[91] Mag de l'Essonne n°126 décembre 2011
[91] Mag de l'Essonne n°126 décembre 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°126 de décembre 2011

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général de l'Essonne

  • Format : (134 x 179) mm

  • Nombre de pages : 40

  • Taille du fichier PDF : 3,3 Mo

  • Dans ce numéro : l'Essonne dit non aux discriminations... l'égalité réelle est l'affaire de tous.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 38 - 39  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
38 39
Étonnante Essonne La relève du XV de France Domaine de Bellejame, à Marcoussis. C’est ici, derrière un épais mur de pierre dissimulant un splendide parc de 20 hectares, et au sein d’équipements ultramodernes construits avec le soutien du Conseil général de l’Essonne, qu’est formée l’élite du rugby français. Reportage au CNR sur ces jeunes du Pôle France. + d’infos sur essonne.fr retrouvez notre reportage vidéo dans la rubrique culture-sports-loisirs 38• Le mag de l’Essonne/décembre 2011/n°126 Ils sont 29 cette année. 29 joueurs âgés de 18 à 19 ans, détectés dans tous les Pôles Espoirs du pays pour intégrer le Pôle France, au Centre national de rugby (CNR) à Marcoussis. Pendant un an, ils vont suivre un « parcours d’excellence sportive » de la Fédération française de rugby. Parmi eux, les joueurs du XV de France de demain. Et peut-être, de futurs vicechampions du monde... En ce début de matinée, ce sont les livres et les cahiers qui sont de sortie. « Contrairement à ce qui se passe dans d’autres sports, les joueurs de rugby doivent suivre une formation scolaire jusqu’à l’âge de 22 ans, explique Alain Fior, le directeur des études du Pôle France. Nous avons donc mis en place tous les aménagements possibles - alternance, cours individuels ou en petits groupes, cours par correspondance... - pour que ces jeunes ne soient pas coupés de leur cursus pendant leur année au CNR. » Un dispositif apprécié par les principaux intéressés, à l’image de Florian, joueur au Castres Olympique et qui prépare un diplôme d’ingénieur agronome : « Les études, c’est primordial. Bien sûr, si je suis ici, c’est que j’ai l’ambition d’atteindre le plus haut niveau. Mais je sais aussi qu’en rugby, tout peut s’arrêter très vite, à cause d’une blessure ou autre. Il faut donc assurer ses arrières. » Thibaut, qui joue lui à Lyon, prépare de son côté le concours de kiné. Après des débuts un peu « éprou vants », il commence à bien « encaisser le rythme ». Soit 4 heures d’entraînement par jour, moitié rugby, moitié « physique » (musculation ou course à pied), le tout encadré de deux heures de cours ou d’études, matin et soir. À 10h30 justement, pas le temps de souffler. Sur le terrain, Florian, Thibaut et leurs camarades, en shorts et chaussures à crampons, ne semblent pas prêter attention à la température à peine positive. Seules comptent les instructions de leur entraîneur, Gérald Bastide, qui nous a livré les secrets de sa méthode en aparté : « On alterne les phases favorables, où on les encou - rage, et les périodes sous pression, qui imitent les conditions d’un match. Dès qu’ils dépassent le nombre de fautes techniques autorisées, on arrête l’entraînement. » L’entraînement, qui reste la clé de la réussite. « Jean-Marc Doussain par exemple, qui est passé par le Pôle France, était un bon joueur mais il n’était pas le meilleur à son arrivée ici, se souvient Gérald Bastide. Mais il su s’entraîner avec ténacité, jour après jour. » Résultat : à tout juste 20 ans, il vient de jouer la finale de la Coupe du monde contre les All Blacks. Un modèle à suivre pour la promo 2011/2012 du Pôle France de Marcoussis.
• centre national de rugby Touches, plaquages, « contre »... Les jeunes du Pôle France s’entraînent à raison de quatre heures par jour. Rejoignez le comité de soutien terrederugby.essonne.fr L’Essonne, qui abrite déjà le Centre national de rugby sur ses terres, sera-t-elle à nouveau choisie par la Fédération française de rugby pour accueillir son futur « Grand Stade » de 82000 places ? L’heure de vérité approche : 6 sites sont encore en lice pour la construction de cet équipement, dont 3 sites essonniens - l'ancien hippodrome à Ris-Orangis/Bondoufle, une partie de la base aérienne de Brétigny et la ville de Massy -, tous soutenus par le Conseil général. Un nouvel « écrémage » doit être annoncé d’ici la fin décembre, avant le verdict final en juin 2012. En attendant, la mobilisation continue : si vous ne l’avez pas encore fait, soutenez l’implantation du Grand Stade de rugby en Essonne en rejoignant le comité de soutien sur terrederugby.essonne.fr n°126/décembre 2011/Le mag L’Essonne de l’Essonne le mag•3939



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :