[91] Mag de l'Essonne n°131 mai 2012
[91] Mag de l'Essonne n°131 mai 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°131 de mai 2012

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général de l'Essonne

  • Format : (142 x 189) mm

  • Nombre de pages : 40

  • Taille du fichier PDF : 7,3 Mo

  • Dans ce numéro : Domaine de Chamarande... la culture en partage.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
Grand angle• Domaine de Chamarande PUne saison culturelle pleine de panache ! Parce que la culture est un puissant moyen d’émancipation et de liberté, le Conseil général la soutient, depuis une dizaine d’années, alors que cela ne relè ve pas de ses compétences obligatoires. C’est donc un choix politique fort. D’autant plus fort à une époque où les transferts de charges non compensées et les réfor mes fiscales affaiblissent les moyens des départements. Plus que jamais, le Conseil général réaffirme l’ambi - tion d’un service public de la culture, d’une cul ture pour tous. Au-delà des belles phra - ses, il y a des actes, comme l’ouverture, dès 2001, du domaine départemental de Chamarande à tous les Essonniens. Expo - sitions, spectacles, concerts, séances de cinéma de plein air... Autant de propositions artistiques gratuites qui ont su trouver leur public, faisant de Chamarande un lieu d’ex périmentations où la création est reine. Et plus particulièrement l’art contemporain : l’Essonne s’est dotée d’un Fonds dépar - temental riche de 300 œuvres. Ses réserves sont désormais installées dans La Fabrique (lire p.12), qui sera ouverte au public le 13 mai, à l’occasion du coup d’envoi de la saison culturelle. À l’affiche cette année, une exposition, des Scènes croisées mais aussi des rencontres avec les artistes et les compagnies. Et une envie commune : celle d’ancrer l’artiste dans le monde et non plus en marge de la so cié té. Repenser le rapport de l’homme à la nature est en effet le fil conducteur de cette saison culturelle placée sous le signe du développement durable, comme toute l’action du Conseil général. La formule peut paraître obscure ; pourtant les per for mances artistiques ne peuvent pas être plus claires... et insolites. 10• Le mag de l’Essonne/mai 2012/n°131 Propriété du Conseil général, le domaine départemental de Chamarande est ouvert à tous les Essonniens depuis 2001. Chaque année, vous êtes plus de 90 000 à visiter les lieux, le temps d’un pique-nique en famille dans le parc ou d’une balade plus artistique dans le château... 90 000 visiteurs venus de l’Essonne mais aussi de la région francilienne car le domaine est devenu, au fil du temps, une référence en matière de création contemporaine. La saison culturelle programmée du 13 mai au 30 septembre sera la vitrine de ce foisonnement créatif, qu’il s’agisse de l’exposition du collectif COAL ou des Scènes croisées. À partager en Essonne ! chamarande.essonne.fr Et aussi, en supplément de ce numéro, notre guide Essonnez-vous CHAMARANDE FAIT « SALONS » « En confiant la direction artistique de l’exposition au collectif COAL (Coalition pour l’art et le développement durable), le Conseil général a privilégié le travail d’artistes engagés, qui nous interrogent sur les enjeux du développement durable. Par leurs recherches, ils collaborent direc - tement à la gestion écologique du domai - ne », souligne David Raynal, directeur de la culture au Conseil général. Le tout dans un esprit de convivialité, propre aux Salons. « Ces assemblées enthousiastes nées des Lumières étaient des lieux de débats et d’échanges. Ce concept a été remis au goût du jour. Cet été, le domaine fait Salons autour de nouveaux dispositifs imaginés par 25 artistes et architectes. Chaque dimanche, un artiste accueillera les visiteurs et échangera autour d’une œuvre », poursuit Laurent Bourdereau, direc teur de Chamarande. Certains, en résidence (lire p.12), ont déjà investi les lieux pour concevoir leurs œuvres. Pauline Bastard et Ivan Argote sont en train de créer un Sauna... Ils se servent pour cela d’arbres abattus sur le domaine, pour raison de sécurité. Le bois est débité à la scierie mobile, installée sur place. Évidemment, ce Sauna sera un peu particulier : équipé d’un téléviseur, il est pensé comme un mini centre d’art. Le projet du collectif d’architectes « Encore heureux » est lui aussi pratique, ludique et convivial : les tables de pique-nique du domaine sont transformées en hamacs. Une invitation au jeu et au repos collectif. Que ce soit dans le parc, dans le château ou à l’orangerie, toutes ces œuvres revien - dront aux fondamentaux et, à leur manière, militeront pour une planète plus durable.
Le 1er juillet, la compagnie Fêtes galantes nous invite à un bal baroque contemporain. Avec « Hors champ », le duo d’artistes « Après vous » propose aux visiteurs de s’allonger dans un champ à l’intérieur même du château pour lire, écrire, réflé - chir et rêver aussi... Lucie Chaumont expose quant à elle son « Empreinte écolo - gique » : pendant un an, elle a méticuleu - sement mis de côté tous ses emballa ges de produits consommés. Puis, avec du plâtre, elle a pris l’empreinte de chacun avant de les disposer sur le sol du château. Pour les vitrines de la salle des Chasses, cette artiste va réaliser une œuvre inédite dénonçant l’hyperconsommation... SCÈNES CROISÉES Cet été, les arts vivants seront en fête à Chamarande. Et en premier lieu, l’art du feu le 2 juin avec Les Noctambules (lire p.13). Puis, en juin et juillet, tous les diman - ches après-midis, deux spectacles vous seront proposés. Par exemple, le 17 juin, la chorégraphe Geneviève Mazin dansera dans les arbres ; la Compagnie Musicabrass fera retentir ses « fabulations de l’écho », une musique en milieu naturel assez épatante. Le 8 juillet, la chorale et la danse se rencontrent, grâce à la compagnie essonnienne Chœur en Scène... Le 15 juillet, si vous croisez dans le parc des danseurs gonflés, ne soyez pas surpris. Il s’agit de personnages tout droit sortis de l’ima - gination du chorégraphe Didier Théron qui mine de rien avec ses bons hommes déformés, nous interpelle sur la dic tature de l’image. Autre surprise chorégraphique, le 29 juillet, avec l’impressionnant ballet pour un danseur et une pelle teuse inventé par la Compagnie Beau Geste. Autant de Scènes croisées drôles, pétillantes et déroutantes qui font de Chamarande, le théâtre de tous les possibles... Entrée gratuite. Les résidences d’artiste Une toile à la belle étoile En août, à la nuit tombée, Chamarande fait son cinéma.• 3 août : « Chat noir, chat blanc » d’Émir Kusturica• 10 août : « Fantastic M. Fox » de Wes Anderson• 17 août : Une création originale « Ciné-Mix et piano » et « La guerre des boutons » d’Yves Robert. 6 artistes sont en résidence à Chamarande. Brandon Ballengée s’intéresse aux malformations des batraciens. Pendant la première quinzaine de juillet, il invite scientifiques, artistes et Essonniens à mener des expériences, sur le terrain et en laboratoire pour tenter de mieux comprendre comment la pollution a pu sculpter de la sorte ces grenouilles. Ces résultats donneront lieu à une exposition, présentée l’hiver prochain au château. n°131/mai 2012/Le mag L’Essonne de l’Essonne le mag•1111



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :