plus de 15 000 créations et reprises d’entreprises en 2013, le département se place au premier rang régional. Mais seulement 23% des créateurs d’entreprise sont des femmes, contre 31% en Ile-de-France. Malheureusement, aujourd’hui encore, les modes d’organisation ne favorisent pas l’entrepreneuriat féminin. Subsistent des freins sociaux mais aussi culturels. Alors, pour donner un coup de pouce, plusieurs axes de travail ont été lancés. Espoirs et talents +web Rencontre avec la cheffe de l’entreprise Salvia Développement (Aubervilliers) Zoom sur les dispositifs d’aide Garances et Initiative 93 sur seine-saint-denis.fr/11811 En octobre dernier, un comité de pilotage « entrepreneuriat féminin en Seine-Saint-Denis » a été créé. Il réunit les acteurs de l’accompagnement à la création d’entreprises, tels la Chambre de commerce et d’industrie, les plateformes de prêt d’honneur (Initiative 93, réseau Entreprendre 93), le fonds de garantie départemental (Garances), le microcrédit (Adie) mais aussi les pépinières et incubateurs d’entreprises, la Maison de l’initiative économique locale (Miel)… Il s’agit ici de partager les actions des uns et des autres, de mieux appréhender la question de l’entreprise au féminin mais aussi de développer les synergies entre les différents partenaires territoriaux. Et pour mieux cerner la question, le comité de pilotage a décidé du lancement d’une étude quantita- La fondatrice de Kap Multiservices travaille dans le nettoyage des chantiers de construction. tive pilotée par l’Insee. Elle sera livrée prochainement et permettra ensuite d’organiser des entretiens qualitatifs pour mieux évaluer les freins, leviers et impacts… En parallèle, un prix récompensant les créatrices viendra se greffer aux prix existants, tels les trophées Espoirs de l’économie ou le concours Talents de la création d’entreprise. Enfin, le Département de Seine-Saint-Denis a participé au Salon des entrepreneurs qui rassemble chaque année plus de 65 000 visiteurs et qui avait lieu les 4 et 5 février dernier au Palais des congrès, l’idée étant de mieux faire connaître les outils d’accompagnement existants auprès des femmes porteuses de projets. t N. D. En Seine-Saint-Denis, les entreprises créées par des femmes afchent un meilleur taux de pérennité à 3 ans (52% contre 48% pour les hommes). Mais la part des créateurs femmes est de 23% en Seine-Saint-Denis contre 31% en Île-de-France.
« Très peu de femmes sont mises en avant sur nos métiers » Charlène Guicheron, cofondatrice de la société N-sens, lauréate des Espoirs de l’économie* Charlène Guicheron est la cofondatrice de N-sens, entreprise spécialisée dans l’édition de logiciels applicatifs et la conception de sites Internet. Lorsqu’elle crée son entreprise en 2012, elle n’a que 24 ans. Petite taille, petite voix… Jeune et femme… Il lui a fallu s’imposer dans un domaine où les hommes sont largement majoritaires. « Il a fallu faire ses preuves. Très peu de femmes sont mises en avant sur nos métiers, reconnaît-elle, d’autant que je ne suis pas issue du milieu technique : j’ai fait une école de commerce. » Après deux ans chez Axa en tant que chargée de projet « épargne retraite », elle décide de se lancer avec son associé actuel. Tous deux passionnés du Web, l’idée les taraude depuis l’école de commerce : monter un site de formation en ligne an de démocratiser Fatimata Kane, fondatrice de Kap Multiservices, lauréate du prix Créatrices d’avenir Elle voulait être inrmière… Elle est aujourd’hui fondatrice de Kap Multiservices, une entreprise spécialisée dans le nettoyage de chantiers. Les hasards de la vie et des rencontres… Après un BTS en alternance et sept années passées comme commerciale et responsable d’exploitation dans des entreprises de nettoyage industriel, Fatimata Kane a fait le tour de tous les services : planning, livraisons, sous-traitance, salaires… Et puis, elle décide de se lancer et de créer sa propre entreprise. En 2014, Fatima Kane achète pour 10 000 euros de matériel et, en bonne commerciale, elle part à la recherche du futur client. Le jour de sa l’accès au soutien scolaire sur Internet. Fin 2012, le site Internet est lancé. Succès. « Nous avons commencé à recevoir des demandes de personnes qui souhaitaient des plateformes similaires. Nous avons saisi cette opportunité. » Ainsi nait N-sens. Très vite, ils quittent leurs bureaux de Bagnolet pour s’installer à la pépinière d’entreprises de La Courneuve. « C’était plus pratique, car nous nous rapprochions de nos clients. Et ici, nous sommes en lien avec d’autres entreprises, près de la Plaine Saint-Denis où il règne une incroyable effervescence entrepreneuriale. Je suis très attachée à ce département et mon air me dit que la prochaine révolution est ici ! » Son intuition ne lui avait pas dit qu’elle serait lauréate des trophées départementaux Espoirs de l’économie… C’est chose faite. « Nous avons été ravis. C’est une vraie reconnaissance qui nous conforte dans nos choix. » Et qui pousse la petite entreprise à s’agrandir, encore et encore. * Une initiative de la CCIP 93 et du Conseil général « On me prenait pour une stagiaire » création d’entreprise, elle apprend qu’elle est enceinte. Et à son retour de maternité, elle se voit distinguée par le prix régional Créatrices d’avenir. Aujourd’hui, la jeune femme de trente ans fait travailler 20 personnes, dont cinq à temps plein. Son entreprise nettoie avant, pendant et après les chantiers de construction. « C’est vrai qu’être une femme peut être un handicap dans ce métier au début, avoue-t-elle. Il m’est arrivé lors d’un entretien d’embauche qu’une personne me demande quelle crédibilité j’avais ! C’est moi qui devais la rassurer ! » Parfois, on la prend pour une stagiaire, ou une femme de ménage… Mais très vite, elle s’impose. Car ce métier, elle le connaît sur le bout des doigts et les clients lui font vite conance. Elle décroche un contrat avec Eiffage, qui devrait lui assurer 500 000 euros de chiffre d’affaires annuel. Et déjà, elle négocie avec Bouygues, Vinci… Zorprygoo aaa06o Forfait Améthyste Le forfait Améthyste se charge sur un passe Navigo mois/semaine. Il est attribué sous certaines conditions seulement. QUI EST CONCERNÉ ? Les anciens combattants âgés de 65 ans ou + et titulaires de la carte de combattant. Les veuves de guerre âgées de 65 ans ou +, titulaires d’une pension. Les personnes âgées de 60 ans ou + n’exerçant plus d’activité professionnelle. Les personnes handicapées, titulaires de l’allocation adulte handicapé (AAH). Les personnes reconnues inaptes au travail bénéciant soit : - d’une pension d’invalidité de deuxième ou troisième catégorie versée par le régime général de la Sécurité sociale ou par un régime particulier de protection sociale ; - d’une rente d’accident du travail et dont le taux d’incapacité au travail est supérieur ou égal à 66,66% ; - d’une rente ou pension pour maladie professionnelle et dont le taux d’incapacité au travail est supérieur ou égal à 66,66%. À QUELLES CONDITIONS ? Résider depuis un an ou + en Seine-Saint-Denis. Ne pas être imposable sur le revenu (sauf anciens combattants et veuves de guerre). Ne pas bénécier de la carte famille nombreuse. Ne pas bénécier de la gratuité ou d’une prise en charge partielle des frais de transports par un employeur ou par un organisme. Ne pas bénécier de l’allocation Chèque Taxi. OÙ S’ADRESSER ? Service Population âgée, immeuble Verdi, 8-22 rue du Chemin-Vert à Bobigny, de 9 h à 11h. Au 01 43 93 86 86 +web seine-saint-denis.fr/Amethyste.html N°43 MARS - AVRIL 2015 SEINE-SAINT-DENIS 25



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :