[91] Mag de l'Essonne n°129 mars 2012
[91] Mag de l'Essonne n°129 mars 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°129 de mars 2012

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général de l'Essonne

  • Format : (142 x 189) mm

  • Nombre de pages : 40

  • Taille du fichier PDF : 7,9 Mo

  • Dans ce numéro : l'égalité ça ne se brade pas !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
À la Une L’IVG doit rester un droit ! Jusqu’où devront aller les Essonniennes qui souhaitent pratiquer une interruption volontaire de grossesse (IVG) ? Faute de places dans les structures du département, elles sont déjà nombreuses à aller avorter hors Essonne et, de plus en plus, à l’étran - ger. Elles pourraient bientôt ne plus avoir le choix. Car le centre IVG du Kremlin- Bicêtre, dans le Val-de-Marne, qui réalisait jusqu’à présent entre 800 et 900 interven - tions par an et accueillait régulièrement des femmes essonniennes est en danger. Fin 2011, la direction de l’hôpital de Bicêtre a annoncé le regroupement de ce centre au sein du service maternité, déjà sous Discriminations au travail pression. Ce qui reviendra, dans les faits, à faire partager les mêmes locaux, voire la même chambre, aux femmes venant d’accoucher et à celles venant de subir une IVG... Psychologiquement, la difficulté est flagrante. Cette fusion risque aussi de réduire la qualité des soins et les capacités d’accueil. Pour le Conseil général de l’Esson - ne, engagé de longue date dans la défense de ce droit (lire p.11) reconnu par la loi depuis 1975, c’est « un nouveau coup porté au droit à l’IVG dans notre région ». Dans une motion adoptée le 30 janvier dernier, les conseil lers généraux ont demandé à la direc tion de l’AP-HP* et à celle de l’hôpital de Bicêtre de « permettre à ce centre de conser ver ses locaux et son autonomie, nécessaires au bon accompagnement des patien tes ». Plus généralement, le Conseil général « condamne les restructu rations en cours au sein de la fonction publique hospitalière (...) qui condui sent à rendre plus difficile l’accès à l’IVG ». Leur nombre a en effet dimi nué de 12% en cinq ans au sein de l’AP-HP, suite aux fermetures de centres ou à leur fusion dans d’autres services. Plus d’une personne sur quatre déclare avoir été victime de discrimi - nation dans le cadre du travail, d’après le dernier baromètre du CSA pour le Défenseur des droits et l’Organisation internationale du travail. Nouveauté de cette édition 2012 : le critère ethnique, cité depuis 2009 comme principale source de discrimination, est cette fois devancé par l'âge (cité par 26% des victimes), la grossesse ou la maternité (25%), le sexe et l'apparence physique. Face à ces discriminations, la majorité des sondés compte sur les représentants du personnel et les syndicats pour les défendre. + d’infos sur egalite.essonne.fr 4 4•Le• L’Essonne mag de l’Essonne le magSjanvier/mars 2012/2010SN°109 n°129 *Assistance publique-Hôpitaux de Paris. « Indignez-vous ! » avec Stéphane Hessel à Massy L’association « Les yeux pour entendre », qui agit pour la pleine citoyenneté des personnes sourdes, organise une lecture publique en français, en langue des signes et sous-titrée en temps réel du manifeste de Stéphane Hessel « Indignez-vous ! », le 7 avril de 14h30 à 18h à l’Opéra de Massy. L’auteur militant, ancien résistant déporté à Buchenwald pendant la Seconde Guerre mondiale, sera présent pour défendre l’idée selon laquelle l’indignation est, encore aujourd’hui, le ferment de l’« esprit de résistance », face aux inégalités de richesse, à la politique d’immigration, la course au « toujours plus », la dictature des marchés financiers et l’héritage bradé de la Résistance (retraites, Sécurité sociale...). Cette conférence est organisée avec le soutien du Conseil général de l’Essonne. Venez nombreux ! • Infos sur yeuxpe.fr La 25 e foire au cresson de Méréville Parce que Méréville est la capitale du cresson, la commune célèbre cette plante aux mille et une vertus lors d’une traditionnelle foire. Du 6 au 9 avril, pas moins de 30000 visiteurs sont attendus. Ces curieux ne manqueront pas de savourer quelques spécialités comme les soupes ou la charcuterie. Au programme également, des visites de cressonnières... Notre département en compte beaucoup : l’Essonne est le premier producteur français de cresson. Sida : la prévention en action Même si le sida se soigne, il ne se guérit toujours pas. La vigilance doit donc être maintenue. C’est pourquoi les équipes du Conseil général et de l’association Aides Essonne poursuivent leurs actions de prévention et de dépistage gratuits. Elles vous attendent le 30 mars, de 11h à 17h30, à la gare de Juvisy. Une semaine plus tard, le 7 avril, ces professionnels de santé reviendront dans cette même gare avec les résultats sanguins des personnes dépistées.• Infos sur essonne.fr
La commission européenne en visite en Essonne En adoptant son plan Climat, le Conseil général s’engageait, dès 2010 - et en anticipant les obligations du Grenelle de l’environnement - à réduire de 25% d’ici 2020 les émissions de gaz à effet de serre, alors même que l’objectif initial de l’Union européenne était de 20%. Un challenge soutenu par la Commission européenne via son programme Life +. Une délégation de cette même Commission est venue en Essonne le 9 février constater les avancées concrètes du projet Climate sur notre territoire. Et notamment la vitrine des énergies en ligne sur essonne.fr « Cette visite souligne l’exemplarité du département dans sa contribution à l’effort européen de lutte contre le dérèglement climatique », se réjouit Claire Robillard, vice-présidente chargée de l’environnement. Pour une A10 gratuite en Île-de-France Le 16 février dernier, le président du Conseil général a rencontré les représentants de l’association A10 gratuite, qui militent pour la gratuité des tronçons franciliens des autoroutes A10 et A11. L’occasion de réaffirmer l’engagement du département aux côtés de ces riverains et élus, un an après l’adoption d’une motion réclamant une « modification de l’accès à l’A10 ». Dans ce texte, les conseillers généraux de l’Essonne demandaient l’engagement de négociations avec l’État sur ce sujet. Douze mois plus tard, la ministre des Transports a effectivement annoncé des mesures tarifaires (demi-tarif à partir de 3 personnes, baisse du prix de l’abonnement au-delà du 25 e passage au péage) « mais celles-ci restent marginales et très éloignées de la gratuité réclamée par les habitants du secteur », a déclaré Jérôme Guedj à l’issue de cette réunion. Le coup de gueule du mois ! Le mardi 7 février au soir, le centre de Protection maternelle et infantile (PMI) des Tarterêts, à Corbeil-Essonnes, a été ravagé par les flammes. Un incendie d’origine criminelle très choquant pour les familles du quartier, l’équipe de la PMI et le Conseil général, en charge de ces services de santé de proximité. « Je suis écœurée. Ce centre est l’un des derniers services publics encore actifs aux Tarterêts. Comment peut-on délibérément détruire une PMI ? » s’est indignée Claire-Lise Campion. Pour autant, la vice-présidente du Conseil général chargée de l’enfance et des familles reste ferme et déterminée : « Nous ne partirons pas. Nous n’abandonnerons pas ce quartier entier à quelques caïds ». C’est la raison pour laquelle le président du Conseil général a demandé, une nouvelle fois, au maire de Corbeil- Essonnes, de lui proposer un terrain dans le quartier sur lequel une structure provisoire pourra être installée. Et surtout de lui indiquer où une nouvelle PMI pourra rapidement voir le jour. Le logement mérite mieux qu’une mesurette... 15 communes essonniennes n’ont aucune garantie que les opérations de renouvellement urbain déjà engagées bénéficieront de l’aide de l’État pour les poursuivre et les achever. C’est le cas des Ulis, Montgeron, Vigneux, Draveil, Étampes, Massy, Athis-Mons, Juvisy, Savigny, Épinay-sous-Sénart, Palaiseau, Courcouronnes, Sainte-Geneviève-des-Bois et Fleury- Mérogis. Une situation dénoncée par le Conseil général en préambule à la visite du président de la République, début février, venu à Mennecy pour parler logement. Et surtout défendre sa mesure phare, à savoir l’augmentation de 30% des droits à construire. Une mesure gadget alors même que la fondation Abbé Pierre, dans son rapport annuel sur le logement, fait état d’un déficit de 900 000 logements sociaux en France. n°129/mars 2012/Le mag de l’Essonne•5



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :