[89] Au fil de l'Yonne n°147 mai 2018
[89] Au fil de l'Yonne n°147 mai 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°147 de mai 2018

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général de l'Yonne

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 4,5 Mo

  • Dans ce numéro : une nouvelle saison pleine de surprises !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
12 ÉCLAIRER mode d’emploi Améliorer la qualité de l’eau Le département de l’Yonne compte 270 captages pour l’alimentation en eau potable. Bon nombre d’entre eux rencontrent des problèmes de qualité avec des dépassements des seuils autorisés pour les nitrates ainsi que les pesticides. 99% des captages prélèvent une eau d’origine souterraine, les autres étant des prises d’eau de surface (lac et rivières). Le Conseil départemental est engagé dans la démarche de préservation et d’amélioration de la ressource en eau. Deux services peuvent apporter conseil et assistance aux collectivités éligibles. Qu’est-ce que le Satep (Service d’animation territoriale eau potable) ? Le Satep intervient auprès de collectivités en charge de la production de l’eau pour les assister dans la réalisation d’études de bassin d’alimentation de captage et la mise en place de mesures axées sur la prévention des pollutions diffuses. AU FIL DE L’YONNE/N°147 Quelles sont ses missions ? Accélérer le déploiement des études de bassin d’alimentation de captage ; Assister les collectivités maîtres d’ouvrage pour la mise en œuvre des études et la mise en place des actions de prévention agricoles et non agricoles ; Suivre la mise en œuvre des mesures du programme d’actions ; Assurer la cohérence des programmes d’action portés par les collectivités compétentes en matière de production d’eau potable. Comment ça marche ? Le Satep est à la disposition des collectivités territoriales. Il intervient également en animation auprès des collectivités selon un programme de priorités défini annuellement avec les partenaires que sont l’Agence de l’eau Seine Normandie, la Direction départementale des territoires, l’Agence régionale de santé et les structures animatrices agricoles sur les territoires. L’intervention du Satep est prise en charge conjointement par l’Agence de l’eau Seine-Normandie et le Conseil départemental. Qu’est-que le Satese (Service d’assistance technique aux exploitants de stations d’épuration) ? Le Satese apporte aux collectivités éligibles une assistance technique dans le domaine de l’eau en visant l’amélioration des installations de traitement des eaux usées, tant sur leur fonctionnement que sur leur conception. Il est certifié ISO 9001 et accrédité COFRAC pour les prélèvements d’eaux usées. Quelles sont ses missions ? Réaliser un diagnostic partagé des ouvrages existants ; Réaliser l’autosurveillance réglementaire ; Conseiller sur l’exploitation des filières de traitement des eaux usées et proposer des améliorations des ouvrages ; Apporter une assistance à la programmation de travaux ; Former les élus et les personnels exploitant en régie ; Rédiger le règlement d’assainissement et les conventions éventuelles de raccordements des industriels. Qui est concerné ? Sont éligibles les communes rurales disposant d’un potentiel financier inférieur à 1,3 fois le potentiel financier moyen des communes de 5 000 habitants, et les établissements publics de coopération intercommunale de moins de 15 000 habitants à majorité rurale éligible. PLUS D’INFOS Tél  : 03 86 34 61 20 ou satep@yonne.fr ou satese@yonne.fr
« C’EST DUR DE SE RETROUVER "en insertion" » APRÈS DEUX CONTRATS CHEZ SITAPHY À AUXERRE, MARIE LEMENOREL A TROUVÉ UN EMPLOI À DURÉE INDÉTERMINÉE. MARIE LEMENOREL TRANSPIRE L’ÉNERGIE ET L’INTELLIGENCE. Couturière en ameublement dans une première vie, elle décide après un licenciement économique de se réorienter et entre, à 47 ans, en formation pour devenir assistante d’architecte. Après un cursus de quatre ans réussi ‒ bac pro avec une certification ‒, elle intègre le marché du travail. « Je rêvais de trouver un emploi dans ce domaine », se souvient-elle. Mais elle se heurte à un premier préjugé  : l’âge. « J’avais 51 ans et je n’avais pas d’expérience. » Aucune porte ne s’entrouvre. Elle touche l’ASS (allocation de solidarité spécifique)  : « Ça a été cruel. Je voulais tellement faire ce pourquoi je m’étais investie pendant quatre ans que je me sentais humiliée. Je les ai versées mes petites larmes… J’aurais pu vraiment tomber au fond du gouffre car c’est dur à 51 ans de se dire  : j’ai fait tout ça pour me retrouver en insertion… » « Insertion », le deuxième préjugé auquel elle a été confrontée  : « On est jugés. Mais de quel droit ? C’est la méconnaissance des parcours de vie de chacun. » Marie Lemenorel voit une annonce indiquant que l’atelier chantier d’insertion Sitaphy à Auxerre (1) a un poste à pourvoir. De « ce n’est pas juste d’en arriver là » à « je me suis convaincue que c’était un tremplin », elle remonte la pente grâce à la bienveillance du personnel encadrant. « Il y a des exigences, mais c’est fait dans la douceur À l’atelier chantier d’insertion Sitaphy, qui fabrique des objets en bois, Marie Lemenorel a exercé les fonctions de chantourneuse puis d’assistante technique. et l’accompagnement proche donc on a envie de progresser. » Sortie de Sitaphy, elle effectue des missions d’intérim par l’intermédiaire de l’entreprise d’insertion Id’ées intérim, puis un remplacement en aide à domicile. Avant de retourner chez Sitaphy  : « J’étais en recherche d’une personne que je pouvais accompagner sur un poste d’assistant technique et j’ai pensé à Marie », explique Florence Aubert, la coordinatrice. Arrivée en fin de ce nouveau contrat d’un an, une belle opportunité se présente  : « Une de mes collègues cherchait une encadrante pour son atelier d’insertion et je lui ai dit que j’avais une personne parfaite », raconte Florence Aubert. Depuis septembre 2017, à 57 ans, Marie Lemenorel est encadrante en CDI chez Amidon 89. Laissant derrière elle le troisième préjugé auquel elle a souvent eu affaire dans sa vie. Car comme tous les salariés en insertion ou permanents de Sitaphy, elle a une reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé (RQTH). Mais il y a beaucoup de handicaps qui sont si bien cachés… qu’on ne les voit pas ! Nathalie Hadrbolec contact@nathalie-hadrbolec.com (1) Le Conseil départemental intervient à hauteur de 382 000 € auprès des 11 chantiers d’insertion permanents de l’Yonne. Xavier Morize Expert depuis 15 ans à Auxerre ACHAT DʼOR MONNAIES ANCIENNES PIÈCES OR ET ARGENT, LINGOTS BILLETS, MÉDAILLES, MONTRES NOUVEAU MAGASIN 37, rue de Paris à AUXERRE Tél.  : 03 86 34 45 47 Ouvert le lundi matin 9h-12h et du mardi au vendredi 9h-12h15 et 14h-18h30 sur rendez-vous. RCS AUXERRE 832 472 112 03 86 18 83 20 5 rue Louis Renault 89000 AUXERRE



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :