[89] Au fil de l'Yonne n°153 déc 18/jan 2019
[89] Au fil de l'Yonne n°153 déc 18/jan 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°153 de déc 18/jan 2019

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général de l'Yonne

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 5,1 Mo

  • Dans ce numéro : Vézelay se prépare à accueillir la grande fête des vignerons.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
INFORMER nos actus LEVER LES FREINS pour accéder à l’emploi PORTRAIT D’AGENT LAURE MARTYCORENA ACCOMPAGNE DES BÉNÉFICIAIRES DU REVENU DE SOLIDARITÉ ACTIVE (RSA) DANS LEURS DÉMARCHES DE RETOUR À L’EMPLOI. « J’AI ACCOMPAGNÉ UN HOMME SUR UNE PROBLÉMATIQUE SANTÉ ET IL A RETROUVÉ UN EMPLOI EN TANT QU’ÉLECTRICIEN ALORS QU’IL N’AVAIT PAS TRAVAILLÉ DEPUIS PLUSIEURS ANNÉES. » Laure Martycorena, assistante sociale référente RSA à l’Unité territoriale de solidarité de Migennes, cite des exemples de personnes qu’elle a suivies et qui ont retrouvé le chemin de l’emploi. Cette maman aussi qui, sans diplôme, n’avait jamais travaillé et ne voulait plus que ses journées se résument aux trajets à l’école  : « Je l’ai encouragée à s’inscrire dans une structure d’insertion par l’activité économique. La semaine d’après elle commençait et ça fait maintenant deux mois qu’elle travaille à temps partiel  : dans les bus scolaires, les cantines, en ménage… Ces premiers emplois apprennent ce que signifie de travailler et permettent de reprendre confiance en soi. » 8 AU FIL DE L’YONNE/N°153 UN RÉGIME DE DROITS ET DEVOIRS Les personnes entrant dans le dispositif RSA se voient attribuer un référent et sont soumises à des droits et devoirs. Si elles sont très éloignées de l’emploi, elles sont accompagnées par un travailleur social du Conseil départemental, qui va intervenir à la fois sur le volet social et professionnel. « Lors d’un premier entretien, j’essaie de comprendre le parcours de la personne et pourquoi elle se trouve dans cette situation, explique Laure Martycorena, qui intervient sur les secteurs de Migennes, Brienon-sur-Armançon et Saint- Florentin. Nous établissons ensemble un contrat d’engagement réciproque avec des objectifs, sur la base duquel nous allons travailler. Cela peut être de s’occuper de problèmes de santé, qui empêchent de se mobiliser pour trouver un emploi ou une formation, d’aider à s’ouvrir sur l’extérieur, à constituer un dossier Banque de France, à refaire un CV. C’est très varié et fonction de chaque situation. » UN TRAVAIL EFFECTUÉ ENSEMBLE Les contrats d’engagement réciproque sont établis pour une durée de six mois maximum et renouvelables, avec des bilans réguliers. Si les bénéficiaires ne respectent pas certaines obligations, ils risquent une suspension de tout ou partie de leur allocation. « Je ne fais rien à leur place, précise Laure Martycorena. Nous réalisons le travail ensemble et s’il y a des démarches qu’ils ne parviennent pas à effectuer c’est à moi de comprendre pourquoi. Je suis là pour les aider à lever les freins. Je travaille beaucoup sur les compétences car tout le monde en a, même ceux qui n’ont pas de diplôme. » Lorsque les freins sont levés, ou que la personne est engagée dans une formation longue ou bien est en reprise d’emploi, elle est orientée vers un partenaire du Conseil départemental  : Coallia (1) ou Pôle emploi. L’Unité territoriale de solidarité de Joigny-Migennes réfléchit à la mise en place d’actions collectives pour des personnes rencontrant des problématiques identiques. Après une première expérience sur le retour à l’emploi sur le secteur Joigny-Migennes (avec des demi-journées à thème  : garde d’enfants, mobilité, élaboration du CV, simulation d’un entretien d’embauche…), une deuxième action va débuter en janvier sur le secteur de Saint-Florentin. Nathalie Hadrbolec contact@nathalie-hadrbolec.com (1) L’un des deux opérateurs du Conseil départemental (avec Initiactive 89, voir ci-contre) dont le rôle est d’assurer l’accompagnement de personnes plus proches de l’emploi. Xavier Morize
INITIACTIVE 89 ACCOMPAGNE LES TRAVAILLEURS INDÉPENDANTS BÉNÉFICIAIRES DU REVENU DE SOLIDARITÉ ACTIVE POUR LES AIDER À DÉVELOPPER LEUR ACTIVITÉ. Un objectif  : L’AUTONOMIE EN 2017, SÉBASTIEN VITRY, ANCIEN EMPLOYÉ DE LA PARQUETERIE DE BOURGOGNE, DOIT SE RENDRE À L’ÉVIDENCE  : sa reconversion dans les pompiers professionnels ou la sécurité incendie ne pourra s’effectuer faute de débouchés. Ayant déjà exercé une activité complémentaire dans la vente de granulés de bois entre 2010 et 2012, il décide de se lancer en microentreprise. « J’avais un petit portefeuille clients, explique-t-il. Donc il fallait que je retrouve de bons produits et que j’achète le matériel de manutention et de livraison ». Pour le soutenir pendant la période critique de début d’activité, il bénéficie en complément du Revenu de solidarité active (RSA). Afin de lui apporter un appui, le Conseil départemental l’oriente vers son opérateur Initiactive 89, qui accompagne les bénéficiaires du RSA travailleurs indépendants. « Nous nous sommes rencontrés pour détailler mon projet. Comme il était lancé, nous nous sommes donné rendez-vous quelques mois plus tard pour faire le point. Mon activité s’étant développée, je suis sorti du dispositif RSA. Ce complément de salaire a été très important pour moi, surtout avec les investissements que j’ai dû réaliser sur mes économies. » La micro- Sébastien Vitry a bénéficié du RSA en complément de ses revenus lors du lancement de son activité. entreprise s’est transformée en société, Granulenergie 89, à Cerisiers. 800 À 1000 PERSONNES ACCOMPAGNÉES PAR AN « La mission d’Initiactive 89 est d’évaluer la situation sociale et professionnelle des bénéficiaires, et d’estimer si leur activité est viable ou pas pour les aider à la développer ou les accompagner dans une reconversion », explique Antoine Bonacorsi, chargé de mission Pacte territorial d’insertion du Conseil départemental. Les actions sont menées dans le cadre d’un Contrat d’engagement réciproque. En 2017, Initiactive 89 a accompagné 875 bénéficiaires du RSA (32% de femmes). 21% étaient des porteurs de projets et près de 60% des dirigeants d'entreprise depuis plus d'un an. À la fin de l’année, 185 personnes étaient sorties du dispositif RSA  : 48 pour ressources liées à l’activité, 51 pour ressources du foyer, 60 pour suspension de l’allocation (absence de déclaration de ressources, décision du président du Conseil départemental) et 26 pour déménagement hors du département. 163 personnes ont été réorientées vers un autre accompagnement selon les difficultés rencontrées ou en cas de radiation de l’entreprise. Jean-Renaud Tourneur Pour une retraite de qualité Résidence Jasmin - LoyerC.C. à partir de 505 € - Pack services 525 € /mois - 3 formules de restauration 27 ANS D’EXPÉRIENCE AU SERVICE DES SENIORS DANS SA RÉSIDENCE DE 73 APPARTEMENTS Contactez-nous au 03 86 88 96 96 La Résidence Seniors avec services multiples en toute tranquillité, sérénité et convivialité Une équipe à votre écoute 7J/7 Jour et nuit Chambre d’hôte Séjours temporaires Convalescence Repos La Résidence Jasmin – 17 bis route de Voisines 89260 Thorigny sur Oreuse – 03 86 88 96 96 www.residence-jasmin.fr SIRET  : 823765912 00014



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :