[89] Au fil de l'Yonne n°143 déc 17/jan 2018
[89] Au fil de l'Yonne n°143 déc 17/jan 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°143 de déc 17/jan 2018

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général de l'Yonne

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 4,5 Mo

  • Dans ce numéro : des idées pour se faire plaisir !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 20 - 21  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
20 21
20 22 23 21 Nathalie Chappaz TERRITOIRE Talents d’ici Sarah Monier Restaurer n’est pas rénover La restauration d’œuvres d’art demande un travail important de recherche et exige une déontologie. Un casque avec ses lunettes loupe sur le front malgré ses 28 ans, la restauratriceconservatrice pose sa main, qu’elle doit avoir sûre, gantée d’une mitaine et munie d’un fin pinceau, sur le bois du chevalet avant de se lancer dans son minutieux travail. Un peu à la manière d’un athlète de haut niveau qui jaugerait de la puissance de l’effort à fournir avant de s’élancer. Sarah Monier « comble les manques » d’un portrait sur un tableau de 17 centimètres par 13. Comme elle peut travailler sur des peintures murales dans des édifices en Bourgogne, dans le nord et l’est de la France, elle choisit de s’installer à son compte voilà cinq ans dans l’Yonne, à Sens, une région que cette Franc- Comtoise apprécie. C’est en voyant un documentaire à la télé que, collégienne, elle a le déclic, « un coup de cœur pour Le showroom est plongé dans le noir. La musique enveloppe le spectateur. Sur 8 mètres de large et 2,50 de haut, des images montent et démontent des décors issus du réel ou du virtuel. On ne sait plus trop. Les frontières entre ces deux mondes se fondent. Le président fondateur d’IDXPROD, Yannick Davouse, a monté une « agence de communication très polyvalente ». Outre le conseil au client, « la coconstruction d’un message », la start-up Au fil de l’Yonne - décembre 2017 - janvier 2018 # 143 ce métier, au-delà du cliché de celui qui travaille avec son pinceau ». Son Master de conservation restauration des biens culturels lui fait découvrir toute la palette de ce qu’il faut maîtriser avant d’arriver à ces coups de pinceau. « C’est très diversifié, on touche à l’histoire de l’art, aux sciences, au travail artisanal, aux recherches, à la documentation. La restauration dépend de l’état de conservation de l’œuvre, mais aussi de la vision qu’en a le client, qui peut être très affective, et c’est ce que j’aime. » Sarah Monier parle d’un travail de « réintégration picturale. Une restauration doit être la plus discrète possible. Elle doit être discernable du vrai, sinon c’est un faux. C’est pour IDXPROD cela qu’on travaille avec des produits différents de ceux utilisés par les Beaux-Arts  : le vernis qu’on utilise par exemple, ne jaunit pas. Une restauration a une valeur archéologique, elle est faite à titre informatif. On ne rénove pas, on restaure, car on doit respecter le vécu de l’œuvre. » UNE START-UP ICaunaise Les technologies repoussent les limites d’une communication, entre expérience immersive et réalité augmentée. puise dans les nouvelles technologies pour servir les objectifs à atteindre. Le graphisme, la photographie, les prises de vues au sol sont naturellement utilisés, mais également les vues à partir d’un drone, le motion-design, la modélisation et l’animation 3D, la photogrammétrie, utilisée par exemple pour servir les architectes dans la restauration d’un bâtiment ancien, les hologrammes, les projections grand format sur des façades… On parle alors « d’une stratégie multicanal », d’expériences immersives, de réalité augmentée. « Notre polyvalence technique est associée à une bonne compréhension des comportements des consommateurs. La scénographie, c’est une grande partie de notre expérience, notre singularité. » IDXPROD a notamment réalisé le concept pédagogique du Clic store pour le CIFA (Centre interprofessionnel de formation d’apprentis) de l’Yonne. Dans une simple salle de cours, sept univers de vente différents, du magasin de sport de 2 000 m² à un salon du vin, peuvent être projetés « pour offrir une expérience Nathalie Chappaz Sarah Monier  : 06 77 19 91 27 E-mail  : sarah.monier@gmail.com Sur facebook Lijah Sarah Monier Paintings Restoration immersive collective haut de gamme unique ». Originaire des Vosges, l’ancien ingénieur généraliste, qui a été directeur multisite sur plusieurs continents, a posé ses valises à Auxerre pour se rapprocher de ses enfants. IDXPROD, qui compte désormais trois salariés, devrait passer à cinq prochainement, et fait appel à des prestataires aux compétences variées « pour monter l’équipe la plus pertinente selon le projet. L’Yonne est une pépite. J’ai aussi monté l’association Yonne Numérique pour fédérer toutes les compétences numériques. On a tous à gagner à travailler ensemble. L’individualisme ne mène à rien. » IDXPROD, showroom, 105, rue des Mignottes, 89000 Auxerre. Tél.  : 06 95 64 32 54. Plus d’infos www.idxprod.com Nathalie Chappaz natali.cha@free.fr
Nathalie Chappaz Germinal Des militants visionnaires La saga icaunaise de l’enseigne pionnière dans le bio et l’équitable affiche sa grande forme avec l’ouverture d’un quatrième point de vente, à Perrigny. Et la même volonté de soutien aux filières locales. Lambiance du magasin Germinal de 500 m² flambant neuf est plus proche de celle d’un coquet marché couvert. Ici, pas de linéaires qui ânonnent leurs gammes de produits sur des dizaines de mètres. Il y a de l’espace autour du mobilier en bois douillet (1). Et même un îlot pour des cours de cuisine, ou une pause thé ou café. Une véritable aubaine chez ce chantre du goût et autres sens à faire pétiller. Avec une proposition de 8 500 références, en frais, traiteur, épicerie, vrac, qu’il s’agisse d’alimentaire, de cosmétiques, ou de produits d’entretien. Les deux bancs de fruits et légumes, forcément de saison, attirent l’œil et attisent la curiosité. Il ne faut pas oublier de récupérer une recette dans la brouette, pour s’offrir un premier plaisir de l’esprit avant celui de l’estomac, comme celle du velouté de potimarron aux châtaignes et graines de courge grillées… C’est bien l’idée fondatrice de Germinal dans l’Yonne, voilà plus de 40 ans. Penser avec la tête pour prendre soin des corps et parler au cœur. Benoit Gaussens, co-directeur avec Cyril Aubry, parle de « militants qui ont appris à devenir des commerçants en restant fidèles à leurs valeurs. C’était dans les années post-68 et la prise de conscience que le schéma Quatre magasins dans l’Yonne agricole mis en place à la suite du remembrement avait conduit à un système industrialisé intensif et chimique. Des familles se sont regroupées pour prôner une alimentation plus saine et créer la première coopérative d’achats groupés. Véritable enseigne icaunaise, nous allons même au-delà du cahier des charge bio, en respectant la saisonnalité des produits, une priorité donnée au local et au commerce équitable permettant d’assurer des revenus décents aux producteurs. Nous sommes une société anonyme à forme coopérative de consommateurs. Le capital est réparti sur ses sociétaires. » Manger moins parce qu’on mange mieux, responsables, informés, des produits qui ont plus de goût, plus nutritifs, chez Germinal on reste loin du bio-business. Redonner du sens à ce que l’on consomme, « pour son bien et celui de la planète. C’est un outil commun. Au consommateur de faire ses choix. » Nathalie Chappaz natali.cha@free.fr (1) Conçu par l’entreprise Mobil Wood de Cravant. Plus d’infos www.germinalwebdoc.com Cette coopérative de consommateurs indépendante a été créée en 1974 sous forme associative dans une ferme à Saint-Georges, avant de déménager à Auxerre. En 1996, elle fonde, avec d’autres coopératives en France, le réseau national Biocoop, dont elle reste adhérente. En 1980, ouverture d’un 2 e magasin à Tonnerre, puis d’un 3 e à Sens en 1986. En 2017, ouverture de la première boucherie artisanale bio et locale du département sur le site de Sens ; et du 4 e magasin, dans la zone commerciale des Bréandes, à Perrigny. Ces quatre surfaces de vente emploient 80 salariés, auront généré en 2017 un chiffre d’affaires de près de 12 millions d’euros, avec 400 clients en moyenne par jour. 16 000 sociétaires sont également adhérents à Germinal. 03 86 18 83 20 5 rue Louis Renault 89000 AUXERRE Vidange fosses Curage réseaux Inspection vidéo Dégazage cuves Intervention rapide et soignée



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :