[91] Mag de l'Essonne n°135 décembre 2012
[91] Mag de l'Essonne n°135 décembre 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°135 de décembre 2012

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général de l'Essonne

  • Format : (142 x 189) mm

  • Nombre de pages : 40

  • Taille du fichier PDF : 6,7 Mo

  • Dans ce numéro : emplois d'avenir... 1, 2, 3... prêts ? Signer !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
L’Essonne Pascal Lebrun Photographe essonnien qui vient de publier « Mitterrand, dans l’œil du photographe » * « Je n’ai jamais été le photographe attitré de François Mitterrand. Pourtant, il m’a laissé le suivre aux quatre coins de la France et même en Chine. J’ai ainsi réalisé mes prises de vue en toute liberté, au plus près de lui. » C’est en ces termes que l’Essonnien Pascal Lebrun explique le plus simplement du monde comment il a pu accompagner l’ancien président de la République pendant vingt-cinq ans. De ce quart de siècle passé à ses côtés, le photographe de Limours a sélectionné, non sans mal, 300 images en noir et blanc, réunies dans « Mitterrand, dans l’œil du photographe ». Elles dévoilent un personnage habité par sa fonction mais aussi une facette plus intime voire inattendue de cet homme. Un autre visage saisi sur le vif que sa fille Mazarine Pingeot, qui a signé la préface de l’ouvrage, a retrouvé. Lors d’un de ses nombreux reportages, le photo - graphe de presse essonnien expose son projet de livre à l’intéressé. Ce dernier lui donne sa bénédiction. « Je ne me suis jamais senti l’âme d’un paparazzi, mais plutôt celle d’un témoin de l’Histoire », croit-il bon de préciser... Une démarche qui saute aux yeux. Marinette Pichon (à droite) en famille avec sa compagne, le premier fils de celle-ci et leur petit Gaël, né le 7 novembre. 16• Le mag de l’Essonne/décembre 2012/n°135 * » Mitterrand, dans l’œil du photographe », Éditions Le Cherche-Midi, 169 pages, 32 euros. www.lebrun-photo.com Marinette Pichon Agente du Conseil général en « congé d’accueil à l’enfant » Pascal Lebrun dédicacera son ouvrage le 15 décembre, à la librairie Agora du centre commercial des Ulis 2. Marinette Pichon n’est ni un porte-drapeau de la cause gay, ni un symbole du féminisme, « tout juste le reflet d’une société qui évolue », estime l’ex-attaquante emblématique de l’équipe de France de football fémi - nine (81 buts en 112 sélections) et du FCF Juvisy. « Après 5 ans de démarche, ma compagne a donné naissance à notre fils Gaël, conçu par fécondation in vitro. Nous nous sommes rendues en Belgique, puisque la procréation médicalement assistée est interdite en France pour les couples homosexuels. » Et pour la deuxième fois seulement en France, son employeur, le Conseil général de l’Essonne, fervent défenseur de l’homoparentalité et du mariage pour tous, lui a accordé 11 jours de « congé d’accueil à l’enfant ». Un nouveau congé qui remplacera officiellement, à partir de janvier, le « congé de paternité », en l’ouvrant aussi au « partenaire du parent », donc aux couples homosexuels. « Ces 11 jours m’ont permis de m’organiser pour accueillir mon fils, prendre mes repères sereinement et profiter de ce nouveau bonheur. C’est un pas de plus vers l’égalité et la reconnaissance de nos droits », se réjouit Marinette Pichon, qui attend à présent que la loi l’autorise à se marier.
 » c’est vous Nos efforts sont en train de payer Frédéric Révah Directeur général du Généthon, le laboratoire de l’AFM financé par le Téléthon Le Prix Galien, souvent comparé à un Prix Nobel dans l’univers de la recherche pharmaceutique, a été attribué au Généthon en 2012, pour ses traitements innovants. Que vous inspire cette distinction ? Frédéric Révah : Cela a été un moment d’émotion intense, car ce prix est une référence. C’est la première fois qu’une association à but non lucratif est ainsi distinguée. C’est un signe fort de reconnaissance de notre travail. C’est un prix qui récompense nos équipes, mais nous l’avons aussi reçu au nom des patients, de leurs familles et des donateurs. Justement, le rôle des donateurs est-il aujourd’hui toujours aussi important ? F. R. : Plus que jamais ! Les dons collectés à l’occasion du Téléthon par l’Association française contre les myopathies (AFM) représentent 85% du budget du Généthon : il est donc essentiel que les donateurs continuent à nous sou - tenir. De même, le rôle des collectivités est majeur : pour la construction de notre centre de bioproduction Généthon BioProd, nous avons ainsi reçu un soutien important du Conseil général (7 millions d’euros), de la région et de Genopole. Les médias emploient souvent le terme de thérapie génique. Comment définiriez-vous ce concept ? F. R. : La thérapie génique s’appuie sur un principe simple : sachant que 80% des maladies rares sont d’origine génétique, nous cherchons des solutions pour remplacer le gène ma - lade par un gène sain, pour qu’il agisse comme un médicament. Le saviez-vous ? Dès 1992, les chercheurs du Généthon, le laboratoire de l’AFM, mettent au point les premières cartes du génome humain. Cette exclusivité mondiale donna un coup d’accélérateur au séquençage du génome. Chaque année, le Conseil général accompagne financièrement l’AFM à hauteur de 5 millions d’euros. » en 4 dates• 1982 : intègre l’école Polytechnique• 1991 : obtient sa thèse de neuropharmacologie à l’Institut Pasteur• De 1991 à 2010 : exerce des fonctions à la direction scientifique et générale dans des entreprises des secteurs de la pharmacie et des biotechnologies• Janvier 2011 : devient Directeur Général du Généthon Concrètement, où en êtes-vous ? F. R. : Nos efforts sont en train de payer. L’AFM-Téléthon sou tient 35 projets, s’appuyant pour cela notamment sur le Généthon-BioProd, centre de recherche qui assure la produc tion de médicaments. Nous menons par exemple actuel lement un essai international sur un produit destiné à traiter une maladie du système immunitaire, le syndrome de Wiskott-Aldrich. En fin d’année, démarre un essai inter - na tional tourné quant à lui vers une autre pathologie du sys - tème immunitaire, la granulomatose septique chronique. L’année prochaine, nous lancerons un essai de thérapie concernant la neuropathie optique de Leber, et en 2014 un essai clinique sur la myopathie de Duchenne. Un mot sur l’édition 2012 du Téléthon, les 7 et 8 décembre ? F. R. : Nous sommes dans les starting-blocks, tout comme les bénévoles sur le terrain. Ce sera une très belle édition, avec Franck Dubosc comme parrain, et la mobilisation de centaines de milliers de bénévoles. n°135/décembre 2012/Le mag de l’Essonne•17



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :