[91] Mag de l'Essonne n°130 avril 2012
[91] Mag de l'Essonne n°130 avril 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°130 de avril 2012

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général de l'Essonne

  • Format : (142 x 189) mm

  • Nombre de pages : 40

  • Taille du fichier PDF : 7,3 Mo

  • Dans ce numéro : le Conseil général s'engage pour la gestion publique de l'eau.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 28 - 29  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
28 29
Expression des groupes politiques GROUPE UPE Très Haut Débit : le Groupe UPE fait avancer le Schmilblick Lors de la séance du 12 mars, la Majorité de Gauche a proposé au vote le Schéma Départemental d’Aménagement Numérique qui pourrait permettre aux Essonniens de disposer d’Internet à Très Haut Débit. Malheureusement, il s’agit une fois de plus d’un catalogue de bonnes intentions, dans la droite ligne des délibérations prises en 2003, 2007 et 2010... et qui n’ont rien donné. C’est pourquoi le Groupe UPE a demandé GROUPE UMPA Gestion de l’eau : non à l’instrumentalisation politique ! Le temps politique s’accélère, les élections Présidentielle et Législative arrivent à grands pas. Il est alors temps pour la Majorité Socialiste du Conseil général de prouver aux formations politiques amies sa bonne volonté à s’engager sur des thèmes relevant de combats politiques symboliques. En effet comment qualifier autrement cette délibéra tion de principe, adoptée par la Majorité le 12 mars dernier, visant à favoriser une gestion publique de l’eau moyennant le développement de services techniques nouveaux proposés aux communes et EPCI mais surtout à travers une modulation des aides du Conseil général. Modulation visant notamment à proscrire toute aide à la réalisation de travaux en concession et à favoriser la gestion publique des services de l’eau potable ou de l’assainissement. En Essonne, les régies sont aujourd’hui minoritaires. Le Département compte 13 régies communales et intercommunales chargées de la distribution de l’eau potable et 19 structures traitant de tout ou partie de la chaîne de l’assainissement. Derrière cette volonté d’accompagner les décideurs publics dans la réalisation d’un choix « éclairé » pour recouvrer une maîtrise sur le coût de l’eau se cache en réalité une défiance latente envers LES GROUPES POLITIQUES DE L’OPPOSITION DÉPARTEMENTALE Groupe UPE (Union pour l’Essonne) : D. Fontenaille, T. Joly, N. Lamoth, N. Schœttl. Tél. : 0160919062 Groupe UMPA (Union pour un mouvement populaire et apparentés) : M. Bournat, J.-J. Boussaingault, G. Crosnier, J.-P. Delaunay, M. Duranton, D. Écharoux, F. Fernandez De Ruidiaz, F. Fuseau, P.Imbert, E. Mehlhorn,C. Parâtre, J. Perthuis. Tél. : 0160919052/53 28• Le mag de l’Essonne/avril 2012/n°130 et obtenu que la Majorité de gauche s’engage sur un contenu opérationnel avant la fin décembre. Il est dommage que pour des raisons idéologiques, un tel projet qui faciliterait la création d’emplois ne recueille pas un avis unanime des Conseillers Généraux et que, par conséquent, notre département envoie un message négatif aux entreprises qui voudraient s’y implanter. les grandes entreprises privées considérées « avides » de marges commerciales. Il ne s’agit donc ni d’un choix écologique, ni d’un choix économique, mais d’un choix idéologique. Si nous n’avons aucune opposition au fait de permettre à chaque Maire ou Président de syndicat de faire un choix en fonction d’un bilan impartial, nous ne pouvons cependant accepter que la modulation des aides repose sur des partis pris idéologiques. En effet, la régie publique n’est pas une solution universelle ! Bien au contraire, une étude d’un bureau spécialisé montre que sur de nombreux points la Délégation de Service Public reste une solution pertinente : en matière de conformité aux normes bactériologiques, de pertes constatées sur les réseaux (-20%), de certi fi - cation ISO 9001 des protocoles (90% des cas). Enfin si le prix de l’eau est généralement plus élevé en conces - sion, l’étude montre que cette réalité s’explique par la complexité des réseaux gérés et les besoins de traitement des eaux généralement plus élevés en cas de délégation. Que la question de l’eau soit posée, nous en sommes d’accord, mais avec objectivité et avec des objectifs environnementaux et de meilleur service au public.
GROUPE SOCIALISTE, ÉCOLOGISTE ET RÉPUBLICAIN L’UMP stigmatise quand le Conseil général lutte jour après jour contre la discrimination Le chômage, la perte de pouvoir d’achat, la crise du logement, l’augmentation des inégalités importent peu pour une droite qui, depuis 5 ans, stigmatise, discrimine, en un mot, oppose les populations les unes aux autres. Ainsi, Claude Guéant et Christian Vanneste, député UMP, hiérarchisaient, il y a peu, les civilisations et les orientations sexuelles. Faut-il rappeler que faire société, c’est respecter les parti cularismes tout en les intégrant au socle commun que constituent les fondements de notre République ? Un pays ne peut sortir de la crise s’il n’est pas unifié par la perspective d’un avenir commun, s’il est cons - tamment tiraillé par l’instrumentalisation de ses diffé - ren ces. Sous la Présidence de Nicolas Sarkozy, la parité Hom - mes-Femmes n’a ainsi été qu’un affichage. La com po - sition du gouvernement est passée de 7 ministres femmes sur 15 en 2007 à 5 sur 22 en 2012. Le délit de faciès a été automatisé par des contrôles d’iden tité arbitraires et répétitifs. Certaines communau tés ont été honteusement et injustement montrées du doigt, en témoigne l’extrémiste discours de Grenoble. En un mot, loin de lutter contre les discriminations, le candidat UMP a pleinement participé à les amplifier. GROUPE FRONT DE GAUCHE Pour l’école de l’égalité et de la réussite pour tous ! Jusqu’au bout, N. Sarkozy se sera acharné contre le service public d’éducation nationale. Malgré la forte natalité, il y aura supprimé 80000 postes en 5 ans ! Pour la rentrée 2012, ce sont encore 1400 classes, dont 200 en Éducation prioritaire qui doivent disparaître, ainsi que 2000 postes RASED. Dans l’Essonne, 260 postes sont visés dans le 1er degré, 20 des 24 RASED sont touchés, et des dizaines de collèges et lycées voient leurs moyens LES GROUPES POLITIQUES DE LA MAJORITÉ DU CONSEIL GÉNÉRAL Dans ce contexte, la majorité départementale œuvre à l’opposé de la politique gouvernementale et a mis en place, depuis 2007, un ambitieux Plan départemental de prévention et de lutte contre les discriminations (PLCD) qui démontre sa détermination à endiguer un phénomène qui mine l’équilibre social dans son en semble. Au sein même de notre collectivité, une démarche d’exemplarité a été actée avec la mise en place, entre autres, de CV anonymes, de l’embauche de travailleurseuses handicapé-es, de l’insertion des jeunes en difficulté. Par ailleurs, la prévention et la lutte contre l’homo - phobie, la réduction des inégalités qui touchent les personnes discriminées, la signature, par les bailleurs, d’une charte des bonnes pratiques en matière d’attri bu - tion de logements sociaux, la réduction des iné ga lités salariales entre les femmes et les hommes sont quel - ques-uns des enjeux majeurs du PLCD. Enfin, nous favoriserons la sensibilisation et la forma - tion des partenaires du Conseil général et conditionnerons l’attribution des aides départementales aux collectivités territoriales qui respecteront le PLCD car nous voulons faire progresser l’égalité de manière forte, efficace et rapide pour toutes et tous les Essonnien-nes. Groupe Socialiste, Écologiste et Républicain : M. Berson, G. Bonneau,C. Buffone, C-L. Campion, J. Cauët, E. Chaufour, F. Chouat, R. Colas,C. Da Silva, E. Fournier, P.Fournier, G. Funès, J. Guedj, G. Hérault, D. Hoeltgen, T. Mandon, M. Olivier, F. Petitta, M. Pouzol,C. Robillard, D. Ros, P.Sac.Tél. : 0160919071 Groupe Front de gauche : P.da Silva, B. Piriou, M. Rauze,C. Vazquez. Tél. : 0160919067 www.groupeser91.fr d’enseignement (DGH) amputés et leurs classes surchargées. Avec la communauté éducative, nous portons d’autres choix. Le Conseil départemental de l’Éducation nationale a d’ailleurs voté contre ces mesures, tout comme il s’oppose au pseudo « internat d’excellence ». Mais si le CDEN n’a qu’un vote consultatif, au printemps chaque citoyen-ne aura un droit de vote plein et entier. Pour mettre l’humain avant les profits. n°130/avril 2012/Le mag de l’Essonne•29



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :