[89] Au fil de l'Yonne n°154 février 2019
[89] Au fil de l'Yonne n°154 février 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°154 de février 2019

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général de l'Yonne

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 5,9 Mo

  • Dans ce numéro : les activités et aides pour bien vivre à la maison.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 20 - 21  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
20 21
PARTAGER rencontre ELLES SONT JEUNES ET ONT FAIT LE CHOIX D’UN MÉTIER MANUEL, QU’ELLES EXERCENT DANS CE MILIEU RURAL AUQUEL ELLES SONT ATTACHÉES. L’ÉBÉNISTE-RESTAURATRICE ÉMILIE BARBIER ET LA VANNIÈRE MARION GAGNEPAIN ONT LA PASSION COMMUNICATIVE. ARTISANAT LA PASSION BOIS AU FÉMININ DANS SON ATELIER DU HAMEAU LA TUILERIE À SORMERY, ÉMILIE BARBIER CRÉE, RESTAURE… et transmet. Après deux ans à l’École Boulle, la jeune femme a fait le choix de la formation en alternance et intégré l’Atelier Monceau à Paris. En 2017, elle décide de s’installer dans l’Yonne, à proximité de Turny où elle a grandi. Maître de stage, elle forme régulièrement des jeunes à son métier d’ébéniste-restauratrice. Son activité compte deux volets. La création de petits objets en marqueterie  : « Tout ce qui est en bois bleu-vert plaît beaucoup en ce moment. Cette couleur est due à un champignon qui teinte naturellement le bois. Selon l’essence colonisée, on obtient des nuances différentes. Ce bois était déjà utilisé au XV e siècle en marqueterie. » Émilie Barbier parcourt les marchés, les expositions, participe au Salon des métiers d’art à Troyes en février, aux Journées européennes des métiers d’art (Jema) à l’abbaye Saint-Germain à Auxerre en avril, au Sentier des arts de Turny en mai… Une visibilité qui lui sert de carte de visite pour faire connaître sa deuxième activité  : la restauration de mobiliers anciens, pour son compte ou celui d’autres restaurateurs. Un meuble en marqueterie Boulle vient de quitter son atelier et une petite table Gallé va faire de même. LES COULEURS DE L’OSIER À quelques encablures, Marion Gagnepain s’est installée en tant que vannière en novembre 2017. Diplômée de L’École nationale d’osiériculture et de vannerie de Fayl-Billot (Haute- Marne), elle a appris tout le savoir-faire traditionnel français pour ensuite laisser parler sa créativité. Elle fabrique des objets usuels mais aussi décoratifs. En entrant dans son atelier de 20 AU FIL DE L’YONNE/N°154 Émilie Barbier a achevé la restauration d’une petite table Gallé. Pontigny, on peut sentir l’odeur caractéristique de l’osier. « Je me fournis exclusivement chez un osiériculteur bourguignon  : parce que c’est français, parce que c’est local, et que je sais comment il cultive. Je travaille différentes variétés d’osier qui me permettent d’obtenir une vaste palette de couleurs. » Des couleurs 100% naturelles, avec pour seule manipulation le fait d’écorcer les brins pour obtenir de l’osier blanc. Après récolte, l’osier brut est séché au minimum six mois. Pour l’utiliser, il faut l’immerger dans de l’eau pendant deux à trois semaines. L’osier est ensuite sorti et laissé à l’extérieur pendant un à deux jours, jusqu’à obtenir une souplesse optimale des brins. Alors peut commencer le tressage. Comme son amie Émilie Barbier, avec laquelle elle a suivi récemment une formation proposée par la Chambre de métiers et de l’artisanat pour apprendre à valoriser l’accueil du public dans son atelier, Marion Gagnepain sera en avril aux Jema à Auxerre. Nathalie Hadrbolec contact@nathalie-hadrbolec.com Photos Xavier Morize Émilie Barbier à La Tuilerie, Sormery. Tél  : 06 23 85 24 92 www.ebeniste-restauratrice.com Marion Gagnepain à Pontigny. Tél  : 06 77 81 03 15 mg.artisan.vannier@gmail.com Facebook  : Atelier Marion Gagnepain
Émilie Barbier fabrique des petits objets personnalisables  : marque-pages, étuis à cartes de visite, à cartes bancaires, coques de téléphone, miroirs, pendentifs, boucles d’oreilles, bagues… Marion Gagnepain produit de la pièce unique et des petites séries. Elle travaille également sur commande et sur mesure. Pour ses créations, l’ébéniste utilise des chutes de marqueterie et du bois teinté par un champignon débité en feuilles de placage. L’éventail des productions de la vannière est vaste  : paniers, cabas, sacs, corbeilles, décorations, tontines, nichoirs, mangeoires, jardinières, architectures végétales… AU FIL DE L’YONNE/FÉVRIER 2019 21



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :