[89] Au fil de l'Yonne n°145 mars 2018
[89] Au fil de l'Yonne n°145 mars 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°145 de mars 2018

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général de l'Yonne

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 3,8 Mo

  • Dans ce numéro : promenade littéraire sur les pas de Colette.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 18 - 19  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
18 19
18 PARTAGER les cantons à la carte SYNERGIE, INTERACTION ET COMPLÉMENTARITÉ, TROIS MAÎTRES MOTS QUI GUIDENT L’ACTION CONJOINTE DE FRANÇOISE ROURE ET NICOLAS SORET, LES DEUX CONSEILLERS DÉPARTEMENTAUX DE JOIGNY. « DES SYNERGIES À CRÉER » « Dans l’Yonne, on devrait faire un carton ! » Françoise Roure pose les choses. Les deux élus joviniens en veulent, comme on dit, et les idées ne leur manquent pas quand ils parlent de leur canton, du département de l’Yonne. « Mais pour cela, il faut que l’on apprenne à travailler différemment, poursuit Nicolas Soret. Le Département n’a plus les moyens de faire seul et il doit accepter l’idée d’œuvrer avec les autres, les intercommunalités et la AU FIL DE L’YONNE/N°145 Région. Ça commence tout juste, il faut insister, sortir de nos prés carrés et favoriser les connexions entre nos collectivités. » L’élu argumente et donne des exemples, la question de l’emploi et du RSA (Revenu de solidarité active) en premier lieu. « Des synergies sont à créer. Prenons le RSA. Pourquoi les élus départementaux, sous couvert du secret professionnel bien sûr, n’auraient-ils pas accès à la liste des bénéficiaires de cette allocation que 15 communes notre collectivité finance ? Nous pourrions ainsi créer des ponts entre les entreprises de nos territoires, qui ne trouvent pas tel ou tel employé, et le bénéficiaire lui-même à la recherche d’un emploi. » Des propos confortés par Françoise Roure qui évoque le monde viticole. « Des dizaines d’emplois restent non pourvues. L’offre ne rencontre pas la demande. Croisons nos listes, nos informations, alors nous serons en mesure de faire le lien entre l’offre et la demande. » Croiser les informations… Un autre exemple avec la situation des personnes âgées. « Le Département fait des audits chez les personnes âgées et évalue leur degré de dépendance, reprend Nicolas Soret. Combien de fois, et parce que l’on estime que son habita tion n’est Xavier Morize 254,97 18 742 KM 2 habitants
pas équipée pour son autonomie, la personne se retrouve en structure adaptée ? En intercom mu nalité, nous avons un dispositif d’aide à la transformation de l’habitat aux fins d’y maintenir les personnes âgées. On transforme la maison, on descend la chambre de l’étage au rez-dechaussée, etc. Si nous avions accès à toutes ces évaluations, nous travaillerions au plus près de la demande et nous soulagerions les Ehpad (1) … C’est cela la synergie. » UN DÉPARTEMENT QUI A TOUS LES ATOUTS Et quand les préoccupations d’un canton rejoignent celles du département, l’habitat s’invite. « Notre réseau ferré aidant, de jeunes familles, pour des raisons d’économies, quittent la région parisienne pour s’installer sur notre territoire, explique Françoise Roure. Or là aussi, l’offre ne répond pas à la demande. » Nos centres-villes, médiévaux, sans jardin et sans place de parking, se vident… « Et quand une ville ne propose pas une offre de logement adaptée à la demande, elle laisse la place aux marchands de sommeil qui font n’importe quoi et maltraitent les familles les plus fragiles, reprend Nicolas Soret. Le permis de louer ins tauré à Joigny et à Saint- Julien-du-Sault est de nature à lutter contre ces personnes sans scrupules. » Impossible pour les élus, aux portes d’or de la Bourgogne, de ne pas parler du tourisme. « Comme le dit Françoise  : on devrait faire un carton ! Nous avons tout  : la proximité de Paris, le patrimoine, la nature, les voix fluviales, l’aménagement en cours des berges pour les marcheurs et les vélos… » Mais l’Yonne peine, selon Françoise Roure, à attirer et à garder ses touristes. « Nous ne sommes pas assez visibles. Fédérons tous les acteurs du tourisme et revoyons notre communication. Pourquoi le département de l’Yonne n’est-il pas visible à Paris ? Là encore sortons de nos prés carrés… Redevenons une collectivité du faire. » Fédérer, créer des connexions, des synergies entre les collectivités, les deux élus en sont convaincus, c’est ainsi, selon eux, que l’Yonne tirera profit de ses nombreux atouts. Christophe Lemeux christophe.lemeux@yonne.fr (1) Établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes. JOIGNY TALENTS D’ICI PARTAGER CUDOT SAINT-LOUP-D’ORDON SAINT-MARTIN-D’ORDON UNE MJC DES CHAMPS Lorsque la présidente, Monique Vergnaud, crée en 1995, avec quelques bénévoles, une MJC, c’est pour répondre à une demande pour les enfants du village qui sont obligés de parcourir des kilomètres pour faire de la gym. Aujourd’hui, la MJC du regroupement Cudot, Saint-Loup-d’Ordon et Saint-Martin-d’Ordon compte 130 adhérents, « qui peuvent pratiquer chaque soir plusieurs activités, sportives ou musicales, et c’est complet ! ». Zumba, randonnée, guitare, chorale, sorties…, toutes les activités sont proposées pour les enfants comme pour les adultes, en mixant l’intérêt de ces découvertes et le mélange des générations. « Les activités sont encadrées par des professionnels et leur organisation repose sur les épaules des bénévoles pour animer notre monde rural. » UN LABEL ESPOIR DU FOOTBALL La formule est énoncée simplement pour être reçue clairement  : « On dit d’abord bonjour et après on parle de foot. » Pour le président de la section football de l’Union sportive de Joigny, Patrick Sabatier, l’importance d’obtenir de bons résultats ne peut pas aller sans une éducation au vivre ensemble et au savoir-être. Le 3 e club de l’Yonne avec ses 355 licenciés, des moins de 7 ans aux vétérans, vient de se voir attribuer le « label espoir de la Fédération française de football, qui récompense aussi bien la qualité de l’encadrement qu’un projet pédagogique adapté ». Afin de diffuser et « de faire émerger des comportements plus responsables, plus solidaires et plus écocitoyens » chez les jeunes, le club souhaite aussi se tourner vers les classes de 6 e et 5 e du collège Marie-Noël. Nathalie Chappaz natali.cha@free.fr Nathalie Chappaz Nathalie Chappaz AU FIL DE L’YONNE/MARS 2018 19



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :