[91] Mag de l'Essonne n°152 novembre 2014
[91] Mag de l'Essonne n°152 novembre 2014
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°152 de novembre 2014

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général de l'Essonne

  • Format : (200 x 275) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 3 Mo

  • Dans ce numéro : dossier... au coeur des solidarités.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
10 dossier La porte d'entrée des solidarités C’est une porte qu’on a souvent du mal à pousser. Et pourtant, derrière, plus de 1 100 spécialistes de l’action sociale et de la santé sont là pour vous accueillir, vous informer, vous accompagner ou vous orienter en cas de problèmes financiers, de logement, familiaux ou sanitaires. Bienvenue au cœur des Maisons départementales des solidarités, dites MDS. Des équipements phares du service public départemental, disséminés sur tout le territoire et ouverts à tous les Essonniens. L’un des rares lieux, aujourd’hui, à assurer un suivi de proximité face à "l’urgence sociale". Exemple à Arpajon. L'accuEIL de la Maison départementale des solidarités (Mds) d'Arpajon.
Avec ses façades gris métallique et ses grillages jaunes fraîchement peints, la Maison départementale des solidarités (MDS) d’Arpajon, en plein cœur de l’Essonne, se voit de loin. Est-ce la raison de son affluence quotidienne ? En moyenne, une cinquantaine de visiteurs et une centaine d’appels télépho niques par jour. Aujourd’hui, il est 13h20 et déjà un "usager-citoyen" (dans le jargon MDS), coiffé d’une casquette, attend l’ouverture des portes, un épais dossier à la main. "Je viens pour un problème de logement, confie l’homme à la casquette. J’ai 71 ans et je suis perdu avec tous les documents à fournir." Vingt minutes plus tard, la salle d’attente est bondée. Des femmes en majorité mais aussi "de plus en plus d’hommes seuls, analyse Marie-Claude, assistante administrative spécialiste du RSA (revenu de solidarité active), chargée de l’accueil du public. Cet après-midi, nous avons beaucoup de personnes qui viennent pour des rendez-vous avec les travailleurs sociaux, d’autres pour compléter leurs dossiers, et des rencontres médiatisées entre parents et enfants confiés à l’aide sociale à l’enfance". Des visiteurs "habitués" en quelque sorte. Mais qu’est-ce qui a poussé ces hommes et ces femmes à franchir la porte de cet équipement Service public départemental 100% utile au quotidien départemental pour la toute première fois ? "Les MDS sont chargées de la mise en œuvre de la politique des solidarités du département, rappelle Raphaëlle Cabaret, cheffe du service accueil polyvalence insertion. Ici, on reçoit tout public (lire ci-dessous), sans exclusion aucune, sur toutes les questions liées à l’action sociale  : problèmes financiers, ouverture de droits, dont le RSA, aide alimentaire, coupure d'électricité, hébergement ou logement, problèmes éducatifs avec les enfants, conjugaux, de santé… Mais ces dernières années, avec le contexte de dégradation économique et de grande fragi lité sociale, les demandes et les usagers ont changé. De plus en plus de travailleurs pauvres, de ménages surendettés, de jeunes, de retraités et de familles monoparentales viennent frapper à notre porte. Des personnes victimes d’accidents de la vie, comme une perte d’emploi, de logement, une séparation ou un divorce et qui arrivent ici dans une situation souvent catastrophique. Et comme en parallèle beaucoup de services publics ont réduit leurs moyens, nous sommes aujourd’hui presque les seuls à assurer ce suivi social de proxi mité ! Nous devons donc apporter de nou velles solutions à de nouveaux MDS, PMI, CPEF, CDPS… publics." Une des "solutions" a été votée par le Conseil général fin 2013, avec le Schéma de développement social, qui "remet l’usager au cœur du dispositif", définit des "publics prioritaires" - les jeunes, les familles et les personnes en difficulté d’insertion - et instaure un "pilotage territorial" de l’action sociale. "Quel que soit leur problème, nous leur apportons toujours une réponse" Dans le service de Raphaëlle Cabaret, ils - mais surtout elles, puisqu’il n’y a qu’un seul homme dans l’équipe - sont 32 à recevoir au quotidien les habitants du territoire d’Arpajon et ses environs  : assistantes administratives (dont une jeune en emploi d’avenir), assistantes sociales, conseillères d’insertion et expert RSA. Leur mot d’ordre ? "Quel que soit leur problème, nous leur apportons toujours une réponse, assure Marie, assis tante sociale. Une réponse au cas par cas." (lire p.12) "Notre objectif, conclut Raphaëlle Cabaret, est que ces personnes puissent accéder à l’autonomie ou rebondir tout de suite en cas de pépin." "Porte d’entrée" ou "chef d’orchestre", les MDS travaillent de concert avec tous les autres équipements sociaux du département. Selon la demande et le type de public, les visiteurs peuvent être réorientés vers un centre de protection maternelle et infantile (PMI), ou un centre de planification et d’éducation familiale (CPEF) - des équipements qui parfois se trouvent dans les mêmes locaux que les MDS -, un centre départemental de prévention et de santé (CDPS), la maison départementale des personnes handicapées de l’Essonne (MDPHE)... Mais aussi vers des services publics autres que ceux du Conseil général  : centres communaux d’action sociale (CCAS), centres locaux d’information et de coordination (Clic) pour les personnes âgées, missions locales pour les jeunes... Le message à retenir pour ne pas se perdre  : frappez d’abord à la porte d’une MDS ! C’est leur travail. mag+ essonne.fr En ligne, dans la rubrique Santé-Social, un dossier complet sur les MDS et tous les contacts dans la rubrique Annuaires. mag de l’Essonne novembre 2014 152 11



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :