[91] Mag de l'Essonne n°134 novembre 2012
[91] Mag de l'Essonne n°134 novembre 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°134 de novembre 2012

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général de l'Essonne

  • Format : (142 x 189) mm

  • Nombre de pages : 40

  • Taille du fichier PDF : 6,5 Mo

  • Dans ce numéro : sociale et solidaire, l'économie qui profite à l'homme.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 20 - 21  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
20 21
L’Essonne pour vous le mot de... Bruno Piriou Vice-président du Conseil général chargé de la jeunesse et de la citoyenneté « À travers le Fonds départemental d’aide aux jeunes (FDAJ), le Conseil général joue son rôle, en aidant financièrement les jeunes Essonniens dans leurs projets ou face aux difficultés qu'ils rencontrent. Aujourd'hui, en tant qu'élu, je m'inquiète de voir cette demande augmenter, particulièrement celle des aides financières d'urgence. Cela montre qu'en période de crise, les jeunes sont parmi ceux qui souffrent le plus de la situation économique et sociale. Ce constat est insupportable : aucune société ne peut fonctionner avec une jeunesse en souffrance. Le FDAJ est un outil indispensable pour corriger les inégalités dans les parcours individuels des jeunes. Il faut le développer et poursuivre notre combat pour défendre le droit de chaque jeune à vivre mieux. Si les jeunes ne se reconnaissent pas dans les institutions, ce sont les institutions qu'il faut changer. Voilà l'ambition politique que nous portons avec la refonte de la politique Jeunesse du Conseil général qui vise à faire émerger, en s'en donnant les moyens, de nouveaux droits pour tous les jeunes Essonniens. » 20• Le mag de l’Essonne/novembre 2012/n°134 Le Fonds d’aide aux jeunes propose, entre autres, des solutions d’urgence alimentaire. Le fonds départemental d’aide aux jeunes Emploi, logement, mobilité... le chemin de l'autonomie est parse mé d'embûches pour les jeunes. En ces temps de crise, le département est, plus que jamais, un bouclier social. Pour aider ceux qui sont le plus en difficulté, le Conseil général actionne, depuis 2005, le Fonds départe men tal d’aide aux jeunes (FDAJ). Il s’agit d’un soutien financier pour les 18-25 ans déjà suivis par des profes sionnels chargés de l'insertion, afin de les aider à développer leur projet socio-pro - fessionnel. Parallèlement à ces aides à projet, des solutions d'urgence sont proposées afin de leur assurer l'héber - gement et la subsistan ce. Depuis 2010, des actions collectives bénéficient également du soutien du département dans le cadre de ce dispositif. Deux sont en cours : « Jeunes et femmes : des outils pour construi re sa vie », une opération menée par les missions locales essonniennes au près de jeunes femmes éloignées de l'emploi, et « Réussir sa sortie - R2S », destinée aux jeunes hommes incarcérés à la maison d'arrêt de Fleury-Mérogis. Avec près de 3750 dossiers retenus en 2009 (dernier chiffre disponible), l’Essonne est le département d’Île-de-France qui a attribué le plus d’aides financières au titre du FDAJ. le chiffre 809 000 euros C’est le montant total des aides financières versées par le département à des jeunes en difficulté, dans le cadre du FDAJ en 2011.
• un département 100% utile Mode d'emploi 1• Qui a droit au FDAJ ? Le Fonds départemental d’aide aux jeunes (FDAJ) concerne les personnes âgées de 18 à 25 ans domiciliées dans le département de l'Essonne. Ces jeunes doivent être accompagnés par une structure reconnue pour ses missions d'insertion sociale et professionnelle. Autre condition pour prétendre à cette aide financière : le reste à vivre ne doit pas dépasser le plafond de 240 euros par personne et par mois. Enfin, priorité est donnée aux jeunes qui ont un faible niveau de qualification, de type CAP ou BEP. 2• Pour faire face à quel type de besoins ? Deux formes de soutien sont proposées. D'une part, l'aide à projets permettant aux jeunes de suivre une formation socioprofessionnelle, passer le permis de conduire ou bien payer leur loyer. D'autre part, » Votre avis nous intéresse Noémie Serin, 22 ans, bénéficiaire du Fonds départemental d’aide aux jeunes (FDAJ) l'aide financière d'urgence pour des besoins alimentaires ou d'hébergement. Les jeunes peuvent ainsi bénéficier de tickets service alimentaire et de nuitées dans des hôtels prestataires situés en Essonne. 3• Quelles structures contacter ? Il suffit de déposer sa demande, soit d'aide à projets, soit d'aide financière d'urgence, auprès d'une structure reconnue pour ses missions d'insertion sociale et professionnelle : Maison départementale des solidarités, association de prévention spécialisée, mission locale, etc. Ces dernières sont au cœur du dispositif FDAJ : 86% des demandes d'aide sont transmises au Conseil général par un conseiller de mission locale. J'ai découvert la langue des signes lors d'un stage comme animatrice et souhaite en faire mon métier. Grâce aux conseils de la mission locale du Val d'Yerres/Val de Seine, j'ai déposé une demande, en juin, pour bénéficier du FDAJ. Mon objectif était de suivre une formation diplômante bilingue langue des signes française (LSF)/français, dispensée par l’université Paris 8. J'étais suivie par Pôle emploi, mais ne pouvais pas financer les 6 000 euros que coûte ce cursus. Heureusement, le Conseil général a accepté mon dossier. Le FDAJ a pris en charge 1 800 euros, ce qui m’a permis de boucler mon plan de financement. Après ma formation, qui dure d'octobre à avril, j'aimerais rester dans le social : devenir conseillère surdité dans une Maison départementale des personnes handicapées ou conseillère insertion à Cap emploi. » n°134/novembre 2012/Le mag de l’Essonne•21



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :