[91] Mag de l'Essonne n°97 novembre 2008
[91] Mag de l'Essonne n°97 novembre 2008
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°97 de novembre 2008

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général de l'Essonne

  • Format : (141 x 174) mm

  • Nombre de pages : 48

  • Taille du fichier PDF : 3,7 Mo

  • Dans ce numéro : Pam 91 pour aider à la mobilité.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
À toutes fins utiles Conseil général de l’Essonne > Boulevard de France, 91 012 Évry CEDEX : 01 60 91 91 91 (contact@essonne.fr) Ouvert du lundi au vendredi de 9h à 17h www.essonne.fr Préfecture de l’Essonne > 0169919191 Ouvert du lundi au vendredi de 9h à 16h Appels d’urgence > Centre départemental des appels d’urgence (Pompiers/Samu) : 15, 18 ou 112 > Police secours : 17 > Centre antipoison (Paris) : 01 40 05 48 48 > SOS médecins : 0826889191 > SOS amitié : 01 42 96 26 26 > Enfants en danger : 119 > Violences conjugales info : 39 19 > Solidarité vieillesse : 39 77 > Sida info service : 0 800 840 800 > Drogues info service : 0 800 231 313 > Accueil sans-abri : 115 > SOS victimes : 08 842 846 37 Numéros utiles > Perte ou vol carte bleue : 0 892 705 705 > Perte ou vol chèque : 0 892 683 208 > Centre départemental d’accueil animalier : 01 60 77 45 67 > France Télécom télégramme téléphoné International : 0 800 334 411 National : 36 55 > Météo France : 0 892 680 291 > Dérangements téléphoniques : 10 13 > Gare SNCF grandes lignes : 36 35 > Service information réseau transilien : 0891362020 >RATP:32 46 > Réservations Air France : 0 820 820 820 > Infos Aéroports de Paris : 39 50 > Radio France : 32 30 > Dépannage Gaz de France : 01 64 46 13 14 > Horloge parlante : 36 99 10 D L’esprit d’initiatives Force A, la clé des champs écologique D Avec ses capteurs de diagnostic instantané sur l'état de santé des plantes, Force A invente l'agriculture raisonnée du XXI e siècle. Ce transfert de technologie issu des laboratoires d'Orsay préfigure un monde plus vert. 22 D Mieux vivre en Essonne Les collégiens d’abord ! D Alors même que le gouvernement s’apprête une nouvelle fois à baisser le nombre de postes d’enseignants et les moyens dévolus aux établissements pour 2009, l’Essonne réaffirme sa priorité : les mêmes chances de réussite pour tous les collégiens. 41 D Temps libre Ken Loach, invité d’honneur de Cinessonne D Pour ses dix ans, le festival du cinéma européen en Essonne a déployé son tapis rouge à Ken Loach. Invité d’honneur, le cinéaste britannique a répondu aux questions du public avant de recevoir un prix spécial. ÉVÉNEMENT P.4 PAM 91 ROULE POUR LA MOBILITÉ En Essonne, environ 40 000 personnes sont en situation de handicap. Le nouveau dispositif « Pour aider à la mobilité » (Pam 91), ouvert fin octobre, facilite leurs déplacements, partout en Île-de-France. D DOSSIER//RECHERCHE ET INNOVATION P.13 D MIEUX VIVRE P.20 LA SOLIDARITÉ À TOUT PRIX Seize épiceries sociales essonniennes, soutenues par le Conseil général, viennent en aide aux plus démunis en leur procurant des produits de première nécessité. Reportage à l’Épi de Massy. L’ESSONNE EN PREMIÈRE LIGNE K Avec ses centres de recherche de renommée internationale, ses équipements de pointe, ses grandes écoles, sa bonne santé économique, l’Essonne occupe une position stratégique dans la région. Une place essentielle que le Conseil général défend becs et ongles et entend bien renforcer. Le Département s’appuie pour cela sur un projet fondamental : l’Arc sud francilien de l’innovation regroupant le Plateau de Saclay, Orly et Évry. Distribution d’Essonne, le magazine du Conseil général Si vous connaissez des Essonniens qui ne reçoivent pas régulièrement notre magazine dans leur boîte aux lettres, merci de signaler leurs nom et adresse à la rédaction. Vous pouvez joindre Laurence Duvert au 01 60 91 91 06 ou par courriel lduvert@cg91.fr
Michel Berson, président du Conseil général de l’Essonne D « J’ai fait part à François Fillon de notre incompréhension devant ces milliards dépensés pour sauver les acteurs fous de l’économie casino alors que l’on n’arrive pas à trouver un milliard et demi pour financer le Revenu de solidarité active ». Crise financière : nous ferons face à nos responsabilités La crise financière américaine est devenue une crise économique mondiale qui frappe chacun d’entre nous, y compris le Conseil général de l’Essonne. En effet, avec la paralysie du marché de l’immobilier, les droits de mutations - l’une des principales sources de revenu des Départements - vont diminuer fortement en 2008 et 2009. On prévoit une baisse de recettes de 20% soit 35 millions d’euros, l’équivalent de 8 points d’impôts. Or, dans le même temps, nous devons aussi subir l’effet de décisions prises par les gouvernements successifs depuis cinq ans et qui ont asphyxié financièrement les collectivités locales. D’une part, les transferts de compétences de l’État vers les Conseils généraux se sont multipliés (RMI, routes nationales, personnels techniques des collèges, etc.) sans que les charges induites soient compensées intégralement. Ainsi, l’État doit au Département de l’Essonne 70 millions d’euros. D’autre part, au lieu d’engager une profonde réforme de la fiscalité locale, injuste et obsolète, les mêmes gouvernements ont plafonné les recettes des collectivités locales, dont la taxe professionnelle, et minoré les dotations que l’État leur verse. Le manque à gagner pour le Conseil général de l’Essonne est de 20 millions d’euros en 2008. Lors de ma récente rencontre avec le Premier ministre, j’ai dénoncé cette situation, conséquence de la volonté du Gouvernement de faire supporter aux collectivités locales une part de la dette de l’État et des déficits publics. Je lui ai, en outre, fait part de l’incompréhension générale devant ces milliards dépensés pour sauver les acteurs fous de l’économie casino, alors que l’on n’arrive pas à trouver un milliard et demi pour financer le Revenu de solidarité active (RSA) des plus démunis. Une telle politique gouvernementale, sourde à la réalité, place les Conseillers généraux devant un dilemme redoutable : réduire certains services publics départementaux, recourir sans cesse à l’emprunt ou augmenter les impôts locaux. Face à ce dilemme, vous pouvez compter sur ma détermination et celle de la majorité de gauche du Conseil général pour bâtir un budget départemental 2009 qui soit marqué par un effort amplifié d’économies dans toutes nos dépenses de fonctionnement et par un étalement de nos investissements sur plusieurs années. C’est notre responsabilité. Tout en restant mobilisés, plus que jamais, pour faire face aux conséquences sociales de la crise et rester fidèles à notre ambition de lutte contre les inégalités sociales et territoriales. C’est notre devoir. NOVEMBRE N°97 - 3



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :