[91] Mag de l'Essonne n°130 avril 2012
[91] Mag de l'Essonne n°130 avril 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°130 de avril 2012

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général de l'Essonne

  • Format : (142 x 189) mm

  • Nombre de pages : 40

  • Taille du fichier PDF : 7,3 Mo

  • Dans ce numéro : le Conseil général s'engage pour la gestion publique de l'eau.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
Accoudée aux barrières du manège équestre, Chantal Duvocelle, 68 ans, pose un regard attentif sur les jeunes cavaliers. « Un plaisir quotidien », lan - ce-t-elle d’une voix déterminée. Il y a trente-huit ans, cette habitante de Saintry-sur-Seine a mis sa passion au service des autres. Férue d’équitation et cavalière amateur, elle crée l’ARSE, pour dispenser des cours d’équitation dans les centres de réadaptation professionnelle où elle est animatrice. L’activité de l’association redouble en 2004, lorsque Chantal, retraitée, y consacre tout son temps (et son propre terrain, à Saintry). Aujourd’hui, l’ARSE est un centre d’équitation spécialisé dans l’accueil d’enfants et adultes atteints de handicaps mentaux ou moteurs. « Le cheval a des vertus apaisantes et thérapeutiques. Il se crée une relation d’empathie entre l’animal et son cavalier », explique la fondatrice. Parrainée par le chanteur Bénabar, un « enfant de Saintry », et doté d’une subvention annuelle de 62000 euros du Conseil général, l’association dispense chaque année près de 400 cours adaptés pour 1200 élèves, ainsi que des promenades en attelage. http://cdsa91.free.fr/assos/arse 0169891660/0683465024 Gilles Bonnefond Co-fondateur et directeur d’Huile de Coude, à Montgeron À bientôt 50 ans, Gilles Bonnefond a consacré la moitié de sa vie à accompagner des personnes en difficultés. Adepte de solutions concrètes plus que « de beaux discours », cet éducateur spécialisé lance, en 2006, Huile de Coude (H2C), une entreprise d’insertion par le travail. « Nous sommes spécialisés dans le façonnage manuel de supports de communication. Nos clients sont des imprimeurs ou des agences de communication », explique l’intéressé. H2C emploie 14 jeunes de moins de 25 ans, qui peinent à s’insérer sur le marché du travail. « Je suis à chaque fois impressionné de les voir prendre confiance en eux grâce au travail », insiste Gilles Bonnefond. En six ans, 91 salariés sont passés par l’atelier d’H2C, à Montgeron. La moitié d’entre eux ont décroché un emploi durable ou une formation qualifiante à la fin de leur contrat. Partenaire d’H2C, le Conseil général vient de lui confier la réalisation des 2500 exemplaires de son nouveau Plan départemental d’insertion, de lutte contre les exclusions et de l’emploi. www.huiledecoude.fr 16• Le mag de l’Essonne/avril 2012/n°130 L’Essonne Chantal Duvocelle Fondatrice de l'Association pour la pratique équestre et la rééducation par les sports équestres (ARSE), à Saintry
 » c’est vous Grand Stade de rugby L’Essonne est bien placée pour gagner Gaëtane Thiney Footballeuse de l’équipe de France et du FCF Juvisy. Jean-Frédéric Dubois Entraîneur du Rugby Club Massy Essonne, ancien joueur du Stade Toulousain et du Racing Métro 92. Vous avez été les deux premiers sportifs essonniens à soutenir la candidature de l’Essonne pour le Grand Stade de rugby. Pourquoi vous ? Gaëtane Thiney : J’ai été sollicitée par la direction des sports du Conseil général qui sait que j’ai l’habitude de m’impliquer, que ce soit dans le soutien à mon club de Juvisy ou plus largement au département de l’Essonne. Et peutêtre aussi parce que le football féminin est beaucoup plus médiatisé depuis la Coupe du monde de l’an dernier. Si ma récente notoriété peut apporter un plus à la candidature de l’Essonne, je n’hésite pas ! Jean-Frédéric Dubois : J’étais déjà sur le devant de la scène pour la candi - dature de Massy à l’accueil du Grand Stade, en tant qu’entraîneur du club de la ville. Finalement, c’est Ris-Orangis qui a été retenu mais je suis resté naturellement impliqué pour que ce Grand Stade soit construit en Essonne. Ce serait l’idéal notamment pour les gens, public ou joueurs, qui comme moi sont originaires du Sud-Ouest. Ils n’auraient plus à traverser Paris quand ils « montent » pour des matchs de l’équipe de France. » Quel est votre rôle en tant que « parrains » du projet de Grand Stade en Essonne ? G.T. : Je me suis d’abord informée au maximum sur le sujet. Ensuite, j’ai participé à la conférence de presse de présentation de la candidature de l’Essonne, le 27 janvier dernier, qui a été relayée dans les médias. Depuis, je fais tout mon possible pour communiquer sur ce dossier*, dès que mon emploi du temps le permet. J.-F. D. : Le fait que je sois un ancien joueur de rugby et aujourd’hui un entraîneur de club me donne des occasions d’en parler. Fin février par exemple, j’ai vu le président de la Fédération française de rugby et je lui ai dit que je soutenais l’implantation du Grand Stade en Essonne. J’essaie aussi de me rendre disponible pour les événements organisés autour de cette candidature, comme la conférence de presse à laquelle j’ai participé aux côtés de Gaëtane. À trois mois du verdict final, quels sont vos pronostics ? G.T. : Je suis plutôt optimiste car l’Essonne cumule les atouts : c’est un département qui soutient énormément les sportifs et qui est idéalement placé au niveau géographique. Le site est en plus assez conséquent pour créer une aire commerçante tout autour du Grand Stade. Pour toutes ces raisons, je pense que oui, l’Essonne est bien placée pour gagner. J.-F. D. : Évidemment, l’Essonne a des chances de l’emporter puisqu’elle fait partie des deux sites finalistes ! Mais je ne me risquerai pas à vous donner un pronostic. Difficile de savoir ce qui va jouer dans la décision finale. Il y a toute une série de paramètres à prendre en compte. Ce qui est certain, c’est que l’Essonne est une terre de rugby et de sport en général. À ce titre, elle mériterait d’avoir le Grand Stade. Ce sera le meilleur qui gagnera. *Le 10 mars dernier par exemple, Gaëtane Thiney et ses coéquipières du FCF Juvisy ont revêtu des maillots estampillés « J’aime le Grand Stade de rugby en Essonne ! » avant un match de la Coupe de France contre le PSG. + d’infos sur essonne.fr En ligne, les « XV » soutiens sportifs du Grand Stade en Essonne n°130/avril 2012/Le mag de l’Essonne•17



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :