[91] Mag de l'Essonne n°135 décembre 2012
[91] Mag de l'Essonne n°135 décembre 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°135 de décembre 2012

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général de l'Essonne

  • Format : (142 x 189) mm

  • Nombre de pages : 40

  • Taille du fichier PDF : 6,7 Mo

  • Dans ce numéro : emplois d'avenir... 1, 2, 3... prêts ? Signer !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 28 - 29  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
28 29
Expression des groupes politiques GROUPE SOCIALISTE, ÉCOLOGISTE ET RÉPUBLICAIN Le Conseil général de l’Essonne garant d’une politique familiale juste et novatrice Mercredi 7 novembre, le Conseil des Ministres a adopté le mariage pour tous, projet de loi débattu au Sénat et à l’Assemblée Nationale dès le début de l’année 2013. C’est une décision historique et juste qui s’inscrit dans une évolution sociétale qui favorise logiquement la liberté de tout un chacun de fonder une famille. Après l’Allemagne, les Pays-Bas, la Grande-Bretagne en 2001, la Belgique en 2003, l’Espagne en 2005 et le Portugal en 2010, il était indispensable qu’un pays dont la devise contient les mots Liberté et Égalité se mette en adéquation avec ses valeurs et permette enfin aux couples de même sexe de s’unir civilement, comme tout un chacun. Car montrer du doigt la différence, se replier sur ses racines judéo-chrétiennes pour invoquer une pseudo- incompatibilité de mœurs, aller jusqu’à fan - tasmer la fin de l’espèce humaine ou le développement de l’inceste en cas de mariage pour toutes et tous, est l’apanage d’une partie de la droite dépassée et rétrograde. Que des maires expriment leur refus de marier des per sonnes de même sexe lorsque la loi sera votée jette l’opprobre sur la fonction qui est la leur et sur l’exem plarité républicaine qu’ils se doivent d’incarner. Au contraire, pour les élu-e-s Socialistes, Écologistes et Républicains du Conseil général, il est très clair que les mêmes droits doivent être accessibles à toutes et tous. GROUPE FRONT DE GAUCHE L’urgence d’une nouvelle politique de santé publique L’accès aux soins et à un vrai parcours de santé ne doit pas être considéré comme une marchandise. C’est le diagnostic posé par les 400 participants aux récentes Assises départementales de la Santé. 71% des Essonniens constatent une dégradation de notre système de santé, notamment à cause du manque de médecins et des dépassements d’honoraires. La loi Bachelot (loi « Hôpital, Patients, Santé, Territoires »), n’a fait qu’empirer les choses. En refusant d’entériner le Plan régional concocté par l’Agence régionale de santé, en portant les propositions alternatives des Essonniens, en demandant une nouvelle loi de santé publique, le Conseil général fait œuvre utile. Comme le propose le Front de Gauche, il faut renforcer notre système de protection sociale solidaire en taxant la finance et la spéculation, au lieu de le détricoter par l’austérité et le chacun pour soi. LES GROUPES POLITIQUES DE LA MAJORITÉ DU CONSEIL GÉNÉRAL Groupe Socialiste, Écologiste et Républicain : M. Berson, G. Bonneau,C. Buffone, C-L. Campion, J. Cauët, E. Chaufour, F. Chouat, R. Colas,C. Da Silva, E. Fournier, P.Fournier, G. Funès, J. Guedj, G. Hérault, D. Hoeltgen, M. Olivier, F. Petitta, M. Pouzol, S. Rafalli,C. Robillard, D. Ros, P.Sac.Tél. : 0160919071 Groupe Front de gauche : P.da Silva, B. Piriou, M. Rauze,C. Vazquez. Tél. : 0160919067 28• Le mag de l’Essonne/décembre 2012/n°135 C’est la raison pour laquelle, en matière d’adoption, nous appliquons le principe d’égalité réelle. La question de l’adoption est le bien de l'enfant : elle doit être déconnectée de celle des modèles familiaux, depuis déjà longtemps très divers dans notre société. En d’autres termes, l’homosexualité ne doit pas être un obstacle à la délivrance de l’agrément en vue de l’adoption. Estimant que la place des conjoints de couples du même sexe doit être justement considérée, nous avons par ailleurs accordé, il y a quelques semai - nes, 11 jours de congé de parenté à une agente de notre collectivité, dont la compagne attend leur deuxième enfant. En France, ce n’est que la 2 e décision en ce sens, après celle du Conseil général de Seine-et-Marne, début octobre. Enfin, les questions relatives à la petite enfance ne pouvant être déconnectées des modes de garde, le Conseil général a récemment voté un nouveau dispositif, plus incitatif, lequel, par son nouveau mode de calcul, permettra aux communes qui le souhaitent de créer plus de places de crèche. La politique familiale est un engagement fort du Conseil général. Mais c’est avant tout un engagement d’avenir, pour vous toutes et tous. www.groupeser91.fr
GROUPE UPE Crèches municipales : l’inquiétude grandit Dès le mois de septembre nous avons alerté les 196 Maires de l’Essonne sur les conséquences désastreuses de la délibération votée par une partie de la Majorité départementale sur le financement des crèches municipales. Sans aucune concertation avec les villes, sans même les en informer, les Conseillers Généraux PS ont en effet décidé arbitrairement une baisse considérable des subventions aux crèches qui va mettre plus d’une commune en difficulté financière. À notre initiative, plusieurs Conseils municipaux de l’Essonne votent actuellement des motions demandant au Président de revenir sur sa décision et d’ouvrir une concertation avec les villes pour construire avec elles une stratégie durable de soutien aux crèches. Il serait en effet catastrophique pour les Essonniens que plusieurs communes renoncent à construire des places de crèches faute d’un soutien pérenne du Conseil Général. GROUPE UMPA « Ma crèche, j’y tiens ! » : indignons nous contre la politique anti-crèche du département ! Alors que le 13 novembre dernier l’observatoire national de la petite enfance publiait son rapport statistique sur l’accueil du jeune enfant soulignant les disparités territoriales sur le territoire national allant de 9 à 80 places pour 100 enfants ; Alors que les services de la CNAF concluent à la nécessité de poursuivre le développement de structures pour répondre aux besoins des parents des 2,5 millions d’enfants de cette tranche d’âge ; Alors que le Gouvernement s’est engagé dans une consultation citoyenne courant jusqu’à la mi-décembre pour définir les contours de sa politique... la Majorité départementale socialiste agit en solitaire depuis le 2 juillet en actant sa désolidarisation envers les communes, premiers gestionnaires de structures d’accueil. C’est, en effet, une réduction drastique des aides allouées jusqu’alors pour le fonctionnement des crèches qui a été décidée par la Majorité du Conseil général pour la période 2013-2015. Les baisses attendues de subventions vont de 36% à 78%, selon les territoires. Il s’agit concrètement pour les communes d’une perte de concours financiers pouvant dépasser une centaine de milliers d’euros par an. Résultats pour les municipalités ne pouvant surmonter ce désengagement : une hausse LES GROUPES POLITIQUES DE L’OPPOSITION DÉPARTEMENTALE de tarifs et/ou d’impôts, voire un ralentissement des ouvertures de places. Se refusant de voir appliquer cette réforme sans que les parents et les communes soient consultés, les élus du groupe UMPA interpellent le Président du Conseil général par la pétition « Ma crèche, j’y tiens ! ». Cette pétition citoyenne a pour objectif de demander au Président GUEDJ de revoir sa copie et d’engager le débat autour du bon accueil de nos enfants. Pour y arriver ? 10000 signatures d’habitants provenant de 15 cantons différents suffisent. L’objectif est à notre porté ! L’avenir de la politique départementale d’aide en faveur des crèches dépend de notre mobilisation ! Nous vous invitons à nous rejoindre nombreux pour défendre cette cause en signant, et en diffusant la pétition « Ma crèche, j’y tiens ! ». Elle est à ce jour disponible au téléchargement sur notre page Facebook : Groupe UMPA 91, elle pourra vous être communiquée sur simple demande formulée via l’adresse mail suivante:umpa.cg91@gmail.com Groupe UPE (Union pour l’Essonne) : D. Fontenaille, T. Joly, N. Lamoth, N. Schœttl. Tél. : 0160919062 Groupe UMPA (Union pour un mouvement populaire et apparentés) : M. Bournat, J.-J. Boussaingault, G. Crosnier, J.-P. Delaunay, M. Duranton, D. Écharoux, F. Fernandez De Ruidiaz, F. Fuseau, P.Imbert, E. Mehlhorn,C. Parâtre, J. Perthuis. Tél. : 0160919052/53 n°135/décembre 2012/Le mag de l’Essonne•29



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :