[91] Mag de l'Essonne n°137 février 2013
[91] Mag de l'Essonne n°137 février 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°137 de février 2013

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général de l'Essonne

  • Format : (140 x 185) mm

  • Nombre de pages : 40

  • Taille du fichier PDF : 6,4 Mo

  • Dans ce numéro : budget 2013... du nouveau pour les Essonniens.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
À la Une Les vœux 2013 en images À l’heure où nous mettons sous presse, les cérémonies des vœux 2013 du Conseil général battent encore leur plein. La dernière « étape » était prévue à Évry le 1er février. Nous nous contenterons donc, pour l’heure, de dresser un bilan à mi-parcours, en images. Comme l’an dernier, vous avez été nombreux à être séduits par la formule de « vœux décentralisés », mise en place par le président Jérôme Guedj en 2012. 29 cérémonies ont été organisées aux quatre coins du département, afin d’aller à la rencontre des Essonniens, des associations, des entreprises, des élus locaux et des agents départementaux. Les lieux choisis, à savoir les collèges du département, propriété du Conseil général, avaient aussi une portée symbolique : celle de rappeler que la réussite scolaire est l’une des priorités de l’action du département. Petit florilège de ces moments d’échanges entre citoyens essonniens et leur institution départementale. Boussy-Saint-Antoine, le 15 janvier. Jérôme Guedj, aux côtés du maire de la ville Romain Colas, par ailleurs vice-président du Conseil général chargé de la cohésion sociale et urbaine et de la coopération décentralisée. 8•Le mag de l’Essonne/février 2013/n°137 Viry-Chatillon, le 9 janvier. Dans plusieurs collèges, comme ici au collège Les Sablons à Viry, les élèves ont ouvert la cérémonie par des chants en langues étrangères (en espagnol et en allemand à Viry). Étampes, le 8 janvier. Le coup d’envoi de ces vœux 2013 a été donné dans la capitale du Sud Essonne. Toutes les cérémonies étaient interprétées en langue des signes françaises. Sainte-Geneviève-des-Bois, le 10 janvier. Le président du Conseil général, Jérôme Guedj, aux côtés de son « hôte » pour cette cérémonie, le conseiller général du canton Frédéric Petitta. Celui-ci est également vice-président chargé du logement et de l’habitat au Conseil général, une autre des priorités de l’Essonne pour cette année 2013. Brétigny-sur-Orge, le 10 janvier. Ces cérémonies décentralisées sont avant tout un moyen d’aller à la rencontre directe des Essonniens. Massy, le 23 janvier. Dans son canton de Massy-Est, dont il est le conseiller général, Jérôme Guedj a présenté ses vœux devant plus de 400 personnes au collège Gérard Philipe.
Grand angle• BUDGET LES CHOIX DE L’ESSONNE POUR En 2013, le Conseil général va continuer à investir, dans les collèges, sur les routes et dans les transports, le logement, auprès des communes essonniennes... Et à jouer, plus que jamais, son rôle de « bouclier social » pour les Essonniens les plus fragiles. Ses priorités ? La jeunesse, l’éducation, la lutte contre les discriminations, le soutien aux associations et à l’économie sociale et solidaire. Voici, en résumé, les grandes lignes du budget 2013 de l’Essonne, voté à l’Assemblée départementale le 28 janvier au terme d’une traditionnelle séance marathon. Après les débats, l’heure est maintenant aux explications de texte... et de chiffres ! 1,25 milliard d’euros, c’est le bud get du Conseil général. Malgré un contexte économique et social dif ficile, un contexte financier plus que contraint, l’Essonne a décidé de ne pas modifier sa politique budgétaire et de ne pas augmenter les impôts, contrai rement à d’autres dépar tements soumis aux mêmes difficultés. Il est resté fidèle à ses choix poli tiques, aux engagements pris devant les Essonniens et à ce qui fait, selon Carlos Da Silva, le vice-président du Conseil général chargé des finances, « l’identité de l’Essonne ». « Ce budget 2013 mar - que notre identité tout en partici pant au redressement de la France dans la justice. Il est pragmatique », a-t-il martelé lors du débat d’orientation budgétaire, le 17 décembre dernier. Pragmatique en effet, car il s’inscrit dans une gestion responsable des deniers publics, qui a été récemment saluée par la presse professionnelle : épargne en hausse, capa cité de désen det tement stable, *Établissement d’hébergement pour les personnes âgées dépendantes. faible recours à l’em prunt, et pas d’augmentation d’impôts pour les ménages essonniens. L’investissement est maintenu à un haut niveau : 200 millions d’euros en 2013. Ces dépenses d’équipement sont consa crées notamment aux collèges, aux bâtiments départementaux et au réseau routier (qui constituent ce qu’on appelle le « patrimoine public départemental » : 104 millions d’euros), mais aussi à l’habitat et à l’aide à la construction de nouveaux logements sociaux (13,5 millions d’euros), aux projets d’infrastructures de proximité (24,5 millions d’euros) dans le domaine des transports ou de l’aménagement par exemple, ou bien encore aux communes essonniennes (50 millions d’euros), avec lesquelles le Conseil général a engagé en 2012 une nouvelle politique de partenariat (lire p.13). Face à la crise, le département confirme son rôle de « bouclier social ». En 2013, il a choisi de renforcer le service public départemental, en parti culier en direction des Essonniens les plus fragiles. Quelques exemples : augmenta tion du nombre de places d’hébergement pour les personnes âgées et handicapées (+ 2,5 millions d’euros de financement), avec l’ou - verture du premier Ehpad* public à Morangis cette année, traitement plus efficace de la deman de sociale grâce au nouveau sché ma de développe ment social voté fin 2012, mise en place d’un fonds exceptionnel d’1 million d’euros destiné aux associa tions et aux dispositifs d’aides individuelles et de secours... Ce renforcement du service public départemental se traduira aussi, dans le secteur du développement dura ble, par le soutien aux nouvelles régies publiques de l’eau. Et en matière d’accès aux nouvelles technologies, par la mise en œuvre du schéma dépar - temental d’aménagement numérique (lire p.6). Ce budget 2013 réaffirme aussi clai - rement les politiques prioritaires définies en 2011 par la majorité dé - parte mentale, à savoir : l’éducation, la jeunesse (de la petite enfance aux jeunes adultes), la lutte contre les discri - minations, la promotion de l’économie sociale et solidaire et le soutien au mon de associatif (lire zooms p.12). Par ailleurs, le Service départemental d’incendie et de secours (Sdis 91, lire aussi p.12), est toujours financé à 98% par le Conseil général, avec un budget total de 94 milions d’euros. n°137/février 2013/Le mag L’Essonne de l’Essonne le mag•99



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :