[91] Mag de l'Essonne n°23 jun/jui 2019
[91] Mag de l'Essonne n°23 jun/jui 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°23 de jun/jui 2019

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général de l'Essonne

  • Format : (200 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 2,3 Mo

  • Dans ce numéro : les jeunes talents essonniens.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
GALERIE DE PORTRAITS craif.org (Centre de ressources autisme Île-de-France) ladapt.net Autisme Info Service  : 0800 71 40 40 Huguette Denis Le goût des autres Quelques centaines de mètres seulement séparent la maison d’Huguette Denis, de la mairie de Roinvilliers. Mais il n’est pas rare que la maire du village prenne une heure pour les parcourir. "Sur le chemin, je croise souvent les habitants, on prend le temps de discuter, confie avec sourire l’édile. Une proximité inéluctable dans un village de 106 âmes, et appréciée par Huguette Denis qui achèvera en 2020 son troisième mandat. Le dernier ? Pas sûr. "C’est passionnant de voir évoluer le village. Dernier exemple, l’arrivée de la fibre grâce au Conseil départemental. C’est la fin d’un combat de dix ans pour améliorer l’accès à Internet dans le village." Huguette Denis s’est installée à Roinvilliers en 1972, où son mari agriculteur exploitait des terres céréalières. Sa plus grande réussite pour "son" village ? "La création d’un syndicat réunissant huit communes rurales pour construire une école, sa cantine et son accueil périscolaire, à Bois-Herpin. L’établissement compte aujourd’hui 140 élèves." Huguette Denis se réjouit aussi que plusieurs femmes occupent, comme elle, la fonction de maire dans les villages alentours. "Les mentalités évoluent, c’est positif. Nous sommes aujourd’hui plus présentes, plus reconnues et écoutées." 12 ESSONNE & VOUS/N°23/juin-juillet 2019 Sabine Guillemin Une aide précieuse Selon la Haute Autorité de Santé, un enfant sur 150 est concerné par l’autisme en France. Un handicap qui freine considérablement l’accès aux soins, à la scolarité, aux droits. L’Essonne ne fait pas exception. Pour inverser la tendance, le Dispositif intégré handicap (DIH) 91* mise sur la coopération entre les professionnels des secteurs sanitaire, social, médico-social et éducatif. "Nous essayons de simplifier le parcours des personnes en situation de handicap, de construire une offre de services accessible, adaptée aux besoins. Nous trouvons des solutions au cas par cas pour les situations les plus complexes", détaille Sabine Guillemin, pilote du DIH depuis trois ans. L’année dernière, 29 enfants et un adulte atteints de troubles du spectre autistique (TSA) ont bénéficié de ce dispositif. Impactées, les familles font aussi preuve d’une implication hors-norme. "Notre rôle est également de soutenir les associations essonniennes de familles et d’aidants de personnes atteintes de TSA, pour fédérer les initiatives et faire bouger les choses", insiste Sabine Guillemin, militante de l’inclusion des personnes en situation de handicap. Expérimenté depuis 2016, le DIH a d’abord été réservé aux TSA, avant d’être élargi à tout type de handicap début 2019. *Au sein de Ladapt Essonne.
La voix des familles En février, Aïsseta Cissé accueillait dans les locaux de Génération II Citoyenneté Intégration le président de la République, Emmanuel Macron, de passage en Essonne pour une étape du Grand Débat face aux élus de banlieue. "Nous avons échangé sans filtre sur l’importance de la mixité sociale dans les quartiers", se souvient Aïsseta Cissé, fondatrice et directrice de l’association. Une rencontre présidentielle imprévue qui témoigne de l’importance de Génération II dans le département. Créée en 2000 à Évry, l’association multiplie les actions dans les quartiers prioritaires de la politique de la ville, avec "une approche globale, en tenant compte de toute la famille  : hommes, femmes et enfants". Il y a par exemple des ateliers avec des habitants venant d’une soixantaine de villes en Essonne, consacrés à l’apprentissage du français, l’accès aux droits, l’informatique, l’égalité femmes-hommes, la lutte contre les discriminations, etc. Un "pôle jeunes" permet de les accompagner dans leurs démarches professionnelles et personnelles. "Nous avons également un groupe de parole, Génération Papas Citoyens, pour aider les pères à jouer leur rôle éducatif dans la famille", complète Aïsseta Cissé, elle-même mère de trois enfants. Autant d’ini tiatives qui servent une ambition  : favoriser l’intégration à la citoyenneté sociale. Pour y parvenir, l’association compte depuis sa création sur le soutien du Conseil départemental, avec une subvention de 11 000 euros en 2018. Aïsseta Cissé est une fervente militante du "Faire ensemble pour mieux vivre ensemble" dans les quartiers. Aïsseta Cissé Fondatrice et directrice de l’association Génération II Citoyenneté Intégration à Évry Elle a grandi au Mali, avant de rejoindre Bondoufle en 1989 pour terminer ses études de médiation. Elle s’engage rapidement dans la vie associative, notamment en faveur de l’intégration des migrants. Forte de cette expérience, elle est - logiquement - nommée au Conseil présidentiel des villes* en mai 2018. Cette instance d’échange directement placée auprès du chef de l’État pour alimenter sa réflexion sur les quartiers prioritaires, est composée "d’acteurs engagés sur le terrain". L’ambition d’Aïsseta Cissé ? "Valoriser les actions innovantes en Essonne pour les décliner ailleurs en France." * Parmi les 24 membres du Conseil présidentiel des villes figurent deux autres essonniens  : Anne Charpy, présidente de l’association VoisinMalin, et Patrick Curmi, président de l’université d’Évry. ESSONNE & VOUS/N°23/juin-juillet 2019 13



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :