[91] Mag de l'Essonne n°135 décembre 2012
[91] Mag de l'Essonne n°135 décembre 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°135 de décembre 2012

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général de l'Essonne

  • Format : (142 x 189) mm

  • Nombre de pages : 40

  • Taille du fichier PDF : 6,7 Mo

  • Dans ce numéro : emplois d'avenir... 1, 2, 3... prêts ? Signer !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 38 - 39  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
38 39
Étonnante Essonne• documentaire L’histoire de la banlieue en super 8 Raconter la vie des quartiers en se basant sur des films en super 8 tournés par les habitants eux-mêmes lorsqu’ils arrivent en Essonne. C’est l’idée originale qu’ont eue Marie-Catherine Delacroix et Laurence Bazin. Elles ont réalisé, à quatre mains, « Ils ont tourné les grands ensembles ». Ce passionnant documentaire a été récompensé aux Rendez-vous de l’histoire de Blois cet automne. 38• Le mag de l’Essonne/décembre 2012/n°135 Elles nous parlent d’un temps que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître... D’une époque où les habitants étaient si fiers de venir s’ins - taller en banlieue sud, dans les grands ensembles qui sortaient de terre - et dans des appartements ultra modernes avec salle de bain ! - qu’ils saisissaient leur caméra super 8 pour immorta liser ces instants. Elles évoquent aussi la transformation de la vie dans ces quartiers, le basculement progressif. Sans angélisme. Elles ? Marie-Catherine Delacroix et Laurence Bazin. Ces deux femmes ont reçu, en octobre dernier, le 2 e prix du documentaire historique aux Rendez-vous de l’histoire de Blois pour « Ils ont filmé les grands ensembles ». Une reconnaissance et une récompense largement méritée tant leur documentaire est riche d’enseignements et surtout d’humanité. Et pour cause. Ceux qui ont filmé les grands ensembles à leur arrivée dans les années 1960-1970, ce sont les habitants eux-mêmes. Des archives personnelles confiées aux bons soins des deux réa - lisatrices. Les images racontent ce quotidien : promenades le week-end, anniversaires mais aussi 1er jour d'école... Les tenues vestimentaires sont « vintage », les décorations intérieures aussi. Les scènes tournées en extérieur montrent des champs de coquelicots ou des grues qui défient le ciel, signes d’un paysage en pleine mutation. Séquences passées et témoignages actuels d’habitants-cinéastes s’entrechoquent. Certains ont quitté leur appartement pour un pavillon plus vaste ; d’autres parce que les conditions de vie s’étaient dégradées. « Avec Laurence Bazin, on voulait vraiment savoir comment on vivait dans ces grands ensembles à l’époque et comment c’est maintenant », précise Marie-Catherine Delacroix. Les quartiers, cette Essonnienne les connaissait déjà. La présidente de l’association Cinéam* les avait sillonnés longuement quand elle préparait « Des ensembles bien assez grands » au milieu des années 2000. Ce premier documentaire était lui aussi basé sur des films amateurs. Son propos ? « Donner la parole à ceux que l’on entend rarement, en l’occurrence ceux qui vivent ou ont vécu dans des quartiers souvent montrés du doigt », explique l’archiviste-réalisatrice. À l’issue d’une des projections de ce film, Laurence Bazin monteuse de documentaire pour la télévision et réalisatrice elle aussi, lui propose d’associer leurs *Association essonnienne qui sauvegarde et valorise le patrimoine cinématographique amateurs en l’archivant et le numérisant. À ce titre, elle bénéficie du soutien du Conseil général.
talents. « On est voisines. On se connaissait depuis quelques années. Elle suivait mon travail. Je suivais le sien. Sans Laurence et ses compétences exceptionnelles, rien n’aurait pu se faire », répète Marie-Catherine Delacroix. Inlassablement, comme des enquê - trices, elles parcourent les quartiers de l’Essonne, d’Évry à Massy, Vigneux, Les Ulis, ou encore Saint-Michel-sur- Orge, à la recherche d’images amateurs. « La collecte a été longue mais facilitée Vigneux, quartier La Croix Blanche, années 1970, collection Achacha. Évry, années 1970, collection Darmagnac. par les gardiens d’immeubles. On a eu la chance de rencontrer des Essonniens qui nous ont ouvert leur porte et leur coeur. C’est un vrai cadeau car ils nous confient une partie de leur vie. » Des petites histoires qui racontent un peu et même beaucoup l’histoire de notre département... C’est ce qui fait toute la force de ce documentaire diffusé sur LCP/Public Sénat à plusieurs reprises l’an dernier et à découvrir pro - chainement en Essonne. Longjumeau, résidence de la Rocade, 1968, collection Haro. www.cineam.asso.fr/Prochaines projections de « Ils ont filmé les grands ensembles » : le 7 décembre, à la maison de banlieue et d’architecture d’Athis-Mons et début février, au cinéma Jacques Prévert des Ulis. n°135/décembre 2012/Le mag de l’Essonne•39



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :