[91] Mag de l'Essonne n°152 novembre 2014
[91] Mag de l'Essonne n°152 novembre 2014
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°152 de novembre 2014

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général de l'Essonne

  • Format : (200 x 275) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 3 Mo

  • Dans ce numéro : dossier... au coeur des solidarités.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
4 à la une évry Réduisons nos déchets ! Réemployer des vêtements au lieu de les jeter. Donner une nouvelle vie à des objets en les customisant. Réduire les déchets d’emballage. En finir avec le gaspillage alimentaire, l’une des priorités du Conseil général. Tel est le programme de la Semaine européenne de réduction des déchets à laquelle le Conseil général et ses partenaires participent. Rendezvous du 19 au 22 novembre au Centre commercial régional Évry 2  : la place des sud essonne Non à l’exploitation du gaz de schiste Après le vote de plusieurs motions, le Conseil général s’est de nouveau exprimé contre l’exploitation du gaz de schiste en Essonne. Une société a déposé une demande à la préfecture pour prospecter les sous-sols du sud de l’Essonne et rechercher des hydrocarbures. L’occasion pour le département de rappeler son opposition et sa volonté de préserver l’environnement. Le préfet quant à lui a précisé qu’il ne s’agissait "en aucun cas d’une autorisation d’effectuer des travaux, même pour des recherches". corbeil-essonnes À la Fabrique à neuf... Une nouvelle ressourcerie a ouvert ses portes dans la zone Exona, près de Marques Avenue, avec le soutien du Conseil général. Elle s’appelle "La Fabrique à neuf", du nom de l’association qui gère les lieux. Ici, sont stockés et remis en état des objets (meubles, ordinateurs, vêtements, électroménager, jouets, bibelots), soit récupérés chez les habitants de l’agglomération Seine Essonne* (sur rendez-vous), soit déposés directement par ces derniers. Charge aux 3 jeunes embauchés en emplois d’avenir - un 4 e est en cours - de réparer les objets qui peuvent l’être, de leur donner une seconde vie, puis de les revendre dans la boutique. "On est sur de l’insertion pérenne de jeunes de moins de 26 ans sans diplôme, précise Pierre Garnier, directeur de l’association et de la ressourcerie. Nous leur proposons un CDI de 35 heures par semaine." *L’agglomération Seine Essonne comprend Corbeil-Essonnes, Étiolles, Le Coudray-Montceaux, Saint-Pierre-du-Perray et Soisy-sur-Seine. [infos] 09 67 49 79 87/www.lafabriqueaneuf.org La ressourcerie est ouverte tous les jours sauf le dimanche, de 10h à 12h et de 14h à 19h ; le samedi, de 10h à 13h. rendez-vous mi novembre au centre commercial d'Évry pour la semaine européenne de réduction des déchets. cascades sera animée de nombreux stands aussi pratiques que pédagogiques, qui ont tous pour point commun de nous transformer en éco-citoyens. Vous apprendrez aussi à réaliser des produits d’entretien et des cosmétiques en utilisant des produits naturels. Et parce que jardiner sans pesticides est vraiment meilleur pour l’environnement, vous repartirez avec un tas de conseils vertueux. Au fait, savezvous qu’adopter une poule réduit considérablement les déchets ? Gourmandes, elles se nourrissent de pain dur mais aussi des restes de repas, d’épluchures de légumes… Un couple de poules avalerait environ 300 kg de déchets par an. Bénéfice pour les heureux propriétaires, outre une poubelle allégée  : 500 œufs frais par an ! 
Quand il s’agit de réduire encore et toujours nos déchets, tous les moyens sont bons.
protection de l'environnement Un service public de la rénovATION énergétique mag+ essonne.fr En ligne, présentation en vidéo de ce site Internet. lE chiffre million 1d’euros C’est la somme que le Conseil général consacrera au chéquier éco-énergie, en 2015. Une façon pour le département d’aider financièrement les ménages qui se lanceront dans des travaux de rénovation. Ces derniers disposent déjà d’aides de la région ou encore des crédits d’impôts. En Essonne, 205 000 logements nécessiteraient d’être refaits et mieux isolés pour que leurs occupants ne jettent plus l’argent par les fenêtres. Une précarité énergétique qui a aussi un coût écologique puisqu’elle contribue au réchauffement climatique. Pour simplifier les démarches des Essonniens souhaitant réaliser des travaux, le Conseil général a conçu, en lien étroit avec une quinzaine de partenaires, le site www.renover-malin.fr. En un clic, les intéressés trouvent gratuitement des conseils financiers et techniques (via des fiches pratiques) ainsi que des bonnes adresses de pro fessionnels locaux regroupés autour du label RGE (Reconnu garant de l’environnement). À cet accompagnement virtuel, s’ajoute celui bien réel et toujours gratuit d’ingénieurs thermiciens de formation, les "coach renov". "Rénover malin est le service public de la rénovation énergétique. Il accompagne les Essonniens dans leurs projets de A à Z", indique Frédéric Petitta, vice-président du Conseil général chargé du logement et de l’habitat, lors de la présentation officielle le 9 octobre dernier. Ségolène Royal, la ministre de l’écologie, retenue par une réunion d’urgence avec les routiers, a adressé un message, lu par Jérôme Guedj, le président du Conseil général  : "Je salue votre initiative qui s’inscrit dans la transition énergétique." Pour Bernard Toulouse, président de la fédération française du bâtiment Essonne, "ce guichet unique va être la vitrine de nos entreprises. Cela va contribuer à dynamiser l’économie locale". Car relancer l’emploi est l’un des enjeux de Rénover malin. Et pour inciter les particuliers à s’engager dans ces travaux, le Conseil général leur donnera un coup de pouce, dès début 2015, via les "chèques éco- énergie". Le Conseil général reste un bouclier social APA (allocation personnalisée d’autonomie) pour les personnes âgées, RSA pour les Essonniens en difficulté d’insertion, fonds de solidarité pour le logement (FSL) destiné aux habitants les plus précaires (bénéficiaires de minima sociaux, salariés aux revenus très bas)... Conséquence directe de la crise, les Conseils généraux doivent faire face à une progression continue des demandes d’aides sociales. L’Essonne ne fait pas exception à la règle. En 2013, près de 10 700 dossiers instruits principalement par les MDS (Maisons départementales des solidarités) ont été traités par le FSL. En plus des aides aux impayés d’énergie en nette augmentation, celles au main tien dans le logement connaissent une hausse de 34% entre 2012 et 2013. 42% des ménages aidés par le fonds de solidarité pour le logement (FSL) en Essonne sont des familles monoparentales. mag de l’Essonne novembre 2014 152 5



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :