[91] Mag de l'Essonne n°101 mars 2009
[91] Mag de l'Essonne n°101 mars 2009
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°101 de mars 2009

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général de l'Essonne

  • Format : (140 x 174) mm

  • Nombre de pages : 48

  • Taille du fichier PDF : 3,6 Mo

  • Dans ce numéro : crise, quel sont les atouts de l'Essonne ?

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 22 - 23  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
22 23
COLLÈGE « Tous en stage » Le Conseil général et la mairie d’Évry organisaient le 10 février « Tous en stage », un salon réservé aux élèves de 3 e de la ville. Objectif : les aider à trouver l’entreprise qui pourrait les accueillir lors de leur stage obligatoire. C 22 - MARS N°101 omment décrocher un stage en entreprise quand on a 14 ans et que le CV peine à dépasser quelques lignes ? « Tout se joue les 30 premières secondes, comme dans la vie ! », répond Philippe, coach au sein de l’Institut européen de coaching de l’étudiant « Règle numéro un : donner l’impression d’être en confiance. Pour cela, on sourit, on parle poliment, on marche droit » … Dans la salle des mariages de la mairie d’Évry, ils sont deux, ce 10 février, à prodiguer leurs conseils à une cinquantaine d’élèves de 3 e du collège Les Pyramides. Dans le cadre du dispositif « Un stage, j’y ai droit ! » (cf. notre encadré), ils les préparent à affronter, pour la première fois de leur vie, des recruteurs. Juste à côté, seize entreprises tiennent un stand. Parmi elles, de grands groupes comme Sofinco, des administrations comme le Conseil général et la mairie d’Évry, les hôtels Mercure ou bien encore un cabinet dentaire. Tous sont prêts à accueillir ces élèves de 3 e pour leur stage d’observation d’une semaine en entreprise. 50 élèves, 16 entreprises Une motivation largement partagée par les élèves. Manuela, 15 ans, est ravie. Elle semble avoir trouvé chaussure à son pied. « Ils devraient pouvoir m’accueillir aux côtés de puéricultrices du Conseil général. C’est exactement ce que je veux faire plus tard ! ». « Je suis surprise par le fait que beaucoup de ces élèves savent précisément ce qu’ils veulent faire plus tard, note avec plaisir une des recruteuses présentes. Et pour ceux qui n’ont pas d’idée, ce salon leur permet de découvrir toute une palette de métiers ». Cependant, aucun de ces collégiens ne repartira avec une convention de stage signée. Les recruteurs présents se chargeront de transmettre les CV à l'intérieur de leur entreprise, aux services pouvant accueillir des stagiaires. « L’objectif premier de ce salon était de permettre à ces élèves de prendre des contacts avec le monde du travail. En une même journée, ils ont pu bénéficier des conseils précieux des coaches et rencontrer des recruteurs », explique Mélanie Félix, de la Mission citoyenneté et accès au droit du Conseil général. Un sacré coup de pouce apprécié des intéressés qui commenceront leur stage le 23 mars.p Un vrai service pour les collégiens Parce qu’ils n’ont pas le réseau nécessaire, les élèves issus des quartiers ont souvent du mal à trouver un stage pourtant obligatoire en 3e. Une discrimination contre laquelle le Conseil général se bat. D’où l’idée de créer, il y a maintenant trois ans, le dispositif « Un stage, j’y ai droit » Son but : créer des passerelles entre les entreprises et les collégiens pour faciliter leur accès au stage. Un vrai service et surtout une chance offerte, cette année encore, à 700 élèves. À la clé, un stage mais aussi des séances de suivi individualisé pour aider dans les recherches, et la distribution, pendant les cours, d’un guide pratique pour préparer au mieux cette première expérience dans le monde de l’entreprise.
Le Prix de l’amitié Dix élèves de la section Unité pédagogique d’intégration du collège Bara de Palaiseau ont obtenu le Prix du président au concours de BD Hippocampe d’Angoulême. Une fierté pour ces jeunes comme pour leurs enseignants. Ils viennent de quitter les calques, les crayons HB et les gommes. Après quatre mois de travail collectif, les dix élèves de la section UPI (Unité pédagogique d’intégration) du collège Bara de Palaiseau ont reçu la récompense de leur travail. Fin janvier, en plein cœur du festival d’Angoulême, Frank Margerin, auteur du célèbre « Lucien » et président du jury, leur a remis le prestigieux Prix du président. Organisé par l’association Hippocampe, qui a pour but de développer les actions culturelles et artistiques en faveur des personnes handicapées, ce concours a reçu cette année 736 bandes dessinées venues de toute l’Europe. Le scénario élaboré par les dix élèves du collège Bara, a particulièrement retenu l’attention du président du jury. « C’est l’histoire d’un garçon qui s’appelle Nils, un humain, qui arrive dans un collège où il n’y a que des robots, raconte Lydia, élève de troisième. Il est la cible de toutes les moqueries, jusqu’au jour où MATC5 arrive et va devenir son ami ». Scénaristes, dessinateurs, chacun a trouvé son rôle pendant ces quatre mois de travail. « Nous nous sommes réunis parfois jusqu’à huit heures par semaine, en petit groupe, explique Fanny Veler, enseignante. Chacun était nécessaire à l’évolution de notre histoire et c’est pour eux une belle expérience de travail collectif ». Pour compléter leurs connaissances sur le 9 e art, les élèves ont également rencontré des dessinateurs célèbres, comme Florence Cestac (auteur de « Les Ados ») et Erroc (auteur de « Les Profs »). Ce projet annuel s’ajoute aux heures de soutien qui sont spécifiquement destinées aux élèves de cette section afin de leur permettre Une belle expérience collective d’intégrer un cursus scolaire classique. Au collège Bara, l’UPI accueille principalement des élèves malentendants, dyslexiques ou dysphasiques. « Le projet de cette année les a vraiment mobilisés, et le sujet de l’amitié a tout de suite fait écho à leurs expériences personnelles, précise Guillaume Saunier, auxiliaire de vie scolaire. Aller à Angoulême en plein festival de la BD, recevoir ce Prix du président en mains propres, tout ceci a été très gratifiant pour les élèves ». Cette aventure a bénéficié du soutien du Conseil général dans le cadre du dispositif « Mieux se former au collège ».p EN SAVOIR + LE COUP DE CŒUR DE MARGERIN « Ces alignements de petites cases régulières et de robots m’ont beaucoup plu, visuellement l’effet était impressionnant. J’ai aussi été sensible au scénario élaboré par ces élèves ». Frank Margerin, président du jury, a apprécié le travail des élèves du collège Bara. « C’est très touchant de voir la manière dont ils se sont approprié le thème de la différence à travers l’amitié ». Un coup de cœur qui a valu à ces collégiens essonniens de recevoir le prestigieux Prix du président. MARS N°101 - 23



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :