[91] Mag de l'Essonne n°130 avril 2012
[91] Mag de l'Essonne n°130 avril 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°130 de avril 2012

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général de l'Essonne

  • Format : (142 x 189) mm

  • Nombre de pages : 40

  • Taille du fichier PDF : 7,3 Mo

  • Dans ce numéro : le Conseil général s'engage pour la gestion publique de l'eau.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
À la Une La santé des jeunes en péril Chaque année, plus de 1000 Essonniens de 10 à 25 ans poussent la porte d’un des 6 Points accueil écoute jeune (PAEJ) que compte le département. Seuls ou avec leurs familles, les jeunes peuvent évoquer leur phobie scolaire, faire part de leurs difficultés relationnelles ou confier leurs idées noires, dans l’anonymat. Des psychologues les accompagnent et les orientent, quand une autre prise en charge est nécessaire. Ils les reçoivent aussi en consultation, à raison de 10 entretiens. Parce qu’elles jouent un rôle de proximité essentiel en matière de prévention, ces structures sont indispensables. Portées par des asso - ciations, elles sont financées par la Direc - tion départementale de la cohésion sociale Les idées reçues ont la vie dure (État) et le Conseil général. Elles ont cependant le plus grand mal à survivre : « À Évry, on a de plus en plus de demandes. Or, nos moyens ne sont pas adéquation avec les besoins. On ne sait pas ce qu’on va devenir. Heu reusement que trois psychologues béné voles nous aident. Il manque à ce pays une véritable politique de santé des adolescents, quelque chose de cohérent. On est face à un vide », dénonce Jamel Riabi, l’un des fondateurs de l’association Fili grane qui gère le PAEJ d’Évry. Une revendication au cœur d’un manifeste présenté par un grand nombre de professionnels de la santé des jeunes en février dernier, que le PAEJ d’Évry a signé. Les femmes comme les hommes sont victimes de stéréotypes sexistes, d’après un sondage réalisé par Mediaprism fin 2011 pour le Laboratoire de l’égalité. Quelques exemples édifiants : 47% des personnes interrogées pensent qu’il est plus déstabilisant pour un homme que pour une femme d’être au chômage. Plus de la moitié réagiraient mal si leur fils voulait être « homme au foyer ». Enfin, 30% des répondants pensent que les cerveaux d’un garçon et d’une fille sont différents, ou que les garçons sont naturellement meilleurs en maths et en sciences que les filles. Et ce n’est malheureusement pas un poisson d’avril... + d’infos sur egalite.essonne.fr 4 4•Le• L’Essonne mag de l’Essonne le magSjanvier/avril 2012/2010SN°109 n°130 Cafés mémoire Votre conjoint, parent, voisin, souffre de la maladie d’Alzheimer ? Vous voulez comprendre ou simplement en parler et partager votre expérience. France Alzheimer Essonne vous propose des Cafés mémoire. Rendez-vous le 10 avril au Café du marché de Massy, les 12 avril et 10 mai au restaurant Le Belleville de Gif-sur-Yvette ainsi que le 3 mai au Café du midi d’Arpajon.• Infos au 0164998272 Devenez mobile avec Téléssonne Regardez dès maintenant Téléssonne sur votre téléphone ou sur votre tablette. Pour les Iphones, une application est même à télécharger gratuitement. Mobilisez-vous ! Chaque soir à 19h, visionnez le Journal télévisé de Patrice Arditti. Un concentré d'informations locales de 10 minutes, ciblé sur notre département. Bienvenue à Randoland Les beaux jours sont là. Que diriez-vous d’une balade en famille ? Pour pimenter vos sorties, le Comité départemental du tourisme de l’Essonne (CDT) vous invite au Randoland. Ces nouveaux itinéraires de randonnée sont conçus comme des jeux de pistes avec énigmes à résoudre et indices à collecter. Une manière ludique de découvrir le patrimoine naturel et architectural ! Randoland en Essonne, ce sont 3 circuits : un 100% nature, un autre beaucoup plus urbain et le dernier plutôt orienté parc et château. Ces parcours font l’objet de fiches téléchargeables sur tourisme-essonne.com
Fouilles gallo-romaines sur la RN20 Un chantier de fouilles archéologiques autour des vestiges d’une nécropole gallo-romaine est en cours sur la RN20 depuis le 19 mars. D’après l’Institut national de recherches archéologiques préventives, cette nécropole serait l’une des plus importantes d’Europe pour la période du II e au IV e siècle après J.-C. Une fois les vestiges mis à l’abri pour être étudiés, les travaux d’aménagement de la liaison entre la RD207 et la RN20, à Morigny-Champigny, pourront démar rer. D’ici là, un programme de valorisation des fouilles sera proposé, notamment dans les collèges de la communauté de communes de l’Étampois et au Musée intercommunal d’Étampes. Et si les conditions du chantier le permettent, le site pourrait être exceptionnellement ouvert au public, à l’occasion des Journées nationales de l’archéologie les 23 et 24 juin. Le 8 mars, côté élus locaux Quelques jours après la Journée internationale des droits des femmes, de nombreuses collectivités françaises signa - taires de la « Charte européenne pour l’égalité des femmes et des hommes dans la vie locale » se sont réunies à l’As - semblée départementale de l’Essonne le 15 mars dernier. L’occasion d’échanger sur des initiatives locales destinées à favoriser l’égalité femmes-hommes et aussi d’élargir le réseau des signataires. 12 nouvelles collectivités esson - niennes ont en effet adhéré à la « Charte » : les communes de Boussy-Saint-Antoine, Évry, Marcoussis, Orsay, Palaiseau, Le Plessis-Pâté, Saint-Germain-lès-Arpajon, Villebon-sur- Yvette et Wissous, la communauté d’agglomération du Plateau de Saclay et les communautés de communes de l’Arpajonnais et du Dourdannais en Hurepoix. Le coup de gueule du mois ! La casse du service public de l’éducation continue. En Essonne, la rentrée 2012 sera synonyme, comme les années précédentes, de suppressions de postes alors même que les effectifs augmentent. Une aberration dénoncée par les élus du Conseil général qui ont adopté, le 12 mars dernier, une motion condamnant avec fermeté la politique du gouvernement. Le département « s’indigne de la baisse constante des moyens et de ses effets sur la qualité de l’enseignement » et « affirme qu’il continuera à défendre avec force, dans chacun des 100 collèges dont il a la responsabilité, des conditions d’enseignement dignes et tournées vers la réussite de tous les élèves essonniens ». + d’infos sur essonne.fr En ligne, l’intégralité de la motion Homoparentalité : « Il est temps de faire évoluer la loi ! » La Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) a débouté un couple d’homosexuelles qui s’estimaient victimes de discrimination dans leur procédure d’adoption, le 15 mars dernier. La justice française avait en effet refusé que l’une des deux femmes adopte l’enfant de l’autre. Mais la CEDH a estimé qu’il n’y avait pas eu de discrimination « fondée sur l’orientation sexuelle » car les couples hétérosexuels se retrouvent dans des situations juridiques similaires s’ils ne sont pas mariés. Dans le droit français, l’adoption simple de l’enfant d’un des deux membres du couple par son partenaire n’est possible que pour les couples mariés, pas pour ceux vivant en concubinage, ni pour les couples pacsés. « En rendant cette décision, la Cour européenne a tout simplement rappelé que la balle est dans le camp du législateur national. (…) Il est temps de faire évoluer la loi sur ces questions », a réagi Jérôme Guedj, président du Conseil général de l’Essonne, qui organise ce vendredi 6 avril les premières Rencontres nationales « Adoption et homoparentalité » (lire p.14-15). n°130/avril 2012/Le mag de l’Essonne•5



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :