[89] Au fil de l'Yonne n°146 avril 2018
[89] Au fil de l'Yonne n°146 avril 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°146 de avril 2018

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général de l'Yonne

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 4,5 Mo

  • Dans ce numéro : le budget 2018 au service de l'Yonne et des ses habitants.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 18 - 19  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
18 19
18 PARTAGER les cantons à la carte MARIE-AGNÈS ÉVRARD ET FRANÇOIS BOUCHER, CONSEILLERS DÉPARTEMENTAUX DE MIGENNES, RENFORCENT L’ATTRACTIVITÉ DE LEUR CANTON AVEC DE NOUVEAUX ÉQUIPEMENTS ET DES PROJETS STRUCTURANTS. « DES PROJETS pour le territoire » « C’est le rugby qui nous a rapprochés au départ, explique Marie-Agnès Évrard. Nous étions tous les deux sur le terrain, si j’ose dire. François jouait dans la même équipe que mon époux, et moi, je les encourageais le long de la ligne de touche. » Ce n’est donc pas la politique, mais le sport qui, il y a trente-cinq ans, a réuni les deux conseillers départementaux du canton de Migennes… « Marie dit vrai, c’est le côté humain qui nous a d’abord rassemblés, rapporte François Boucher. La AU FIL DE L’YONNE/N°146 politique est venue après, avec des idées et des sensibilités communes. Aussi, à l’heure de la parité, je me suis tout naturel lement tourné vers elle pour constituer ce binôme complémentaire que nous formons aujourd’hui. » Et c’est en tant qu’élus de terrain qu’ils mènent leurs principaux dossiers. « Avec Marie, nous sommes enracinés sur notre territoire et nous nous retrouvons sur des valeurs communes. Nous sommes au plus proche de notre population, à l’écoute de ce que souhaitent les habitants, et 10 communes Xavier Morize nous préparons l’avenir du canton. » C’est bien connu, à Migennes, c’est le cœur qui parle. Et c’est avec ce même cœur que les deux élus mènent à bien les projets utiles au canton. « Avec François, nous travaillons pour attirer des entreprises, des familles, des médecins…, indique Marie-Agnès Évrard. Nous en avons besoin. De nombreux projets allant en ce sens vont bientôt voir le jour, à l’image de l’hôtel restaurant qui va prochainement sortir de terre, de la construction du futur cinéma, de notre projet de maison de santé, encore du nouveau groupe scolaire Marcel Pagnol… » UNE SITUATION GÉOGRAPHIQUE CENTRALE Équiper le territoire, le rendre le plus fonctionnel possible, et ainsi, (re)doper l’économie migennoise qui doit pouvoir profiter d’une situation géographique départementale centrale, comme l’explique François Boucher  : « Au centre du département, à 150 km de Paris, 65 km de Troyes et 70 km de Montargis, le positionnement géographique de notre canton est particulièrement stratégique. Au confluent de l’Yonne, du canal de Bourgogne, de la voie ferrée (gare de Laroche-Migennes) et de l’autoroute A6, ce petit canton par la taille n’en possède pas moins de nombreux atouts, à commencer par son industrie. » Une industrie performante avec des noms tels que Charlatte, Benteler Automotive ou encore Sicarev. Pour autant, le canton n’échappe pas au chômage… « Il faut l’avouer, la législation actuelle, notamment au niveau du RSA (1), ne nous aide pas question chômage. Certains considèrent cela comme un droit acquis, un revenu sans contre-partie. L’Assemblée nationale doit changer tout cela… et la région anticiper la formation sur le besoin des entreprises. Cela dit, entre notre proximité parisienne et notre capacité à sortir des projets attractifs, je nous sais capables d’attirer 137,20 16 298 KM 2 habitants
une population créatrice de richesse et pas seulement consommatrice. Une population, des familles qui pourront compter sur des structures d’accueil de qualité pour leurs enfants (crèches, haltes-garderies, centres de loisirs), une communauté éducative dynamique dans nos deux collèges Paul Fourrey et Jacques Prévert, avec l’exemple de la démarche Prépare ton brevet de pilotage s’inscrivant dans notre projet de ville, sans oublier l’offre associative culturelle et sportive conséquente. » Et d’idées, le Migennois n’en manque pas… « François a raison, plus nous monterons de projets structurants, plus nous accueillerons une population créatrice d’économie. Nous faisons tout pour. C’est l’exemple de notre offre de logements dits « sociaux », confortables et adaptés aux jeunes, seuls ou en couples, aux familles, et même à l’accueil de nouveaux médecins. C’est l’exemple encore, avec l’intercommunalité, de notre parc d’activité en mesure d’accueillir de nouvelles entreprises. Et c’est bien sûr un soutien et un appui aux secteurs économiques existant tels l’agroalimentaire, la génétique bovine, l’économie équine... Ajoutez à cela notre projet de faire venir le passe Navigo jusqu’à nous, tout est entrepris pour le développement de notre canton et par conséquent celui de l’Yonne. » L’Yonne, un département souvent taxé de retardataire par rapport à l’aménagement numérique de ses territoires, mais les choses s’inversent. « Ce retard, explique Marie-Agnès Évrard, incombait aux opérateurs qui, avouons-le, ne trouvaient pas notre département assez rentable. Aujourd’hui, et grâce à sa forte présence industrielle, Migennes va être le premier canton de l’Yonne à bénéficier de la fibre, et ça, c’est vraiment une bonne nouvelle. » Une excellente perspective dont se félicitent les deux conseillers migennois. « La fibre chez l’abonné, c’est une sacrée force supplémentaire pour notre canton. On prend dix ans d’avance. Quant à cette question de retard, avouez que c’est incompréhensible, j’irai jusqu’à dire, inadmissible, de voir que les opérateurs qui ont la concession, ne financent pas intégralement le réseau ! » Christophe Lemeux christophe.lemeux@yonne.fr (1) Revenu de solidarité active. MIGENNES TALENTS D’ICI PARTAGER LE SALON MIGENNES COLLECTOR LA TÊTE DANS LES ÉTOILES Passionné de cinéma et de bande dessinée, Marc Poyet décide en 2005 de créer un salon qui, cette année, a attiré 7 500 visiteurs de toute la France et au-delà. Il faut dire que le créneau a ses fans  : ciné, séries télé, BD. Ancien président de l’association 501st French Garrison, consacrée à Star Wars, Marc Poyet a ramené cette idée des États- Unis. Si d’autres manifestations de la sorte existent maintenant en France, le salon Migennes collector a « un côté provincial et familial qui sort des sentiers battus et où tout est facile d’accès, tant au niveau tarifaire que du contact avec les acteurs invités ». 80 exposants étaient présents les 24 et 25 février derniers, et les visiteurs passionnés venus nombreux en costumes ont pu repartir avec des produits dérivés rares. www.migennes-collector.fr Jean-Renaud Tourneur CHICHERY Xavier Morize FESTIVAL K-COW PHONIES  : MUSIQUE, GRAFFITI EN LIVE ET PRODUITS LOCAUX En 2009, une bande de copains musiciens de Chichery lance la 1 re édition d’un festival « parce qu’il y avait peu de scènes pour les musiques actuelles, particulièrement pour les formations amatrices » se souvient Pierre Jacquinot, le président de l’association +2zik. Neuf ans après, le festival K-Cow Phonies rassemble sur deux jours, et en plein air, près de 4 000 personnes, avec un concept attirant tous les publics  : une variété la plus large possible de styles musicaux, du graffiti et de la peinture en live, des expos, des spectacles de rue, de cirque… et un engagement en faveur de l’économie locale (plat cuisiné, assiette végane et même frites maison !) et de l’écologie. À noter aussi des concerts toute l’année, comme le 14 avril à la salle des fêtes. www.plus2zik.org AU FIL DE L’YONNE/AVRIL 2018 19



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :