[89] Au fil de l'Yonne n°153 déc 18/jan 2019
[89] Au fil de l'Yonne n°153 déc 18/jan 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°153 de déc 18/jan 2019

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général de l'Yonne

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 5,1 Mo

  • Dans ce numéro : Vézelay se prépare à accueillir la grande fête des vignerons.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
12 ÉCLAIRER mode d’emploi Comment s’approvisionnent les collèges ? Soumis à la réglementation sur les marchés publics, les collèges se fournissent via un groupement d’achat en matière de restauration scolaire. Qui est en charge de la restauration scolaire des collèges ? Le Conseil départemental veille à assurer la sécurité alimentaire et la qualité nutritionnelle des repas, et à développer les filières locales. Au collège, la mission est confiée au gestionnaire (agent de l’État) en lien avec le chef de cuisine (agent du Département). Ceux-ci sont chargés de l’élaboration des menus et sont tenus à une gestion rigoureuse du budget en lien avec la tarification harmonisée mise en place par le Conseil départemental  : 3,70 € le ticket alors que le coût réel chargé du repas est de 8 à 9 € . Qu’englobe cette mission ? Elle est d’abord de répondre aux besoins physiologiques des enfants, selon les obligations nutritionnelles en vigueur depuis 2011. Le Conseil départemental a doté les collèges d’un outil de conception informatique de menus AU FIL DE L’YONNE/N°153 répondant à ces obligations. Les équipes départementales, en lien avec les équipes de direction des collèges, remplissent également une importante mission d’éducation au goût et à la citoyenneté. Les collèges peuvent-ils privilégier les produits locaux ? Les collèges sont soumis à la réglementation sur les marchés publics et à ce titre ne peuvent pas acheter librement à qui ils veulent. Ils doivent mettre en concurrence les fournisseurs (producteurs et grossistes), et ne peuvent pas prévoir de critère de sélection « produit local ». Toutefois, quelques achats se font en dehors de ces procédures pour certains produits de saison ou spécifiques au territoire. Les collèges s’approvisionnent via le Groupement régional d’achat public nord-Bourgogne (Grap), qui rayonne sur l’Yonne et le nord de la Côte d’Or, et leur permet de bénéficier de produits de qualité à des prix raisonnables. Le Grap travaille à la modification de ses cahiers des charges pour compter plus de produits locaux dans ses catalogues de fournisseurs, et notamment des produits bio. À partir de 2022, les repas servis dans la restauration collective publique devront comprendre au moins 50% de produits à faible impact environnemental, dont 20% de produits bio. Comment lutter contre le gaspillage alimentaire ? Les équipes veillent à chacune des étapes de préparation, depuis la commande jusqu’au dressage de l’assiette et à la répartition des mets sur la ligne de self. Elles sont invitées à privilégier le dressage individualisé des assiettes en adaptant les portions et à respecter, lorsque la ligne de self le permet, l’ordre entrée - dessert - plat chaud - pain qui limite le gaspillage. Tous les collèges sont dotés de cellules de refroidissement qui permettent de resservir le lendemain les plats qui n’ont pas été présentés à la consommation, sous certaines conditions. Des tables de partage sont à la disposition des collégiens pour déposer des aliments qu’ils n’ont pas consommés à l’intention de leurs camarades. Les économies réalisées ont vocation à être investies dans la qualité des repas. Certains établissements sont dotés de centrifugeuses qui permettent aux élèves de transformer leur fruit en jus. D’autres disposent d’un gaspimètre pour mesurer la quantité de pain non consommé (certains le valorisent en le confiant à des élevages).
L’INSTITUT DE ZOOTHÉRAPIE POUR PERSONNES ÂGÉES ET HANDICAPÉES INTERVIENT AVEC DES CHIENS BERGERS AUSTRALIENS. Redonner LE SOURIRE CE 8 NOVEMBRE, C’EST L’EFFERVESCENCE À L’ÉTABLISSEMENT D’HÉBERGEMENT POUR PERSONNES ÂGÉES DÉPENDANTES (EHPAD) DE NANTOU ! Les résidents sont installés en cercle pour une animation inédite  : des démonstrations de chiens bergers australiens par l’Institut de zoothérapie pour personnes âgées et handicapées (Izpah). Présidée par Jean-Jacques Gross (1), l’association créée en janvier 2016 propose trois activités  : « chien bien-être » (la séance du jour), « zoothérapie » (assurée par Philippe Wattecamps, co-associé) et le « carrousel des filles et des chiens » (spectacle canin inspiré du monde équestre). « Ils sont beaux ! C’est à vous ? », « Oh, elle est belle la mimine ! », « J’ai envie de l’embrasser ! » … Les yeux brillent et les commentaires fusent tandis que le président de l’association, accompagné pour cette séance par l’une des bénévoles, Marie Chirol (infirmière à la maison de retraite départementale), font les présentations. Les expressions se font douces lorsque les personnes sont autorisées à caresser puis brosser les chiens au long poil soyeux. Pour certaines d’entre elles, l’entrée en Ehpad a signé la séparation douloureuse avec un animal et elles retrouvent là le bien-être et la joie que procure ce contact. Deux hommes échangent des confidences sur les chiens qui ont partagé leur vie. « Le but de cette séance est de passer un bon moment ensemble, explique Jean-Jacques Gross. Elle n’a pas de visée thérapeutique mais ludique et de convivialité. » Izpah a signé une convention avec 17 établissements dans l’Yonne  : principalement des maisons de retraite, mais également deux centres aérés, un relais d’assistantes maternelles. Depuis le début de l’année, l’association a déjà effectué une centaine d’interventions « chien bien-être » et une quinzaine de carrousels (2). Après avoir été caressées et brossées, Dune, Mouss, Ginger et Enjoy exécutent des exercices basés sur l’obéissance et l’adresse. « Les résidents adorent, ça les apaise et puis là, ils sont ensemble », remarque Pascale Courvalet de l’Ehpad. La séance se termine avec des promenades dans la pièce, et des sourires. Nathalie Hadrbolec contact@nathalie-hadrbolec.com (1) Diplômé pour l’activité chien visiteur et éducateur spécialisé pour la formation des chiens destinés à la médiation animale. Éducateur canin et moniteur d’agility au Club canin d’Auxerre. (2) Respectivement 27 € (28 € en 2019) et 67 € (68 € en 2019), plus les frais de déplacement. Infos  : 06 84 89 18 36 Xavier Morize



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :