[89] Au fil de l'Yonne n°151 octobre 2018
[89] Au fil de l'Yonne n°151 octobre 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°151 de octobre 2018

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général de l'Yonne

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 5,6 Mo

  • Dans ce numéro : ces petits lieux qui animent les campagnes.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 20 - 21  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
20 21
PARTAGER les cantons à la carte LE CANTON DE VILLENEUVE-SUR- YONNE S’AFFICHE SOLIDAIRE, AVEC DES ACCUEILS POUR ADULTES HANDICAPÉS ET POUR DES ENFANTS RELEVANT DE LA PROTECTION DE L’ENFANCE. LE PROJET DE VIE de chacun comme priorité LES HABITANTS DE VILLENEUVE-SUR- YONNE SONT HABITUÉS À CROISER DES RÉSIDENTS DU FOYER D’ACCUEIL MÉDICA- LISÉ PR MARC GENTILINI POUR ADULTES HANDICAPÉS. Lors de sorties de groupe ou même individuelles. Car dans cette structure phare de la Croix-Rouge, pas question de vivre en milieu fermé. « Les portes sont ouvertes de 7 h à 22h, explique Jean-Hugues Motard, le directeur. Notre rôle est de sécuriser les résidents, mais dans leur projet de vie quand ils revendiquent de la liberté d’action, de faire, l’expérience sociale est encouragée. » L’établissement va même au-delà, en allant chercher tous les potentiels d’évolution personnelle. « Une personne qui a été orientée en foyer d’accueil médicalisé n’est pas condamnée à mourir en établissement. Notre public est très inquiété sur le plan cérébral et à 95% également sur le plan moteur, ce qui représente une marche supplémentaire dans le retour à l’autonomie. Mais ce n’est pas interdit ! En 2009, nous avons ouvert trois apparte ments dans une résidence en ville, qui visent l’insertion par le loge ment et les relations sociales. Et des personnes que nous y installons partent au bout de quelques années au domicile avec ou sans service d’accompa gnement social ou médico-social… » Ce foyer de vie qui peut accueillir jusqu’à six personnes, propose un accompa gnement de 9 h à 20 h 15 et une astreinte à domicile la nuit. Ces appartements, au cœur de la 20 AU FIL DE L’YONNE/N°151 Photos  : Xavier Morize ville, constituent des tremplins pour les personnes qui y résident  : ils répondent aux enjeux de l’habitat inclusif que promeut le Conseil départemental. Le service fourni par les structures est adapté au niveau de handicap de la personne  : assister (faire à la place de ceux qui ne peuvent pas faire), aider (faire avec eux) ou accompagner (ne plus rien faire mais mobiliser, stimuler). Pour soutenir et mieux associer les familles, un café des aidants a été créé en 2017, animé par un psychologue clinicien. ACCOMPAGNER DANS LA VIE DE TOUS LES JOURS La Maison blanche des cadets à Chaumot (1) s’adresse à un autre public. Cette maison d’enfants à caractère social, avec ferme péda gogique et vue sur la campagne, accueille 36 jeunes de 6 à 18 ans au titre de l’aide sociale à l’enfance (2) sous la responsabilité du Conseil dépar temental. Ici on répare les blessures, on travaille le lien avec les familles, on met tout en œuvre pour réaliser le « projet pour l’enfant », on accompagne vers l’autonomie… « Les enfants suivent leur scolarité en fonction de leur projet  : école, collège, lycée, Maison familiale rurale (MFR), Centre interprofessionnel de formation d’apprentis (Cifa)…, explique Olivier Aillot, le directeur. En rentrant vient l’heure du goûter, puis du soutien personnalisé aux devoirs avec les Le Foyer d’accueil médicalisé Pr Marc Gentilini compte 44 résidents de 18 à 70 ans. 4 places supplémentaires permettent d’accueillir des personnes en stage découverte. Un outil de communication alternative permet de s’exprimer à l’aide de pictogrammes. Ici, Kelly le dirige avec une commande oculaire. éducateurs scolaires. » La Maison blanche des cadets est organisée en groupes de vie, dotés chacun d’un logement autonome (cuisine, salle à manger, salle d’activités, chambres…), pour renforcer l’impression familiale. La structure emploie une quarantaine de personnes  : psychologue, éducateurs (dont une spécifiquement dédiée au soutien à la parentalité), maîtresses de maison, surveillant de nuit, infirmière à mi-temps… Pour accompagner les pré-majeurs et les majeurs à l’autonomie, l’Alefpa dispose à Sens d’un service d’hébergement externalisé dans des appartements. « Avec les plus jeunes, notre priorité est le travail avec la famille afin de permettre, lorsque c’est possible, un retour au domicile », souligne Jean-Paul Garreau, directeur territorial Yonne de l’Alefpa. Un retour qui sera précédé d’une étape transitoire et souvent suivi de prestations d’accompa gnement à domicile. Nathalie Hadrbolec contact@nathalie-hadrbolec.com (1) Dépendant de l’Association laïque pour l’éducation, la formation, la prévention et l’autonomie (Alefpa). (2) Les accueils se font soit au titre d’un placement judiciaire (à 85%), soit au titre d’un placement administratif sollicité par les parents.
Les résidents participent à des activités orientées vers la rééducation motrice et à des activités socioculturelles, selon un planning hebdomadaire. Des ateliers d’autonomie sont réservés à ceux qui se préparent à la vie en appartement. Le « projet pour l’enfant » est établi au moins une fois par an par le foyer, avec l’enfant et la famille, sous l’égide du Conseil départemental. Le soutien personnalisé aux devoirs est assuré par une éducatrice scolaire. PARTAGER Le foyer d’accueil médicalisé compte 80 salariés (62 équivalents temps plein). Le « projet de vie » des résidents est réétudié tous les ans, avec de nouveaux objectifs et moyens d’action. Les soins quotidiens aux animaux de la ferme pédagogique (moutons, chèvres, chevaux, ânes, poneys, lapins, poules, oies…) sont effectués par un groupe de garçons de 12 à 18 ans. AU FIL DE L’YONNE/OCTOBRE 2018 21



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :