[93] Seine Saint-Denis n°30 jan/fév 2013
[93] Seine Saint-Denis n°30 jan/fév 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°30 de jan/fév 2013

  • Périodicité : bimensuel

  • Editeur : Conseil Général de la Seine-Saint-Denis

  • Format : (199 x 274) mm

  • Nombre de pages : 40

  • Taille du fichier PDF : 4,5 Mo

  • Dans ce numéro : le département s'occupe de vous au quotidien.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
1 Grand format LE RÔLE DU DÉPARTEMENT AU CŒUR DES ASSISES DE LA DÉCENTRALISATION Et si on changeait la règle du jeu ? Le Département envisage la prochaine décentralisation comme une chance. L’occasion de repenser les règles du jeu plus équitablement pour pouvoir boucler son budget afin de continuer à innover, investir et aider les habitants à traverser la crise en poursuivant ses actions de solidarité. Le 29 novembre, il a réuni tous ceux qui font la Seine-Saint-Denis. Morceaux choisis lors de ces Assises de la décentralisation. Photos Daniel Ruhl et Bernard Gouédard. STÉPHANE TROUSSEL « Assurer la cohésion sociale et l’égalité territoriale, c’est le cœur même des missions du Conseil général comme collectivité de la solidarité par excellence. Oui, il faut réaffirmer le rôle de chef de file du département sur les questions sociales. Mais il doit aussi pouvoir intervenir sur les questions d’aménagement, de développement économique, d’éducation et de culture. Il doit d’ailleurs le faire de manière intelligente, en liant toujours plus fortement ses interventions non obligatoires à son cœur de métier : c’est par exemple renforcer les parcours culturels dans les collèges, c’est favoriser le développement économique sans lequel les questions d’insertion ne seront pas résolues. » 12
Stéphane Troussel, président du Conseil général de la Seine-Saint-Denis, a ouvert le 29 novembre 2012 les Assises de la décentralisation. MARIE-FRANÇOISE PÉROL-DUMONT « La décentralisation Raffarin a transféré un très grand nombre de routes nationales aux Départements. Ainsi, en Haute-Vienne, nous nous retrouvons avec 4 200 km de routes départementales. 4 200 km pour lesquelles l’Etat ne met plus un centime d’euros. Mais à chaque fois qu’une mise à deux voies d’un nouvel axe est prévu, l’État tend la sébile au Département pour qu’il paye. La décentralisation Raffarin a délesté sur nos collectivités des compétences coûteuses, mais ça n’a pas été un véritable acte de décentralisation. » EMMANUEL CONSTANT « Lors du congrès annuel de l’Association des maires de France, nos collègues toutes tendances politiques confondues nous ont dit : « Vous la Seine-Saint-Denis vous êtes dans la région la plus riche de France, voire la plus riche d’Europe, débrouillez-vous ! Débrouillez-vous avec les Hauts-de-Seine. Débrouillezvous avec Paris », et je crois que, fondamentalement, ce sont eux qui ont raison. La solidarité territoriale doit aussi pouvoir s’exercer au niveau régional. » MICHEL KLOPFER « Quand on entend en off ce que va être le cahier des charges de l’Acte III, financièrement parlant : « Il ne faut pas accroître le déficit budgétaire de l’Etat. Il ne faut pas augmenter les prélèvements obligatoires. Il ne faut pas toucher aux entreprises pour des questions de compétitivité. Il ne faut pas toucher aux ménages pour des questions de pouvoir d’achat. A part ça vous faites ce que vous voulez. » » PIERRE LAPORTE « L’âme du projet du Grand Paris, c’est la concurrence entre les territoires et les villesmondes. Cela veut dire qu’il va y avoir des morts et des vivants. Les morts on les voit en Grèce, en Espagne, au Portugal c’est une catastrophe. (...) On peut envisager autre chose au niveau des coopérations que des compétitions entre les villes et les hommes jusqu’à tant que les usines ferment, que les villes meurent. » Seine-Saint-Denis.fr/janvier-février 2013/n°30 13



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :