[91] Mag de l'Essonne n°139 avril 2013
[91] Mag de l'Essonne n°139 avril 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°139 de avril 2013

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général de l'Essonne

  • Format : (140 x 185) mm

  • Nombre de pages : 40

  • Taille du fichier PDF : 6,2 Mo

  • Dans ce numéro : la nouvelle Carte Jeune, elle déchire tout !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
Patrick Prigent L’Essonne Sylvain et Christian Binet Le créateur des « Bidochon » (à droite) et son fils travaillent à l’adaptation de la célèbre BD en dessin animé en 3D Président de l’association Les potagers de Marcoussis, structure d’insertion par le maraîchage écologique Pour ce Breton d’origine, Marcoussis est bien plus qu’un lieu de villégiature agréable. Ce membre de la chorale de chants de marins « Les barbus de la Salmouille », qui a quelque chose de Gilles Servat, s’est engagé dans le développement de l’association Les potagers de Marcoussis depuis ses débuts. Situé au cœur du « Triangle vert », terroir à forte tradition maraîchère, cette exploitation biologique pas comme les autres est un outil pour reprendre pied dans la société et l’emploi. Vingt-quatre jardiniers alternent travaux des champs, préparation des paniers de légu - mes pour les adhérents et formations. Une ferme agroécologi - que regroupant toutes les activités de l’association ainsi qu’une conserverie sortira de terre l’été prochain, soutenue par le Conseil général à hauteur de 800000 euros. « Cela n’a pas toujours été facile au départ, les gens ont beaucoup d’a priori sur les publics en insertion », remarque avec lucidité cet Essonnien au regard pétillant et déterminé. Certains voisins agriculteurs prêtent désormais main-forte à l’initiative écologique. Le responsable de ce bel exemple d’économie sociale et solidaire peut être fier du chemin parcouru depuis dix ans. 16• Le mag de l’Essonne/avril 2013/n°139 Arrivé à l’âge de 4 ans à Etampes, Christian Binet vit toujours dans cette ville. C’est là qu’il a inventé, en 1977, les Bidochon. Avec son fils Sylvain, directeur artistique de Création Homâ, un studio qui réalise des images numériques en 2D et 3D, ils se sont associés à d’autres spécialistes pour porter à l’écran, en 3D et en couleurs, ces Français moyens irrésistiblement drôles. « Les adaptations au théâtre et au cinéma m’ont frustré, indique Christian Binet. J’ai accepté ce projet car je garde la main dessus. » Une vidéo de quel ques minutes est déjà prête : Robert et Raymonde, plus vrais que nature, posent en maillot de bain, dansent... Car dans ce film dont une grande partie du scénario est ficelée, les Bidochon partent en village vacances familles. « On tra vaille dessus depuis quatre ans. On a été confronté à des contraintes techniques importantes », révèle Sylvain Binet. Si des producteurs sont rapidement trouvés, le longmétrage pourrait sortir sur grand écran en 2015. « On a déjà des pistes. Nous ne sommes pas pressés. Un tel projet coûte 4,5 à 6 mil lions d’euros, ajoute Binet fils. On veut vraiment réaliser un beau produit 100% français. »
 » c’est vous Un médicament contre l’obésité et le diabète d’ici 8 ou 9 ans Itzik Harosh Président-fondateur de la société Obe Therapy Biotechnology, implantée au Genopole d’Évry Comment est née Obe Therapy Biotechnology ? Itzik Harosh : Par mon parcours univer sitaire et professionnel, j’ai beaucoup travaillé sur les maladies cardio-vas culaires et les pathologies associées comme l’obésité et le diabète. En 2000, j’ai souhaité créer la société Obe Therapy Bio - technology. J’ai trouvé un accueil favorable au Genopole d’Évry, où, grâce au soutien de collectivités comme le Conseil général de l’Essonne, j’ai pu bénéficier d’un soutien important, en termes d’infrastructures et de contacts notamment. 2012 a marqué une étape clé pour votre société... I. H. : En effet, car nous avons identifié plusieurs nouveaux gènes cible pour le traitement de l’obésité et du diabète de type II. Concrètement, l’équipe a réussi à repérer les gènes qui inter viennent dans les pathologies condui sant à la maigreur. Il s’agit d’une étape majeure car connaître les gènes impli qués est un préalable nécessaire pour développer de nouveaux médicaments. En d’autres termes, vous avez donc cherché à identifier un « gène de la maigreur » ? I. H. : Exactement ! C’est une approche inédite car, plutôt que de travailler sur les causes de l’obésité, nous avons cherché à mieux connaître les patho lo gies dont étaient atteints les patients qui restent maigres malgré une ali men - tation normale. En nous plongeant dans la littérature scientifique, nous avons identifié une enzyme clé qui acti ve d’au tres protéines présentes dans le pancréas et qui agissent sur la digestion. Ensuite, nous avons découvert des inhibi - teurs qui limitent l’action de cette enzyme et l’absorption des calories par l’organisme... et avons réussi à faire maigrir des souris. Cela signifie que vous allez concevoir un médicament capable de lutter contre l’obésité et le diabète ? I. H. : Le chemin est encore long mais c’est effectivement notre objectif. Nous avons déjà réalisé les premiers tests sur les souris et devons encore procéder à des expériences sur un second modèle animal avant de pas ser à l’étude chez l’homme. Si les dif fé rentes étapes s’enchaînent comme nous l’espérons, nous devrions être capables de produire un médicament d’ici huit ou neuf ans. Avec l’espoir de venir en aide à des millions d’hom mes et de femmes. » en 4 dates• 1987 : obtient sa thèse en biologie moléculaire à l’Institut Weizmannde Rehovot (Israël)• 1987-1991 : travaille sur la réparation de l’ADN à l’université de Stanford (États-Unis)• 1993-1997 : travaille pour le compte du laboratoire GSK où il se spécialise dans les nouvelles cibles thérapeutiques• Janvier 2000 : fonde la société Obe Therapy Biotechnology au Genopole d’Évry n°139/avril 2013/Le mag de l’Essonne•17



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :