[93] Seine Saint-Denis n°38 mai/jun 2014
[93] Seine Saint-Denis n°38 mai/jun 2014
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°38 de mai/jun 2014

  • Périodicité : bimensuel

  • Editeur : Conseil Général de la Seine-Saint-Denis

  • Format : (195 x 290) mm

  • Nombre de pages : 40

  • Taille du fichier PDF : 2,7 Mo

  • Dans ce numéro : budget 2014, protéger et préparer l'avenir.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 34 - 35  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
34 35
N°38 MAI-JUIN 2014 SEINE-SAINT-DENIS 34 Ils et elles font la Seine-Saint-Denis ARSALAIN EL KESSIR Il participe au G20 de Sydney À 10 ans, il rêvait de marcher sur les traces de Belmondo. Acteur de cinéma pourquoi pas… Mais en cours de route, le scénario a changé et Arsalain El Kessir (37 ans) est devenu, avec sa start-up Bourse des Crédits, leader des courtiers indépendants. Ce Pantinois a démarré sa petite entreprise en juillet 2012 dans son salon… Aujourd’hui, rue de la Bourse, à Paris, ils sont vingt-cinq jeunes conseillers expérimentés à accompagner leurs clients à chaque étape du projet. « Nous allons tripler nos effectifs d’ici la n de l’année », dit-il, conant dans son avenir. Mais la grande erté d’Arsalain El Kessir est d’avoir été choisi pour participer au G20 des jeunes entrepreneurs à Sydney en juillet prochain. « Nous serons 400 entrepreneurs des pays les plus industrialisés, dont vingt Français, à partager nos expériences et faire des propositions. » « Nous recrutons des informaticiens, des ingénieurs, des spécialistes du big data, des analystes. » « Aux États-Unis, il existe même un tournoi national de la meilleure chanson de rap dédiée à la physique. » AUDREY NOELTNER Elle apprend l’anglais en rappant Cette jeune femme qui a grandi à Paris et aux États-Unis, bardée de diplômes et au look d’executive woman est consultante en urbanisme en Seine-Saint-Denis. Il y a un an et demi, elle a fondé avec deux amis l’association One, Two, Three… Rap ! qui propose des ateliers d’initiation à l’anglais par le biais du hip-hop. « Le déclic s’est produit quand je faisais du soutien scolaire. Les jeunes n’étaient absolument pas motivés pour apprendre l’anglais », raconte Audrey Noeltner (26 ans). Des sessions sont proposées à La Courneuve, à Saint-Ouen et à Saint-Denis. Gros succès qui afche complet. Ces cours sont ouverts aux jeunes de 14 à 24 ans qui souhaitent renforcer leur anglais ou jouer avec les rimes. Audrey envisage un voyage en Angleterre avec l’objectif de réaliser un CD avec des rappeurs d’Outre-Manche, mais en attendant il faut traduire les textes de Tupac Shakur et d’Eminem… ISABELLE HOLLEBECQ Elle redonne espoir par le jeu « Ici, on donne une deuxième vie au bois. Mais derrière, il y a toute une symbolique : à nous aussi, nous redonnons une deuxième vie. » La voix d’Isabelle Hollebecq est aussi douce que sa détermination est forte. Pour preuve : son changement de cap en 2010. Après une première carrière comme ingénieure dans les mastics et joints, cette forte personnalité change radicalement de domaine. En avril 2010 naît FaSol (Fabriquons la Solidarité) dont le but est d’aider à l’insertion de personnes en difculté grâce à des jeux de société fabriqués à partir de bois récupéré. Depuis, l’association enchaîne les interventions dans des collèges, des hôpitaux, des cités pour créer du lien social à travers le jeu. Douze salariés, dont certains étaient au départ très éloignés de l’emploi, sont déjà passés par l’association, située au Pré Gentil à Rosny-sous-Bois. But ultime : acquérir un statut d’atelier chantier d’insertion (ACI). « Il n’y a pas de plus belle satisfaction que de revoir des anciens salariés ou bénévoles qui ont retrouvé un emploi. »
35 N°38 MAI-JUIN 2014 SEINE-SAINT-DENIS La Seine- Saint-Denis de... Le Mc Do Je sais, comme restaurant il y a plus classe, mais lorsqu’il a ouvert, pour moi et mes copains c’était un événement ! Avant, les Mc Do n’étaient qu’à Paris et on n’y allait pas souvent. Là, c’était proche et avec pas grand-chose en poche on pouvait manger un truc sympa, ensemble. Lorsqu’on est jeune, il est essentiel d’avoir des lieux « à nous ». Le parc départemental de la Bergère. La fête de la ville était toujours un bon moment. Tous les habitants et toutes les associations s’y retrouvaient. Les gens y allaient en famille, passaient un instant différent avec les voisins pour manger dans l’herbe, écouter un concert… Prendre plaisir à être ensemble. Jean-Marc Mormeck Membre du club très restreint des boxeurs champions du monde dans plusieurs fédérations, il a su choisir son chemin pour parvenir au sommet. Jean-Marc Mormeck se souvient des lieux de son enfance à Bobigny, quand la ceinture mondiale n’était encore qu’un rêve. Propos recueillis par Georges Makowski Photographies Sylvie Fouque, Patricia Lecomte, Daniel Ruhl Retrouvez le portrait de Jean-Marc Mormeck sur seine-saintdenis.fr Trois dates 1972 Naissance à Pointe-à-Pitre, Guadeloupe. 2006 Champion du monde WBA-WBC des lourds-légers. 2014 Désormais organisateur de rencontres de boxe, prépare son dernier combat, une « grande fête en banlieue » … La Cité de l’Abreuvoir Je me souviens très bien du moment où le terrain de foot a été installé. Plus besoin d’empiler les manteaux pour faire les buts ! C’était très important pour nous tous, on passait des heures à jouer. On se donnait vraiment à fond et certains étaient vraiment bons. Le foot, c’était très sérieux.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :