[91] Mag de l'Essonne n°139 avril 2013
[91] Mag de l'Essonne n°139 avril 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°139 de avril 2013

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général de l'Essonne

  • Format : (140 x 185) mm

  • Nombre de pages : 40

  • Taille du fichier PDF : 6,2 Mo

  • Dans ce numéro : la nouvelle Carte Jeune, elle déchire tout !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 38 - 39  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
38 39
Étonnante Essonne• Brétigny-sur-Orge Le dernier chapitre de la base aérienne 217 Une histoire se termine, celle de la base aérienne 217 ; un livre lui ouvre ses pages, sous la plume de Natacha Eijckmans : « Brétigny, Base d’excellence ». Doctorante en histoire et officier de réserve dans l’armée de l’air, l’auteure de cet ouvrage dresse le portrait de la célèbre base aérienne de Brétigny-sur-Orge, qui a fermé ses portes l’année dernière. T « Brétigny, Base d’excellence. Soutien. Actions. Essais. Histoire de la base aérienne 217 Colonel Félix Brunel », sous la direction du colonel Olivier Fabre Textes de Natacha Eijckmans Éditions Privat - 142 pages juillet 2012 - 32 euros. 38• Le mag de l’Essonne/avril 2013/n°139 Tout commence en 1938 lorsqu’un aérodrome est implanté sur le site de Brétigny. À la fin de la Seconde Guerre mondiale, la plate-forme aéronautique prend véritablement son envol avec l’implantation du centre d’essais en vol et l’aménagement de la plus grande piste d’Europe de l’époque. Pendant plus de cinquante ans, les fleurons de l’aéronautique nationale - Airbus, Concorde, Falcon, Mirage, Rafale - ont été testés sur ce site par des pilotes expérimen - tés. Autant de figures légendaires qui ont réalisé nom bre de premières et de records : vol du premier avion fran - çais à réaction par Daniel Rastel en 1946 ou record du monde de vitesse (1151 km/h) éta bli par Jacqueline Auriol en 1955. Site stratégique chargé d’histoire esson nienne, Brétigny mérite son titre de « Base d’excellence » (BA). La base aé rienne 217 « Colonel Félix Brunel » naît officiellement en 1976. Selon le général d’armée aérienne Jean-Paul Paloméros, qui signe la préface de l’ouvrage, cette base d’excel - lence, où 2000 femmes et hommes étaient employés, « joue dès lors, un rôle majeur au sein de l’armée de l’air : la diversité des unités qui se succè - dent sur son emprise traduit la vitalité d’une armée de l’air agissant telle une équipe soudée ». Quarante ans plus tard, c’est une autre histoire, comme le précise Natacha Eijckmans dans son ouvrage. « L’année 2007 marque un tour nant avec la fermeture définitive de la piste, mettant fin à une vocation aéroportuaire de près de soixante-dix ans. Enfin, en 2008, l’annonce de la fermeture de la BA 127 pour l’année 2012 est confirmée. » Aujourd’hui, dans le cadre du vaste pro cessus de res - tructuration des armées, si certaines activités militaires de l’ancienne base vont être mainte nues, sa surface de près de 750 hec tares va être cédée par l’État aux qua tre communes limi - trophes : Brétigny, Le Plessis-Pâté, Leudeville et Vert-le-Grand. Autant d’espaces destinés à des projets de développement économique et agricole. Ainsi s’écrit le dernier chapitre de l’histoire de la base aérienne 217 « Colonel Félix Brunel «.
Perspective complète du bâtiment Cambois avec la tour de contrôle en arrière-plan. La tour de contrôle esseulée sans le bâtiment Cambois (avant 1949). À l’arrière-plan, les deux hangars sont encore loin d’être achevés… Les huit hangars demi-tonneaux, la tour de contrôle et le bâtiment Cambois qui abrite la SIMMAD. À gauche : Le bâtiment du BEAD Air, autrefois surnommé le « Hilton », qui abritait l’entreprise Dassault. Le BEAD Air s’y installe en 2002. À droite : Le bâtiment Dewoitine, une construction moderne élaborée pour la SIMMAD en douze mois seulement ; il est inauguré le 11 mars 2004. Inauguration de la piste 05-23 et du bâtiment Hussenot le 23 juin 1953, en présence du président de la République Vincent Auriol et de son épouse, ainsi que du président du Conseil, René Pleven. L’ingénieur en chef Louis Bonte, directeur du CEV, penché vers le président, a pour l’occasion prêté les fauteuils de son bureau. Au pied de la tour de contrôle, les hélicoptères renouent avec Brétigny lors de la dernière cérémonie donnée en l’honneur du colonel Brunet, le 5 décembre 2011. n°139/avril 2013/Le mag de l’Essonne•39



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :