[91] Mag de l'Essonne n°139 avril 2013
[91] Mag de l'Essonne n°139 avril 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°139 de avril 2013

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général de l'Essonne

  • Format : (140 x 185) mm

  • Nombre de pages : 40

  • Taille du fichier PDF : 6,2 Mo

  • Dans ce numéro : la nouvelle Carte Jeune, elle déchire tout !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
La future Maison Vivaldi à Corbeil-Essonnes, un foyer de vie pour adultes atteints de troubles psychiques. À l’avant-garde dans la prise en charge des malades psychiques À l’occasion de la 24 e semaine de la santé mentale et à la veille de l’adoption par le Conseil général de son nouveau schéma départemental des personnes handica - pées, l’Association de lieux de vie essonniens (ALVE) présentait, le 22 mars à Corbeil-Essonnes, la Maison Vivaldi. C’est la 5 e structure entièrement dédiée à l’aide aux personnes fragi lisées par des troubles psychiques, créée dans notre département en douze ans par ce collectif de familles et de soignants. Dès 2001, avec le soutien sans faille du Conseil général, ALVE ou v rait en effet sa première maison, alternative innovante à l’hospitali - sa tion, à Juvi sy, puis Étampes, Brétigny et Massy. « Ce sont de petites structures où chacun peut vivre sa vie en bénéficiant d’un suivi personnalisé », explique la mère d’un patient schizophrène. Adaptée aux Un accord historique ! Le 8 mars dernier, à l’occasion de la Journée internationale des droits des femmes, toutes les organisations syndicales de la fonction publique ont signé à Matignon un protocole d’accord sur l’égalité professionnelle entre les hommes et les femmes. Jérôme Guedj, député et président du Conseil général de l’Essonne, y a participé, au titre de représentant de l’Assemblée des départements de France (ADF) : « Sur ce sujet fondamental, nous n’avons pas à rougir de notre politique en Essonne, même si beaucoup de choses restent à faire. L’égalité est un combat qui se mène à chaque instant et la fonction publique se doit d’être exemplaire en la matière. Nos décisions et nos actions* ont vocation à faire du département le chef de file territorial en matière d’égalité professionnelle. » Pour la conseillère générale déléguée à la promotion de l’égalité Maud Olivier, qui pilote ces itiniatives, « l’échelon territorial doit non seulement être le relais de cette volonté, mais aussi un accélérateur dans la construction de l’égalité ». *Avec un premier plan d’actions départemental en 2007, la signature de la Charte européenne pour l’égalité entre les femmes et les hommes dans la vie locale en 2009 et le vote d’un deuxième plan en juillet 2012, qui intègre l’égalité femmes-hommes dans la politique de ressources humaines du département. egalite.essonne.fr patients vivant depuis longtemps avec la ma ladie mentale, cette initiative libère des lits en favorisant une vie indépendante pour un coût bien inférieur à celui d’une hospitalisation. Sur 1 800 m², la future Maison Vivaldi de Corbeil offrira 18 places en internat et deux chambres pour les résidents temporaires. L’Essonne finance à hauteur de 1,2 million d’euros l’aména - gement de cet établissement qui ouvrira en 2014 et dont l’autorisation vient d’être accordée. « Le but est d’accompagner les résidents vers l’autonomie au cœur de la cité, à Corbeil », s’est félicité Jerôme Guedj, président du Conseil général lors de la visite du site. Situé dans un bâtiment cédé par le Centre hospitalier Sud Francilien, cette structure travaillera en étroite colla - boration avec le service de psychiatrie de cet hôpital. Égalité femmes-hommes dans la fonction publique 4 4•Le• L’Essonne mag de l’Essonne le magSjanvier/avril 2013/2010SN°109 n°139 À la Une Rouler proprement… Le 1er salon dédié aux véhicules propres - électriques, hybrides ou peu polluants - en Île-de-France se tiendra du 25 au 28 avril à Sainte-Genevièvedes-Bois, sur l’esplanade Gérard Philipe. Organisé par la Communauté d’agglomération du Val d’Orge, il sera exclusivement réservé aux entreprises et aux collectivités les 25 et 26 avril. Le week-end, il sera ouvert à tous les Essonniens qui trouveront, sur les stands, de bonnes idées pour passer au vert... Des promotions toute l’année Chaque trimestre, le Comité départemental du tourisme propose des tarifs réduits ou encore des offres exceptionnelles sur des loisirs ou activités à faire en Essonne. Un exemple parmi tant d’autres : une entrée sera offerte à la Maison littéraire de Victor Hugo, à Bièvres, pour une place payante. Autant de « Bons plans » à retrouver sur www.essonne-bonsplans.com Show de printemps Les amoureux des plantes vivaces sillonneront les allées du domaine de Saint-Jean-de-Beauregard du 12 au 14 avril, où ils retrouveront la fine fleur des jardiniers. Ces 200 spécialistes ne seront pas avares de conseils. Thématique de ce premier grand rendez-vous horticole de l’année : les plantes belles toute l’année.• Infos au 0160120001 et sur www.domsaintbeauregard.com
Handicap : des besoins érigés en priorités Répondre aux besoins croissants des Essonniens handicapés en leur apportant davantage de services pour qu’ils vivent mieux en Essonne. Tels sont les objectifs du nouveau schéma départemental adopté le 25 mars dernier par les élus du Conseil général*. Elaborée en partenariat étroit avec les nombreux acteurs associatifs et institutionnels du secteur et les personnes handicapées elles-mêmes (1 000 d’entre elles vivant à domicile ont été interrogées), cette feuille de route est valable pour les cinq années à venir. Fructueuse, la concertation a d’abord permis de dresser un état des lieux de ce qui a été réalisé entre 2006 et 2012. Parmi les progrès notables, l’Esson - ne dispose de la seconde offre la plus importante en foyers d’hébergement en Île-de-France. « Pour ce nouveau schéma, nous avons fait des propositions dans une logique de parcours de vie, au-delà de nos seules compétences départementales », précise Marjolaine Rauze, vice-présidente chargée des solidarités et de la santé. Car beaucoup reste à faire dans la prise en charge des handicapés vieillissants, des personnes atteintes d’autisme ou encore dans l’accompagne - ment des aidants et des familles. Des besoins devenus orientations départementales déclinées en 24 fiches actions. Le Conseil général s’engage par exemple à favoriser l’insertion professionnelle de toutes les personnes handicapées. Pour qu’elles trouvent leur place dans la cité, l’accès au sport et à la culture va être renforcé. En matière d’accessibilité de ses bâtiments publics, le département veut aussi aller plus loin, en expérimentant un agenda d’accessibilité programmé, comme le préconise Claire-Lise Campion dans son rapport « Réussir 2015 ». *Chef de file de l’action sociale et donc du handicap, le département finance la Prestation de compensation du handicap et l’Allocation compensatrice pour tierce personne pour un budget cette année de 31 millions d’euros. essonne.fr En ligne, le nouveau schéma départemental 2013-2018 en faveur des personnes handicapées L’accessibilité au rapport Les lieux publics, les transports, les logements seront-ils accessibles à tout type de handicap en 2015, comme le prévoit la loi du 11 février 2005 ? Début mars, la sénatrice et conseillère générale Claire-Lise Campion a remis un rapport sur la question au Premier ministre et à Marie-Arlette Carlotti, ministre déléguée aux personnes handicapées. « Même si nous ne pouvons pas nous en satisfaire, le bilan en Essonne, notamment sur le logement, est meilleur qu’au niveau national. Il conforte la politique menée par le Conseil général », souligne Marjolaine Rauze, vice-présidente chargée des solidarités et de la santé. Le document contient 40 propositions, qualifiées par Jérôme Guedj d’ » ambitieuses et réalistes » pour « Réussir 2015 ». Le nouveau schéma départemental du handicap, adopté le 25 mars, prend en compte certaines de ces préconisations. Handicap et sexualité : la réflexion est lancée Une des fiches-actions du nouveau schéma en faveur des Essonniens handicapés porte sur la vie affective et sexuelle de ces personnes. Elle pose la question complexe et délicate de l’éveil et de l’accompagnement à la sexualité des personnes lourdement handicapées. Et lance la réflexion sur la formation spécifique des professionnels à ces enjeux. Les notions d’assistance sexuelle, au sens où l’entend le Comité consultatif national d’éthique, et de prostitution étant exclues. « On peut trouver des réponses adaptées aux besoins des personnes handicapées tout en respectant les lois. Ouvrons la discussion », a indiqué Marjolaine Rauze, vice-présidente chargée des solidarités et de la santé. Et Jérôme Guedj, le président du Conseil général d’ajouter : « C’est de notre responsabilité de lancer le débat. Ce que nous faisons aujourd’hui est inédit et utile. » n°139/avril 2013/Le mag de l’Essonne•5



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :