[89] Au fil de l'Yonne n°156 avril 2019
[89] Au fil de l'Yonne n°156 avril 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°156 de avril 2019

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général de l'Yonne

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 4,7 Mo

  • Dans ce numéro : le conseil départemental, chef de file de l'action sociale.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 24 - 25  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
24 25
SPÉCIAL SOLIDARITÉS prévention et insertion Il y a trois ans, le Conseil départemental a créé un poste de contrôleur RSA (Revenu de solidarité active) pour vérifier les situations des bénéficiaires, sur la base des dossiers transmis par la Caisse d’allocations familiales (Caf). « Je contrôle sur pièces environ 300 dossiers chaque année, les plus anciens, ceux qui n’ont pas été contrôlés depuis sept à dix ans », explique SylvieL. Sans réponse aux demandes de documents, les personnes peuvent voir leur prestation suspendue voire leur dossier radié. « Nous tournons autour de 10% de nonconformité de dossiers avec des indus très variables » précise SylvieL. Si nécessaire, ce sont les contrôleurs de la Caf, assermentés, qui se rendent au domicile des personnes. Ce sont également eux qui notifient les indus. Je contrôle les situations des bénéficiaires du RSA en lien avec la Caf. APPORTER DES RÉPONSES ADAPTÉES AUX BESOINS SPÉCIFIQUES DES TERRITOIRES L’importance de la coordination des acteurs a été démontrée pour faciliter les parcours d’insertion et la montée en compétences des publics, ainsi que la nécessité d’une animation locale laissant place à l’expérimentation d’outils. Depuis début 2019, des Comités territoriaux d’insertion (Coti) sont en cours d’installation dans le département. Ils réunissent l’ensemble des partenaires locaux, en vue de décliner les actions du Pacte territorial d’insertion sur les territoires. À partir d’un diagnostic partagé, tous les acteurs de la prévention de l’insertion (unités territoriales de solidarité du Conseil départemental, centres communaux d’action sociale, centre médico-psychologique, associations intermédiaires, ateliers chantiers d’insertion…) vont construire ensemble une stratégie territoriale pour mettre en face des problématiques l’offre de services adaptée. 24 AU FIL DE L’YONNE/N°156 J’ai trouvé un travail grâce au forum emploi-insertion. En novembre 2018, le Conseil départemental et Pôle emploi ont organisé ensemble cinq forums emploi-insertion  : à Auxerre, Avallon, Migennes, Saint-Clément et Tonnerre. L’objectif était de mettre en relation sur un même bassin d’emploi des bénéficiaires du Revenu de solidarité active (RSA) et des employeurs, organismes de formation, structures accompagnantes… Ancienne secrétaire ayant dû opérer une réorientation professionnelle après avoir élevé ses trois enfants, Maud Chambaret était intéressée par l’aide à domicile. « Il y avait un stand Atome et j’ai été la première à passer un entretien. » Moins de trois semaines plus tard, elle signait son contrat. « C’est un secteur porteur et le contact humain me plaît beaucoup. » Comme Maud Chambaret, 58 autres personnes avaient au 4 février dernier retrouvé un emploi à l’issue des forums. 720 bénéficiaires du RSA s’étaient déplacés. Avec des collègues référents RSA (Revenu de solidarité active), Aline Menard, conseillère en économie sociale et familiale au pôle insertion logement du Conseil départemental, a mis en place une action collective « En route vers l’emploi » pour les bénéficiaires du RSA. « Nos publics ne sont pas au même niveau de leur parcours d’insertion et l’objectif est de les dynamiser et de leur permettre de gravir un échelon. » Après Joigny- Migennes en 2017-2018, une nouvelle action est en cours à Saint-Florentin, à raison d’un atelier par mois pendant six mois pour faire émerger des projets, travailler CV et lettre de motivation, apprendre à utiliser les outils de recherche d’emploi, simuler des entretiens… « Nous travaillons aussi sur les ressources du territoire pour lever les freins (mobilité, garde d’enfants…). La dynamique de groupe génère échanges, entraide et émulation. » Photos Xavier Morize L’action collective permet un partage des expériences.
EN 2016-2017, QUATRE TRAVAILLEUSES SOCIALES DE L’UNITÉ TERRITORIALE DE SOLIDARITÉ DE JOIGNY ONT MENÉ UNE ACTION COLLECTIVE INNOVANTE, MÊLANT DIFFÉRENTS PUBLICS ET BASÉE SUR LES ATTENTES DES PARTICIPANTS. Une action collective pour développer le lien social Sur le territoire jovinien, une éducatrice en AED (Aide éducative à domicile), une assistante sociale en pôle enfance famille, une assistante sociale en pôle insertion logement et une conseillère en économie sociale et familiale ont mis en place, en 2016- 2017, une action collective conjointe. « C’est une façon de travailler différemment avec les publics que nous rencontrons habituellement de façon individuelle dans le cadre de nos accompagnements longs, explique Pauline Fleury, éducatrice en AED. Elle permet aussi de changer le regard qu’ils portent sur nous. » Si certaines familles peuvent cumuler aide éducative à domicile et accompagnement budgétaire ou insertion logement, le public était volontairement mixte, pour éviter toute stigmatisation. Aucun sujet ne lui était imposé  : le programme s’est écrit au fil des rencontres. « Nous avons organisé deux réunions publiques pour inviter les personnes qui étaient susceptibles d’être intéressées parmi les familles que nous accompagnions, et nous leur avons demandé de manière ludique de nous faire part de ce qu’elles aimeraient faire. L’idée n’était pas de partir d’une difficulté, mais de leur proposer de partager des activités, pas forcément avec les enfants, dans le but de leur Dossier réalisé par Nathalie Hadrbolec Xavier Morize permettre d’acquérir une autonomie dans l’accès aux loisirs et à la culture. » TRAVAILLER L’AUTONOMIE Les souhaits ont ensuite été triés. Cela a été l’occasion de faire connaître les activités et structures (avec des sorties médiathèque, cinéma…) qui existaient sur le territoire. Des ateliers ont été organisés (danse, fitness, jeux de rôle, marche, théâtre…), faisant appel aux compétences de chacun  : « Les participants les ont préparés, menés et animés eux-mêmes, à quelques exceptions près comme l’atelier sur l’équilibre alimentaire pour lequel nous avons fait appel à une diététicienne », souligne Fanny Brunel, assistante sociale en pôle enfance. Une dizaine de personnes ont participé à cette action collective, à raison d’un atelier toutes les trois semaines. « Nous avons constaté une vraie émulation dans le groupe, du dynamisme, de la positivité. Petit à petit chacun se donnait des conseils, le lien social se créait et c’est vraiment ce que nous recherchions à travers ces rencontres. » Pauline Fleury prévoit une nouvelle action collective, avec ses collègues de l’aide éducative à domicile, autour de l’usage des écrans  : « Parce que nous voyons qu’individuellement nous avons nos limites. » 3, Place du Général De Gaulle - 89200 AVALLON 03 86 47 05 04 2, Av. Pierre Larousse - 89000 AUXERRE 03 86 46 02 34 96, place Drapes - 89100 SENS 03 86 88 36 39 Pépinière d’entreprises du Jovinien Avenue de Sully Prolongée - 89300 JOIGNY 03 86 43 19 44 Un accueil téléphonique est à votre service 7 jours/7 de 8h à 19h www.ajservices89.fr ajservices89@orange.fr



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :