[91] Mag de l'Essonne n°129 mars 2012
[91] Mag de l'Essonne n°129 mars 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°129 de mars 2012

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général de l'Essonne

  • Format : (142 x 189) mm

  • Nombre de pages : 40

  • Taille du fichier PDF : 7,9 Mo

  • Dans ce numéro : l'égalité ça ne se brade pas !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
Focus• Journée internationale pour les droits des femmes L’égalité, ça ne se brade pas ! À l’occasion de la Journée internationale pour les droits des femmes le 8 mars, le Conseil général de l’Essonne lance une campagne de sensibilisation contre les inégalités femmes-hommes, notamment dans le monde du travail. En clin d’œil à la fin des soldes d’hiver, des mannequins homme et femme ont investi les abribus de l’Essonne depuis quelques semaines. Et, cela ne vous a sans doute pas échappé, le mannequin femme est soldé à -27%... Une affiche cocasse et volontairement décalée, placardée dans tout le département pour briser un tabou : celui des inégalités fem - mes-hommes dans le monde du travail. Aujourd’hui encore, l’écart de salaire entre la gent féminine et masculine est de 27% en moyenne. Comment l’expliquer, alors que les femmes sont de plus en plus diplômées et que l’éga - lité de rémunération est inscrite dans la loi depuis 1972 ? La réponse se trouve d’abord sur les bancs d’école : les filles continuent à s’orienter massivement vers les filiè res littéraires, d’aide à la personne ou l’esthétique et les garçons vers les sciences et les technologies industrielles, mécaniques et les travaux publics, secteurs en général mieux payés sur le marché du travail. Mais aussi dans les foyers, où les femmes assument encore 80% des tâches domestiques et familiales. « Les inégalités professionnelles tiennent essentiellement à la profonde inégalité dans la répartition des charges familiales », dénonce la sociologue Margaret Maruani. Dans une étude sur la pré carité 14• Le mag de l’Essonne/mars 2012/n°129 des femmes face à l’emploi, la chercheuse explique comment « le monde du travail illustre la perma nen - ce des rapports inégalitaires entre hommes et femmes et la rigidité des rôles traditionnels ». Elle cite aussi les emplois à temps partiel, occupés à 80% par des femmes, comme l’une des « principales causes de l’inégalité professionnelle entre hommes et femmes ». Conséquence : les femmes sont surreprésentées dans les emplois précaires et les temps partiels non choisis. Inversement, elles sont sous-représentées dans les postes à res pon sabilité et, plus largement, « dans toutes les sphères du pouvoir », selon une autre étude réalisée elle par la Commis sion européenne. L’Essonne n’é chap pe pas à cette tendance : tous les orga nes représentatifs des entreprises du département (Chambre de commerce et d’industrie, Chambre des métiers, Medef Essonne, CGPME*) sont dirigés par des hommes ; côté syndicats, seule la CDFT est dirigée depuis peu par une femme ; enfin, en politique, l’Esson ne ne compte que 3 femmes parlementaires sur 15, 9 conseillères générales sur 42 et 34 femmes maires sur 196 communes. Bref, autant dire qu’il reste encore du chemin à parcourir avant d’arriver à une parité réelle... Tous ces constats ne sont pas nouveaux. Année après année, *Confédération générale des petites et moyennes entreprises. La lutte pour l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes sera l’un des grands axes du futur plan d’actions départemental. 27% C’est l’écart de salaire moyen entre les femmes et les hommes en France. Source : « Chiffres-clés de l’égalité femmes-hommes en 2010 », ministère des Solidarités et de la Cohésion sociale. 80% des tâches domestiques sont aujourd’hui encore assumées par des femmes. Source : « Chiffres-clés de l’égalité femmes-hommes en 2010 », ministère des Solidarités et de la Cohésion sociale.
ils s’af fi nent et sont réactualisés, chiffres à l’appui. Chaque 8 mars devient l’occasion de dénoncer publiquement ces injustices. Un rendez -vous que le Conseil général de l’Esson ne ne rate pas depuis maintenant plusieurs années. En 2012, en plus de sa campagne d’affi chage, le département va pro fiter de cette date symbolique pour aller à la rencontre des associations et collectivités locales qui organisent elles aussi des actions. À l’Assemblée dépar - tementale, c’est toute la semaine du 12 au 16 mars qui sera dédiée à l’égalité (lire encadré ci-contre), avec le bilan du premier Plan d’actions départemental pour l » égalité femmes-hommes (PADEFH) et l’adoption de nouvelles orientations pour les trois années à venir. Parmi celles-ci, on retrouve la promotion d’une culture de l’égalité en Essonne - avec des actions de sensibilisation telles que la couverture du magazine que vous tenez entre les mains -, le droit des femmes à la dignité et à dispo ser de leur corps (contraception, IVG, lutte contre les vio lences faites aux fem - mes...), l’exem plarité du Conseil général (dans la gestion de ses ressources humaines et ses politiques publiques) et bien sûr, la lutte pour l’égalité professionnelle. En espérant pouvoir très vite retirer cette étiquette symbolique de réduc tion à notre mannequin féminin... + d’infos sur egalite.essonne.fr le mot de... Maud Olivier Vice-présidente du Conseil général chargée de la lutte contre les discriminations et de la promotion de l’égalité « Depuis 2007, le Conseil général place l’égalité femmeshommes au cœur de ses politiques publiques. À l’époque, peu de collectivités agissaient pour l’égalité. Nous avons développé notre expertise, et signé la Charte pour l’égalité femmeshommes dans la vie locale. Le nouveau Plan d’actions départemental va adopter la perspective proposée par cette Charte : intégrer l’égalité femmeshommes à tous les domaines de l’action publique locale. Les orientations du Conseil général en matière d’éga lité ont donc été redéfinies. Nous voulons renforcer notre exemplarité dans notre politique d’emploi, de commu ni ca tion ou de commande publique. L'égalité doit par ailleurs devenir une cause commune sur le territoire, avec les Essonnien-ne-s, les associations, et les autres collectivités. Nous poursuivrons notre engagement pour garantir aux femmes les principes de dignité, en luttant contre les violences, et le droit à disposer de leur corps, tel que l’accès à l’avortement et à la contraception. Enfin, nous voulons contribuer à faire de l’égalité professionnelle une réalité sur le territoire, à travers la diversification des choix d’orientation des collégiens, ou la sensibilisation des acteurs économiques à l’application de la loi. » Au programme cette année en Essonne 8 mars Actions d’associations et de collectivités locales sur tout le territoire essonnien, dont une journée « portes ouvertes » au centre de PMI/Planification de l’Agora d’Évry (Terrasses de l’Agora) de 10h à 17h. Infos au 01 64 97 29 91. Programme des temps forts sur egalite.essonne.fr 12 mars Bilan du Plan d’actions départemental pour l’égalité entre les femmes et les hommes 2009-2011 et vote des nouvelles orientations pour 2012-2014, en séance publique du Conseil général. 15 mars Les 100 collectivités françaises signataires de la Charte européenne pour l’égalité femmes-hommes dans la vie locale se réunissent au Conseil général. De nouvelles collectivités essonniennes devraient rejoindre le réseau à l’issue de cette journée. n°129/mars 2012/Le mag de l’Essonne•15



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :