[91] Mag de l'Essonne n°130 avril 2012
[91] Mag de l'Essonne n°130 avril 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°130 de avril 2012

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général de l'Essonne

  • Format : (142 x 189) mm

  • Nombre de pages : 40

  • Taille du fichier PDF : 7,3 Mo

  • Dans ce numéro : le Conseil général s'engage pour la gestion publique de l'eau.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
L’avenir de la base aérienne de Brétigny le chiffre 5,6 millions d’euros C’est la somme * que le Conseil général de l’Essonne a prévu d’engager pour le contrat de redynamisation du site de la base aérienne 217. *Pour l’accessibilité et les déplacements, l’agriculture et le développement économique du site. 6•Le mag de l’Essonne/avril 2012/n°130 Quatre ans après le choc de l’annonce de la fermeture de la base aérienne 217 à Brétigny-sur-Orge, l’avenir de ce site de 750 hectares (ha) au potentiel foncier unique en Île-de-France s’éclaircit enfin. Un contrat de redynamisation du site a été signé le 15 mars dernier par l’ensemble des acteurs concernés : État, Conseil général de l’Essonne, inter communalités du Val d’Orge et du Val d’Esson ne, Chambre de commerce et d’industrie de l’Essonne, Agence pour l’économie en Essonne... Avec une prio rité qui fait l’unanimité chez les signataires : l’emploi. Dans le détail, qua tre parcelles resteront occupées par les militaires : l’Institut de recherche biomédicale des armées (Irba) va s’a - gran dir et emploiera quelque 475 personnes d’ici 2017 ; le ministère de la Défense conserve aussi les pistes, un site de transmission et des logements. Sur les 550 ha cédés aux activités civiles, l’Institut national de recherche agronomique (Inra) va récupérer 250 ha sur lesquels sera créé un centre européen de recher che et d’expérimentation sur les mammi fères d’élevage, ainsi qu’une zone d’acti vités artisanales. Un pôle de recherche sera développé autour de l’Irba et de l’Inra et un « projet à voca tion écono mi que de niveau ré - gio nal » verra le jour sur plus de 200 ha. Enfin, près de 70 ha seront consa crés à l’agriculture, notamment au maraî - cha ge biologi que. Les terrains de la BA 217 seront officiellement redistri - bués le 1er septembre. RER : place aux actes ! c’est dit Michel Pouzol Conseiller général du canton de Brétigny-sur-Orge, à propos du contrat de redynamisation de la base aérienne de Brétigny « L’annonce de la fermeture de cette base aérienne était tout sauf une bonne nouvelle. Mais plutôt que de baisser les bras, les élus locaux et l’ensemble des partenaires ont su agir de manière constructive et bâtir, avec efficacité, un beau projet, pour le Val d’Orge mais aussi pour l’Essonne, dont nous pouvons être fiers. » Deux gares du Grand Paris à Massy Le futur réseau de transport automatique Grand Paris Express disposera bien de sept gares en Essonne, dont deux à Massy : Massy-Palaiseau TGV et Massy-Opéra. Les deux arrêts massicois ont été confirmés le 13 mars dernier lors d’un comité de pilotage. Toutes deux seront construites en souterrain, la première à Massy TGV sera reliée aux lignes B et C du RER ainsi qu’au futur tram-train Massy-Évry ; la seconde, initialement non prévue et obtenue grâce à la mobilisation du Conseil général, s’insérera au cœur du quartier Opéra, afin de le rendre plus dynamique et mieux desservi par les transports en commun. Après trois mois de travaux, la commission d’enquête parlementaire sur le RER a rendu ses conclusions début mars. Parmi les solutions identifiées pour améliorer la situation sur le réseau francilien, des rames à deux niveaux, un centre de commandement unique RATP-SNCF pour plus d’efficacité lors des incidents, le doublement du tunnel de Châtelet, l’amélioration de l’information aux voyageurs... Mais la principale nouveauté réside dans l’obligation d’agir vite, avec la proposition de signature d’une charte par les opérateurs avant les élections. « L’heure est maintenant à l’action et à une nouvelle politique, a déclaré Jérôme Guedj. En tant qu’administrateur du Stif, je porterai la nécessité d’avancer concrètement dans la mise en place des propositions des parlementaires. »
À la Une Nouvelle donne pour la carte de l’Essonne Après des mois de travail et des échanges parfois houleux, les élus et représentants de l’État regroupés au sein de la Commission départementale de coopération intercommunale (CDCI) ont adopté la nouvelle carte de l’Essonne. D’ici au 1er janvier 2014, plus aucune ville ne sera « orpheline » : toutes seront intégrées à un regroupement de communes. Pas de grande surprise cependant car beaucoup d’intercommunalités restent inchangées. Un scénario a minima pour le président du Conseil général. « On aurait souhaité un schéma plus ambitieux qui permette à l’Essonne de peser davantage dans le Grand Paris ». Pour autant, Jérôme Guedj tempère : « C’est le moins mauvais des scénarios. J’ai approuvé ce document car il y a des avancées. Cela montre que l’on ne peut rien faire, et encore moins un big bang institutionnel dans le dos des élus locaux. Je souhaite désormais que les changements attendus s’opèrent au plus vite et dans de meilleures conditions. » Le département restera attentif sur le devenir de ces territoires : il l’a formalisé dans un vœu voté à l’unanimité par les élus de la commission départementale de la coopération intercommunale. Ce qui change... Au nord de l’Essonne, l’arrivée des Ulis dans le Plateau de Saclay demandée depuis des années par la commune est enfin validée. Autour de Massy, concernant Europ’Essonne, la carte prévoit le départ de Morangis - qui rejoint les Portes de l’Essonne, tout comme Savigny et Wissous - mais intègre Linas, Marcoussis, Montlhéry, La Ville-du-Bois et Nozay. La commune de Longpont fait son entrée dans le Val d’Orge. Au sud, 25 villes et villages sont soit regroupées dans l’Étampois, soit dansla Vallée de l’École (Milly-la-Forêt). En dépit des demandes répétées du village d’Écharcon, sa volonté de rejoindre Évry Centre Essonne n’a pas été étendue. Zhang Tong, le vice-gouverneur de la province du Hubei et Jérôme Guedj, au Genopole. Essonne - Wuhan en vol direct Avec l’ouverture d’une ligne aérienne directe entre Paris et Wuhan ce mois-ci, l’Essonne se rapproche encore un peu plus de cette ville du centre de la Chine, avec laquelle le département entretient un partenariat depuis 2007. Une délégation essonnienne se rendra sur place à l’occasion de ces premiers « vols directs » courant avril, afin d’assister à l’inauguration d’un centre sino-français des biotechnologies construit au sein du Biolake de Wuhan, l’équivalent chinois du bioparc essonnien Genopole. Cette visite essonnienne en Chine fait suite à la venue d’une délégation chinoise en Essonne, le 2 mars dernier. Zhang Tong, le vice-gouverneur de la province du Hubei, dont Wuhan est la capitale, avait alors été reçu au Genopole à Évry par Pierre Tambourin, son directeur et Jérôme Guedj, président du Conseil général, accompa - gnés de représentants du monde économi- Visite d’une délégation du Mali que essonnien. Puis par Francis Chouat, 1er vice -président du Conseil général et président de la Sémardel, pour une visite de cette usine de traitement des déchets basée à Vert-le-Grand. Parmi les temps forts de cette journée : des réunions de travail sur les biotechnologies, l’optique et les éco-activités, trois secteurs d’intérêts communs pour Wuhan et l’Essonne, et la signature d’un accord entre Biolake et UbiFrance, l’agence française chargée d’accompagner les entreprises à l’interna - tional. « Le but est de permettre aux entreprises essonniennes d’investir et de s’ins - taller dans la province du Hubei, et inver - sement, que les entreprises chinoises puissent aussi découvrir les potentialités de l’Essonne », précise David Ros, viceprésident du Conseil général chargé de l’économie et de la recherche. Une trentaine de personnalités appartenant aux Conseils de Cercle de Diéma, Douentza et Nioro au Mali sont en Essonne depuis le 29 mars et jusqu’au 6 avril, dans le cadre de la coopération décentralisée engagée par le Conseil général et plusieurs communes essonniennes avec ces collectivités du Sahel. Au programme : des discussions et des visites autour de la gestion publique de l’eau (lire notre Grand angle p.9 à 13), une présentation du Plan Climat de l’Essonne, la solidarité internationale ou bien encore les réformes territoriales envisagées en France et au Mali. Les représentants maliens seront reçus à l’Assemblée départementale à Évry, et dans les communes de Bures-sur-Yvette, Briis-sous-Forge, Marcoussis, Viry-Chatillon, Juvisy-sur- Orge, Marolles-en-Hurepoix et Itteville. n°130/avril 2012/Le mag de l’Essonne•7



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :