[91] Mag de l'Essonne n°139 avril 2013
[91] Mag de l'Essonne n°139 avril 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°139 de avril 2013

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général de l'Essonne

  • Format : (140 x 185) mm

  • Nombre de pages : 40

  • Taille du fichier PDF : 6,2 Mo

  • Dans ce numéro : la nouvelle Carte Jeune, elle déchire tout !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 24 - 25  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
24 25
Près de chez vous Briis-sous-Forges Vaccinations gratuites le 29 avril Dans le cadre de la Semaine européenne de la vaccination fin avril, le centre départemental de prévention et de santé (CDPS) d’Étampes propose une exposition et des vaccinations gratuites sur rendez-vous (à partir de 6 ans) le 29 avril à la communauté de communes du Pays de Limours, au 615 rue Fontaine de Ville à Briis-sous- Forges : DTP (diphétérie/tétanos/polio), coqueluche, ROR (rougeole/oreillons/rubéole) et méningiteC. Renseignements et inscriptions au 01 64 94 53 99. essonne.fr/sante-social En ligne, toutes les actions prévues dans le cadre de la Semaine européenne de la vaccination. Orsay De la testostérone contre la sclérose en plaques Un espoir pour les 80 000 personnes atteintes de sclérose en plaques en France : des chercheurs de l’université Paris-Sud à Orsay et du CNRS viennent de montrer que la testostérone et ses dérivés pourraient constituer un « traitement efficace » contre cette maladie chronique du système nerveux. Ces hormones contribuent à régénérer la myéline, une substance indispensable pour la circulation du message nerveux et qui est progressivement détruite par la sclérose en plaques. La testostérone permettrait donc d’atténuer les symptômes de cette maladie. Des travaux complémentaires sont en cours. Les subventions du Conseil général CULTURE• 757 000 euros à des établissements d’enseignement artistique et à des associations spécifiques, dans le cadre de l’aide aux projets.• 53 000 euros à deux syndicats intercommunaux de musique en milieu rural pour des manifestations départementales.• Massy > 298 500 euros à la commune pour l’Opéra et l’Orchestre de Massy, au titre de l’année 2013. 24• Le mag de l’Essonne/avril 2013/n°139 tuberculose EAU• 2 100 000 euros à des collectivités pour les aider dans la dépollution des eaux et dans la gestion des systèmes d’assainissement.• 280 000 euros à des collectivités pour les accompagner dans la valorisation des rivières et des milieux aquatiques.• 158 000 euros à des collectivités pour les soutenir dans la gestion des risques d’inondation. Le CLAT 91 en actions Ce sigle ne vous dit peut-être rien, et pourtant le centre de lutte antituberculeuse de l’Essonne (CLAT 91) remplit une mission de santé publique essentielle. Dépistages individuels ou organisés, enquêtes systématiques auprès des malades, prise en charge des populations les plus exposées, mais aussi prévention, sensibilisation en milieu scolaire, formation de professionnels... Toutes ces actions visent à faire reculer cette maladie, dont on célébrait la Journée mondiale le 24 mars et qui reste l’une des plus meurtrières au monde. En France, elle a fortement diminué depuis les années 1950 et les décès sont très rares, mais la région Île-de-France concentre encore un tiers des cas recensés dans le pays. D’où la création de CLAT dans tous les départements franciliens. En Essonne, le Conseil général a souhaité que l’activité de lutte antituberculeuse, jusque-là répartie sur les CDPS, soit effectuée par une équipe unique dédiée à cette mission. Créé en 2010, le CLAT 91 compte aujourd’hui 4 infmières, 4 secrétaires, 5 pneumologues, un médecin à mi-temps et un médecin responsable, basés à Évry, ainsi que 5 antennes de consultation à Arpajon, Étampes, Évry, Juvisy et Massy. essonne.fr/sante-social/prevention-sante/la-tuberculose• 180 000 euros à des collectivités pour leur permettre de préserver les ressources en eau et de fiabiliser l’alimentation en eau potable. LOGEMENT• 487 000 euros à un bailleur social pour construire des logements à Saintry-sur-Seine et ainsi participer à l’effort national.• 280 000 euros à un bailleur social pour qu’il achète et améliore des logements frappés d’insalubrité situés rue des Gaulois à Juvisy-sur-Orge.
•en direct du Conseil général La vallée de la Juine compte à elle seule plusieurs « réservoirs de biodiversité », identifiés par le schéma régional de cohérence écologique (SRCE). écologie L’Essonne dit oui au schéma de la Région La « Trame verte et bleue », telle qu’elle est définie par l’État et la région Île-de- France, recoupe bien le réseau d’espaces naturels essonniens à préserver. C’est la conclusion du Conseil général de l’Es - son ne après analyse du projet de schéma régional de cohérence écologique (SRCE). L’Essonne vient de rendre un avis favorable sur ce document, qui identifie « les com - po santes de la Trame verte et bleue » à l’échelle de l’Île-de-France - réservoirs de biodiversité, corridors écologiques, cours d’eau et canaux, obstacles au fonctionne - ment de ces continuités écologiques -, afin de les préserver ou les restaurer.• 1000 000 euros à un bailleur social pour la construction et la réhabilitation de logements à Arpajon, Auvers-Saint- Georges, Bures-sur-Yvette, Gometz-le-Châtel, Lardy, Morsang-sur-Orge et Sainte- Geneviève-des-Bois.• 410 000 euros à un bailleur associatif local pour qu’il achète et améliore des logements à Longpont-sur-Orge. « En Essonne, le SRCE prend en compte environ 90% des Espaces naturels sensi - bles (ENS) départementaux (1300 hectares). Et 63% de ces ENS (910 hectares) sont identifiés en tant que réservoirs de la biodiversité », a souligné Claire Robillard, vice-présidente du Conseil général chargée du dévelop pement durable et solidaire et de l’environnement, lors de la présentation de ce projet à l’Assemblée départementale le 25 février. L’Essonne demande maintenant à être étroitement associée à la mise en œuvre du SRCE sur le territoire essonnien, après son adoption prévue fin 2013. SOLIDARITÉ• 154 000 euros à des associations qui contribuent à rompre l’isolement et à favoriser l’insertion sociale des Essonniens les plus démunis, à l’instar d’Horizons IV : la structure, qui œuvre dans le Sud Essonne, propose aux Étampois des ateliers de cuisine pour partager et découvrir les saveurs du monde. Une cité de l’habitat durable et intelligent Le projet Val Vert Croix Blanche, ce pôle « écolo » prévu au sud de la zone commerciale de la Croix Blanche à l’horizon 2016, a été dévoilé au public début mars, lors d’une réunion au Plessis-Pâté. C’est finalement l’architecte François Leclercq, un habitué des projets de grande envergure (Grand Paris, Euroméditerranée II, La Défense) qui a été retenu pour imaginer ce qui sera la plus grande zone commerciale de France dédiée au développement durable. Conçue au départ comme une « cité de l’habitat durable et intelligent », elle proposera aux particuliers et aux professionnels des informations, des conseils et des formations pour réduire leur consommation d’énergie dans tous les domaines, l’habitat principalement mais aussi les transports. Les visiteurs trouveront aussi la matière première pour s’équiper de façon écologique (fenêtres, toitures, voitures...) et consommer bio, avec 80 hectares dédiés à la culture de fruits et de légumes bio vendus sur place aux consommateurs. TRANSPORT• 14 000 euros pour financer des travaux d’isolation acoustique de riverains situés en bordure du site propre pour transports en commun reliant la gare RER B de Massy à l’École polytechnique de Palaiseau. VOIRIE• 52 000 euros pour financer des travaux d’isolation acoustique de riverains situés en bordure de la RN 20 à Égly. n°139/avril 2013/Le mag de l’Essonne•25



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :