[91] Mag de l'Essonne n°134 novembre 2012
[91] Mag de l'Essonne n°134 novembre 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°134 de novembre 2012

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général de l'Essonne

  • Format : (142 x 189) mm

  • Nombre de pages : 40

  • Taille du fichier PDF : 6,5 Mo

  • Dans ce numéro : sociale et solidaire, l'économie qui profite à l'homme.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 28 - 29  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
28 29
Expression des groupes politiques GROUPE UPE Le Conseil général abandonne-t-il les communes ? L'Essonne se compose de 196 communes très dispa rates par la taille, l'habitat ou la richesse. L'un des rôles majeurs du Département est précisément de rééqui librer le potentiel de chacune des villes par une politique de soutien à la création et à l'entretien d'équipements municipaux et de voiries, autant d'investissements de service public qui servent à tous les Essonniens. Depuis plusieurs mois cependant, à travers les nouveaux contrats communaux, les schémas de voirie ou le financement des crèches, la Majorité du Conseil Général donne le sentiment de ne plus considérer les communes que comme des partenaires coûteux. Aucune place ne leur est même réservée dans les futurs Conseils cantonaux. Nous qui sommes des élus de terrain, nous souhaitons dénoncer ici ce qui nous paraît être une logique d'abandon d'une politique essentielle de l'aménagement du territoire par le PS et ses alliés. GROUPE UMPA Pacte de solidarité territoriale : Où va l’Essonne ? Les premiers signaux adressés par le Gouvernement Ayrault se sont d’abord voulu prudents. Inscrits dans une gouvernance État-collectivités territoriales connue. Le déblocage de 3 milliards d’euros à destination des territoires les plus en difficultés était prévu par le Gouvernement Fillon qui avait réservé 5 milliards à cet effet. Le nouvel occupant de l’hôtel Matignon ne prenait donc pas grand risque. Mais en annonçant dès le mois de juillet le gel des dotations de l’État pour la période 2013-2015, considéré hier par la Majorité départe - mentale et les élus locaux socialistes comme « un coup de massue », le Gouvernement du Président Hollande franchissait un cap. Septembre sera le mois de la rupture : annonce des grands axes de la réforme des collectivités par la Mi - nistre en charge du dossier avant les conclusions des États Généraux de la démocratie et réduction, sans précédent, du budget des collectivités locales ! Privés de pouvoir d’initiative, les élus locaux seront privés de financement. Le Ministre du Budget confirme ses intentions le 27 septembre et présente les grandes lignes de son plan de rigueur amputant les dotations aux collectivités de 2,25 milliards d’euros sur la période 2013-2015. En Essonne, la Majorité départementale affiche sa LES GROUPES POLITIQUES DE L’OPPOSITION DÉPARTEMENTALE Groupe UPE (Union pour l’Essonne) : D. Fontenaille, T. Joly, N. Lamoth, N. Schœttl. Tél. : 0160919062 Groupe UMPA (Union pour un mouvement populaire et apparentés) : M. Bournat, J.-J. Boussaingault, G. Crosnier, J.-P. Delaunay, M. Duranton, D. Écharoux, F. Fernandez De Ruidiaz, F. Fuseau, P.Imbert, E. Mehlhorn,C. Parâtre, J. Perthuis. Tél. : 0160919052/53 28• Le mag de l’Essonne/novembre 2012/n°134 solidarité par le silence gardé. Le Président Député qui dit « non » au traité européen, jugé trop rigoureux, pour mieux soutenir François HOLLANDE qui lui le défend... ne dit mot. Ce n’est pourtant pas faute d’intérêt et d’avoir précé - demment essayé. Souvenez-vous ces tribunes publiées par la Majorité lorsqu’elle s’insurgeait contre le gel des dotations et l’effort de 200 millions d’euros demandé aux collec - tivités pour le budget 2012 : « L’Essonne, comme toutes les collectivités locales est une nouvelle fois victime d’une politique d’asphyxie financière menée par le gouvernement » (déc. 2011). Souvenez-vous des missives éditées pour demander le remboursement d’arriérés de l’État : « nous exigeons qu’il assume ses responsabilités ; qu’il paye ses dettes en faveur des collectivités, qu’il débloque des crédits pour l’Essonne » (mars 2009), « nous ne lâcherons rien en demandant des comptes à l’État » (Fév. 2010)… Ce silence est aujourd’hui assourdissant. Les membres de la Majorité départementale sont-ils devenus schizophrènes ? Sont-ils déjà résignés et prêts à avaler toutes les couleuvres tendues par le Gouvernement du Président Hollande en évoluant dans la posture ? Quelle indignation !
GROUPE SOCIALISTE, ÉCOLOGISTE ET RÉPUBLICAIN Un nouvel acte de décentralisation, une relation nouvelle entre l’État et les collectivités locales Les 4 et 5 octobre derniers, se sont tenus au Sénat les États généraux de la décentralisation, fruits de la volonté du futur Président de la République d’alors de refonder les rapports État/collectivités locales. Ces états généraux n’ont pas été organisés par hasard. Après 5 années de déni des collectivités par le gouver - nement de Nicolas Sarkozy, après 5 années de baisse progressive des compensations de l’État envers les collectivités alors même que ces dernières, très majoritairement dirigées par la gauche, réussissaient à conserver la qualité des politiques publiques en direction de la jeunesse, des moins aisés, des ainés, des transports, de la petite enfance, de l’aménagement du territoire, du logement, de l’éducation notamment, le nouveau gouvernement de Jean-Marc Ayrault a logi - quement décidé de refonder le principe même de la décentralisation. Réaffirmer le partage des compétences, face notam - ment au développement des intercommunalités, per mettre une meilleure coordination et une plus gran - de cohérence entre les communes et les Conseils géné raux, refonder la fiscalité et les finances locales et repenser le statut de l’élu-e, voilà ce que la vaste con ce r ta tion lancée il y a de cela quelques semaines prévoit. Ce réajustement de grande ampleur, le Conseil général GROUPE FRONT DE GAUCHE Une zone unique pour le Pass Navigo, ça urge ! L’État a si longtemps négligé les transports en commun franciliens, que c’est la triple peine pour les Essonniens : un trajet domicile-travail croissant, des conditions de transport dégradées et un coût élevé. Les élu-e-s Front de Gauche, au Département et à la Région, mobilisés contre cette injustice sociale et territoriale, bataillent de longue date pour un Pass Navigo unique au tarif des zones 1-2. Première victoire, le dézonage obtenu pour les week-ends et jours fériés. Un nouveau point vient d’être marqué avec le soutien de la majorité du STIF à notre proposition d’une contribution financière des entreprises harmonisée sur l’Île-de-France. Elle rapporterait 800 millions, pour créer au plus vite la zone unique du Pass Navigo et améliorer les transports. Il faut maintenant un vote unanime des parlementaires de gauche : les usagers et leurs associations doivent être entendus ! LES GROUPES POLITIQUES DE LA MAJORITÉ DU CONSEIL GÉNÉRAL de l’Essonne y participe pleinement. Nous y avons d’ailleurs accueilli, à la fin du mois dernier, de nombreux élu-e-s de tous bords pour préparer ces États généraux, qui déboucheront sur une proposi tion de loi de la ministre de la Réforme de l’État, de la Décen tralisation et de la Fonction publique, Madame Marylise Lebranchu. Habitués, depuis plusieurs années, à gérer un budget de plus en plus serré, les membres de l’exécutif de gauche du Conseil général sont toujours parvenu-e-s à remplir leurs engagements en termes d’amélioration de la vie de nos concitoyen-ne-s. Malgré un contexte peu propice à la dépense et qui a engendré une hausse des prestations sociales, et malgré la baisse des dotations de l’État, nous sommes resté-e-s cohérent-e-s en poursuivant une action de qualité notamment en faveur de la solidarité sociale et de l’éducation, qui a même vu ses crédits augmenter. Parce que la gauche a retrouvé le pouvoir, ce nouvel acte de décentralisation sera ainsi un grand pas vers une reconnaissance de nos collectivités, dont le rôle sociétal est essentiel et indispensable. Parce que la gauche a retrouvé le pouvoir, les relations État/collectivités locales ne seront ainsi plus guidées par une simple logique de calculs partisans stériles. Groupe Socialiste, Écologiste et Républicain : M. Berson, G. Bonneau,C. Buffone, C-L. Campion, J. Cauët, E. Chaufour, F. Chouat, R. Colas,C. Da Silva, E. Fournier, P.Fournier, G. Funès, J. Guedj, G. Hérault, D. Hoeltgen, M. Olivier, F. Petitta, M. Pouzol, S. Rafalli,C. Robillard, D. Ros, P.Sac.Tél. : 0160919071 Groupe Front de gauche : P.da Silva, B. Piriou, M. Rauze,C. Vazquez. Tél. : 0160919067 www.groupeser91.fr n°134/novembre 2012/Le mag de l’Essonne•29



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :