[93] Seine Saint-Denis n°43 mar/avr 2015
[93] Seine Saint-Denis n°43 mar/avr 2015
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°43 de mar/avr 2015

  • Périodicité : bimensuel

  • Editeur : Conseil Général de la Seine-Saint-Denis

  • Format : (195 x 290) mm

  • Nombre de pages : 40

  • Taille du fichier PDF : 6 Mo

  • Dans ce numéro : élections départementales, mode d'emploi.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 20 - 21  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
20 21
en place de projets pédagogiques au sein de ses collèges. L’idée est d’aller aujourd’hui encore plus loin en engageant 250 000 euros pour le développement de ces actions citoyennes. S’adressant aux 150 jeunes du Conseil Général des collégiens et des conseils d’administration réunis face à lui en assemblée plénière, Stéphane Troussel, président du Conseil général exprime son enthousiasme : « Soyez des ambassadeurs auprès de vos camarades. Transmettez-leur cette envie de prendre les choses en main et d’être entendus comme vous le faites aujourd’hui ». *** Liberté d’écoute Pour favoriser la libération de cette parole, les 125 collèges du Département pourront aussi compter sur des grands témoins de la citoyenneté, dont une bonne partie était déjà présente ce mercredi 11 février. « J’ai beaucoup aimé le concept de liberté d’écoute revendiqué par Rayane dans sa prise de parole. Nous les adultes devons aussi apprendre à vous écouter », soulignait le journaliste de France Inter Thomas Legrand. « N’hésitez pas à être revendicatifs. Vous avez un profond sentiment de justice, faites-le parler dans vos journaux de collèges, blogs, etc. », incitait Jean-Pierre Rosenczveig, magistrat et ancien président du Tribunal pour enfants de Bobigny. Déjà, un dialogue s’instaurait entre les représentants des collèges séquano-dionysiens et les nombreux parrains ayant répondu à cette initiative. Camille Besse, dessinatrice représentant l’association Cartooning for Peace, et Berthet One, auteur de bandes dessinées, proposaient aussi d’approcher ces valeurs de la République par le biais du dessin. « Des évènements comme celui-ci, il faudrait en organiser beaucoup, estimait de son côté Bonheur, élève de 3e, à l’issue de la journée. Il faut parler à la population, parce qu’il y en a encore qui ne comprennent pas bien. Là, je vais dire à mes camarades comment on a abordé le sujet. De toute façon, le pire c’est de se taire. » Eux aussi, et eux avant tout, sont la République. Paroles de collégiens Timoté, en 6 e au collège Marcelin- Berthelot à Montreuil S’INFORMER EST NÉCESSAIRE « J’ai bien aimé cette journée. J’ai appris pas mal de choses sur des gens qui ont combattu pour la liberté, comme Olympe de Gouges par exemple. On a aussi parlé de la nécessité de bien s’informer, d’aller lire plusieurs journaux, qui recoupent leurs sources. De retour dans mon collège, je compte en parler à mes camarades et peut-être aussi faire un petit article là-dessus dans le journal du collège. » 20 N°43 MARS - AVRIL 2015 SEINE-SAINT-DENIS Remue-méninges au cœur des ateliers. Nadja, collège Politzer à Bagnolet. NOUS SOMMES NOUS SOMMES LA REPUBLIQUE LA SEINE-SAINT-DENIS RASSEMBLÉE LA RÉPUBLIQUE LA SEINE-SAINT-DENIS RASSEMBLÉE s1.1 eemleena L’égalité, tous d’accord pour en reparler dans leur collège. LE SILENCE NE SUFFIT PAS « Cela fait un an et demi que je représente mon collège au Conseil général des collégiens. J’ai choisi de travailler dans la commission « discriminations ». Même sans les évènements de Charlie, une séance comme celle-là aurait dû avoir lieu de toute façon. Dans les collèges, on a fait la minute de silence. Mais on n’en a pas trop parlé. On aurait pu faire plus et discuter avec les élèves. On nous a proposé de le faire en anglais, mais pour nous c’était très compliqué. »
+web Retrouvez les témoignages des dessinateurs Berthet One, Camille Besse, les collégiens de l’atelier « égalité » et le lm de la journée sur seine-saint-denis.fr/11814 torprygoo aaa0go 250 000 euros pour poursuivre les projets dans les collèges Lors de cette journée de réexion sur les valeurs de la République, les collégiens ont fait émerger de nombreuses idées : création de blogs, de journaux collégiens, ateliers de communication par le dessin, journées de réexion dans les collèges… De quoi décider le Conseil général de la Seine-Saint-Denis à renforcer son appel à projets citoyens, mis en place depuis 2009 dans les collèges, et doté cette année d’un budget de 250 000 euros. L’idée est de soutenir des actions concrètes dans les 125 collèges du Département. De nombreux projets axés autour de l’éducation aux médias, du vivre-ensemble ou de la lutte contre le racisme pourront ainsi être épaulés. Les collèges pourront aussi s’appuyer sur un certain nombre d’associations L’œil de deux parrains de « Nous sommes la République » Rachid Santaki, romancier, journaliste et scénariste, mobilisé pour la Seine-Saint-Denis à travers quantité de projets parmi lesquels la Dictée des cités : « C’est la première fois que j’assistais à un Conseil général des collégiens et j’ai trouvé les interventions très maîtrisées. Si je suis parrain de cette initiative, c’est parce que je pense qu » il faut multiplier les projets en collège, qu’il s’agisse de journaux, de blogs, de courts métrages. Pour moi, le premier danger, c’est l’isolement. On s’exclut ou on est exclu par des circonstances extérieures comme la pauvreté, l’absence de cellule familiale et c’est à ce momentlà qu’on est vraiment vulnérable. L’école bien sûr doit prémunir contre cet isolement, notamment en transmettant une étincelle formidable qui s’appelle la curiosité » Marie Desplechin écrivaine. Auteure de livres pour adultes comme pour enfants, elle aborde régulièrement les thématiques de la discrimination ou du vivreensemble : « La fraternité, c’est un concept mou. La liberté, l’égalité on peut les cadrer par des lois, mais on ne peut pas obliger les gens à s’aimer comme des frères. C’est comme dans une famille qui peut être enfermante. Avec de l’égalité et de la liberté, ça va tout de suite mieux. Ce qui m’intéresse, c’est de savoir quelle fraternité je peux construire avec vous qui êtes des enfants… » (Cartooning for Peace, Médiacteurs, l’Apcis, l’Afpad, le Clemi, la Fol 93, Zonzon 93, Bondy Blog…), mais aussi de parrains tels Berthet One, Pierre Joxe, Thomas Legrand, Jean-Pierre Rosenczveig, Rachid Santaki, Marie Desplechin et bien d’autres encore. Ils l’ont dit et redit, tous sont emballés pour apporter leur savoir-faire et leur expérience dans cette mobilisation citoyenne. N°43 MARS - AVRIL 2015 SEINE-SAINT-DENIS 21



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :