[89] Au fil de l'Yonne n°156 avril 2019
[89] Au fil de l'Yonne n°156 avril 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°156 de avril 2019

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général de l'Yonne

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 4,7 Mo

  • Dans ce numéro : le conseil départemental, chef de file de l'action sociale.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 20 - 21  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
20 21
SPÉCIAL SOLIDARITÉS personnes handicapées LA MAISON DÉPARTEMENTALE DES PERSONNES HANDICAPÉES ET LE CONSEIL DÉPARTEMENTAL, EN LIEN AVEC LEURS PARTENAIRES (1), ASSURENT L'ACCOMPAGNEMENT DES PERSONNES EN SITUATION DE HANDICAP, À DOMICILE ET EN ÉTABLISSEMENT. Faciliter l’inclusion des PERSONNES HANDICAPÉES LES POLITIQUES DÉPARTEMENTALES EN FAVEUR DES PERSONNES EN SITUATION DE HANDICAP ÉVOLUENT DANS LE DÉPARTEMENT. Avec la mise en œuvre de la Réponse accompagnée pour tous (2) d’abord, qui vise à mobiliser les acteurs autour des situations les plus complexes pour ne laisser personne sans solution. À travers les contrats pluriannuels d'objectifs et de moyens (CPOM) ensuite, qui seront progressivement signés avec les établissements et services médicosociaux et permettront de construire avec eux une offre inclusive et diversifiée dans le cadre du Schéma départemental autonomie. « L'objectif est que les personnes puissent être accompagnées dans une logique de parcours, selon leurs souhaits et leur projet de vie, et se voient éventuellement offrir la possibilité de vivre en autonomie, par exemple dans des studios dans ou hors les murs », explique Louis Bedessem- Porte, directeur Autonomie Handicap Dépendance et directeur de la Maison départementale des personnes handicapées (MDPH). Le Schéma départemental autonomie prévoit de 20 AU FIL DE L’YONNE/N°156 renforcer la logique d'accompagnement à domicile et s'intéressera aux périodes charnières du parcours des personnes en situation de handicap, que sont le passage à l'âge adulte et le vieillissement. UN PLAN DE COMPENSATION POUR VIVRE AUTONOME Le Conseil départemental verse la Prestation de compensation du handicap (PCH), qui permet de maintenir la personne à domicile avec un plan de compensation (3) pouvant comprendre le financement d’aides techniques, l’aménagement du logement, des interventions de services à domicile, la rémunération de l’aide apportée par un proche de la personne handicapée… L’évaluation des besoins est effectuée par une équipe pluridisciplinaire de la MDPH, qui constitue le guichet unique (4) pour toute demande de prestation dans le champ du handicap. Les décisions sont ensuite prises par la Commission des droits et de l'autonomie des personnes handicapées (CDAPH), et le Département assure la coordination des interventions et l’accompagnement de la personne. « Entre 2017 et 2018, nous notons une augmentation de 16% de la PCH, ce qui signifie qu’un plus grand nombre de personnes handicapées sont soutenues pour rester à domicile », remarque Guillaume Marion, directeur général adjoint du Pôle des solidarités départementales. Le Conseil départemental est également en charge de la tarification et du contrôle des établissements (foyers d’hébergement, foyers de vie, foyers d’accueil médicalisés…) et des services d’aide à domicile. Les politiques départementales en faveur des personnes en situation de handicap sont en pleine évolution dans le souhait de favoriser l'inclusion et de fluidifier les parcours. Il est important que la MDPH et le Conseil départemental renforcent leur partenariat avec les établissements et services médico-sociaux, pour poursuivre ces objectifs dans le cadre posé par le Schéma départemental autonomie. » Catherine Maudet, conseillère départementale chargée des personnes handicapées EN CHIFFRES 1 557 personnes bénéficiaires de la prestation de compensation du handicap 833 personnes bénéficiaires de l’aide sociale à l’hébergement 50 services d'accompagnement et d'aide à domicile (chiffres au 31.12.2018) (1) Notamment l’Agence régionale de santé et l'Éducation nationale. (2) Démarche initiée en 2015, visant à apporter à chaque personne en situation de handicap une réponse accompagnée véritablement élaborée avec elle et son entourage. (3) Le pendant du plan d’aide élaboré pour maintenir une personne âgée à domicile. (4) Regroupant l’ensemble des partenaires du champ du handicap (Département, État, caisses de retraite, Éducation nationale…) et présidé par le président du Conseil départemental. MDPH, 10, route de Saint-Georges à Perrigny. Tél  : 03 86 72 89 72 www.mdph89.fr
LES PERSONNES EN SITUATION DE HANDICAP DISPOSENT DE PLUSIEURS ACCÈS À L’INSERTION PROFESSIONNELLE  : EN MILIEU PROTÉGÉ OU EN MILIEU ORDINAIRE. Le travail source de valorisation L’établissement et service d’aide par le travail (Esat) de Cheney accueille 125 travailleurs répartis en prestations blanchisserie, espaces verts, travaux viticoles, sous-traitance diverses, mais aussi mis à disposition en entreprise (33 personnes). « Comme en matière d’hébergement (voir page suivante, Ndlr), un gros travail a été fait par rapport à l’externalisation, souligne Bénédicte Mongeot, chef de service foyer d’hébergement-foyer éclaté. Cela répond à une réelle demande des personnes accompagnées de ne plus être dans cette phase de stigmatisation qu’on a pu connaître auparavant. L’inclusion est complètement possible. Avec un redéploiement de moyens et en étant à l’écoute des attentes des personnes. Chacune d’elles a un projet de vie, tant en matière sociale que professionnelle, mais chacune a ses étapes et son rythme. » UNE COMPOSANTE DU PROJET DE VIE Différents chemins mènent à l’insertion professionnelle. Ceux préconisés par la Maison départementale des personnes handicapées (MDPH) via la Commission des droits et de l’autonomie des personnes handicapées (CDAPH), dont le milieu protégé (Esat) fait partie. « Les établissements médico-sociaux ont pour mission de travailler l’insertion en milieu ordinaire pour les personnes qui le peuvent », confirme Christine Bénard, Xavier Morize référente insertion professionnelle à la MDPH. Les personnes ne pouvant plus exercer leur ancien métier peuvent être orientées vers le Centre de rééducation professionnelle de Bourgogne-Franche- Comté (l’Adapt à Monéteau). La CDAPH peut également préconiser une orientation en milieu ordinaire. « Dans ce cas, les personnes sont accompagnées par Pôle emploi, Cap emploi ou la Mission locale, qui sont habilités à prescrire les aides de l’Agefiph (1), poursuit Christine Bénard. Un décret de fin 2018 oblige les entreprises privées et publiques de plus de 20 salariés à embaucher 6% de travailleurs handicapés. » Les personnes handicapées peuvent également intégrer une entreprise adaptée. L’Yonne en compte quatre  : à Saint-Julien-du-Sault, Ravières, Monéteau et Auxerre. Tous les centres de formation du département doivent compter un référent travailleurs handicapés. Une action est en cours dans le département  : l’opération Duoday, dont l’objectif est de permettre, le temps d’une journée, le 16 mai, la formation de duos entre des personnes en situation de handicap et des professionnels d’entreprises, collectivités ou associations (2). L’occasion de faire connaissance… (1) Organisme collecteur des cotisations des entreprises qui donnent à ces trois partenaires des outils spécifiques pour accompagner les travailleurs handicapés. (2) www.duoday.fr 13 avril Porte ouverte de 9 h à 16 h 30 Samedi des Métiers... Ça m’dit 3, rue Jean-Bertin - Auxerre 03 86 42 03 55 www.cifayonne.com facebook - instagram



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :