[89] Au fil de l'Yonne n°148 juin 2018
[89] Au fil de l'Yonne n°148 juin 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°148 de juin 2018

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général de l'Yonne

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 5,9 Mo

  • Dans ce numéro : permettre à tous les enfants de retrouver le sourire.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
12 ÉCLAIRER mode d’emploi Construire, restaurer et entretenir les bâtiments L’intervention du Conseil départemental porte sur les 31 collèges publics de l’Yonne (sur 33 sites, car les trois sites de Puisaye fonctionnent en réseau). Les réhabilitations sont des opérations très lourdes programmées sur trois à cinq ans. Dans ce cadre, les travaux engagés en 2016 au collège La Croix de l’Orme à Aillant-sur-Tholon se poursuivront en 2018 pour se terminer en 2019. Un autre chantier important est en cours à Sens, avec la réfection des toitures du collège Montpezat. Par ailleurs, dans le cadre de la réhabilitation de la restauration du collège Claude Debussy à Villeneuve-la-Guyard, la passation d’un marché de conception/réalisation sera aboutie en 2018, permettant ainsi un démarrage des travaux pour la fin d’année. Des opérations de maintenance annuelle Le Département assure des travaux de maintenance en vue de préserver l’état général des bâtiments. Il mène également des travaux d’hygiène, de sécurité, de mise aux normes d’accessibilité et d’amélioration de performances techniques des établissements. AU FIL DE L’YONNE/N°148 Un rôle multiple au sein des collèges Le Conseil départemental veut offrir des conditions d’accueil et de réussite optimales aux 16 000 collégiens icaunais. Cette exigence nécessite une dépense annuelle moyenne de 1 887 € par élève. Permettre le fonctionnement des établissements Les axes d’intervention obligatoires du Conseil départemental concernent pour l’essentiel les dotations de fonctionnement, l’équipement en matériel et mobilier, la gestion des personnels techniques et la restauration scolaire. Soutenir les actions éducatives et accompagner la réussite des élèves Le Département favorise l’éducation à la citoyenneté, à l’autonomie, l’accès aux actions culturelles, l’ouverture au monde et la sensibilisation au développement durable. Il co-organise ou soutient le concours de la Résistance, le concours scientifique Ramène ta science, le programme Collège au cinéma, le programme Projets culturels des collèges ou bien encore le festival des chorales académiques et le projet Angles de vue (1). Définir les secteurs de recrutement Le Conseil départemental partage avec l’État la compétence de la carte scolaire. Il a la charge d’arrêter la localisation des collèges, de définir leurs secteurs de recrutement et de fixer leur capacité, tandis que l’affectation des élèves et la détermination des moyens pédagogiques relèvent de l’Inspection académique. L’évolution des effectifs Globalement, les effectifs des collèges publics connaissent une tendance à la baisse soutenue ces dernières années avec la perte de 179 élèves en trois ans. Toutefois, de grandes disparités sont constatées en fonction des territoires. Lors de la dernière rentrée scolaire, 23 collèges publics ont vu leur effectif diminuer. Les capacités de l’agglomération auxerroises sont excédentaires et les effectifs scolarisés sur ses quatre collèges devraient passer de 2 200 à 2 000 élèves à l’horizon 2024. En revanche, neuf collèges voient leur effectif en hausse. C’est le cas notamment du parc des Chaumes à Avallon, des deux collèges de Migennes, de celui de Noyers-sur-Serein, des collèges Champs Plaisants et Stéphane Mallarmé à Sens, et du collège de Villeneuve-sur-Yonne. Au nord du département, les projections démographiques démontrent un besoin supplémentaire d’accueil de collégiens dans les dix ans à venir. Actuellement, une étude d’implantation d’un collège au nord de l’agglomération sénonaise est en cours. (1) Découverte et appropriation du patrimoine local avec le numérique.
BOUCLER LE TOUR de Bourgogne LE CONSEIL DÉPARTEMENTAL POURSUIT L’AMÉNAGEMENT DE LA VÉLOROUTE DANS LA TRAVERSÉE DE L’AUXERROIS, ENTRE CHAMPS-SUR-YONNE ET GURGY NORD. PARCE QU’ELLES CONSTITUENT DE VÉRI- TABLES ATOUTS TOURISTIQUES, les véloroutes se développent partout en France et en particulier en Bourgogne Franche Comté. La région est concernée par quatre itinéraires comportant une portion plus ou moins grande dans l’Yonne  : le Tour de Bourgogne à vélo, Migennes - Montereau (liaison vers Paris), La Charité-sur-Loire - Troyes et la Scandibérique (Norvège - Paris - Espagne). Les communautés de communes sont également des acteurs importants qui peuvent apporter un cofinancement, porter leurs propres projets ou même assurer le rôle de maître d’ouvrage. Le Tour de Bourgogne à vélo représente 800 km d’itinéraire cyclable. La partie icaunaise s’étend de Coulanges-sur-Yonne à Migennes en longeant notam ment le canal du Nivernais, puis de Migennes à Aisy-sur- Armançon le long du canal de Bourgogne. L’itinéraire est actuellement aménagé sur 45 km depuis Coulanges-sur-Yonne jusqu’à Champs-sur-Yonne, et sur 76 km depuis Saint-Florentin jusqu’à Aisy-sur- Armançon. 21 KM EN ENROBÉ Réalisés sous maîtrise d’ouvrage du Conseil départemental, les travaux ont repris le 20 mars dans la traversée de l’Auxerrois entre Champs-sur-Yonne et Gurgy (21 km). Le financement de cette opération estimée à 2,083 millions d’euros HT est assuré par le Conseil départemental, la Communauté d’agglomération de l’Auxerrois, le Conseil régional, les fonds européens et le contrat de plan État-Région. « L’objectif est d’arriver à Auxerrexpo en 2018, explique Christophe Bonnefond, vice-président du Conseil départemental en charge des Infrastructures et des travaux. Nous pourrons ainsi aller d’Auxerre à Clamecy à vélo. Cette année nous réaliserons également la tranche Saint-Florentin – Esnon. » Contrairement à la partie auxerroise réalisée en enrobé (pour permettre la circulation des rollers et d’un trafic de vélos plus important), la partie tonnerroise est recouverte d’un revêtement simple. « Les véloroutes attirent de nombreux touristes, poursuit Christophe Bonnefond. Et pour un territoire rural comme le nôtre, doté de nombreux lieux touristiques et d’un beau patrimoine, il est important de pouvoir terminer cette infrastructure. » La première tranche a concerné la liaison entre Champs-sur-Yonne et Augy, soit environ 2,1 km. Une piste de 200 m a été créée parallèlement à la route départementale jusqu’à l’entrée de la commune d’Augy. Xavier Morize



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :