[89] Au fil de l'Yonne n°142 novembre 2017
[89] Au fil de l'Yonne n°142 novembre 2017
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°142 de novembre 2017

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général de l'Yonne

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 4,1 Mo

  • Dans ce numéro : les agents mobilisés toute l'année.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
06 07 Photos  : Xavier Morize LE GRAND FORMAT SÉCURITÉ. Le Conseil départemental veille en toutes saisons à maintenir les meilleures conditions de circulation possibles sur le réseau routier dont il a la charge. GESTION DES ROUTES  : Une surveillance du réseau été comme hiver Sur la RD 965 entre Mézilles et Saint-Fargeau, la machine UHP (ultra haute pression) parcourt méticuleusement les quatre bandes de roulement (les traînées formées par les pneus dans les deux sens de circulation), tandis que des agents du Conseil départemental effectuent la signalisation du chantier et règlementent la circulation pour la sécurité de tous. Le Département fait appel depuis deux ans à une technique innovante pour se débarrasser du ressuage (bandes noires constituées de liant ressorti de la chaussée lors de fortes chaleurs)  : l’hydrorégénération. « La machine projette de l’eau à 2 500 bars et réaspire la matière ainsi décapée et l’eau, explique Erwan Merlet, conducteur de travaux chez Neovia. Il n’y a pas de rejet de matière et la chaussée peut être réouverte très rapidement. Ensuite, nous retraitons les déchets solides et liquides. » L’opération Au fil de l’Yonne - novembre 2017 # 142 s’effectue au rythme moyen d’un kilomètre de bande de roulement traité par heure. La technique de l’hydrorégénération présente un double avantage  : elle permet de débarrasser les chaussées de ces plaques pouvant s’avérer glissantes sans avoir à renouveler l’enduit ou l’enrobé, et ainsi de prolonger leur durée de vie. « Nous sommes dans une logique de préservation du patrimoine, explique Sylvain Seigneur, directeur général adjoint en charge du pôle Patrimoine, Aménagement du territoire et Systèmes d'information. Nous recherchons toutes les solutions qui permettent d’offrir aux utilisateurs des routes des conditions de circulation optimales et d’inscrire dans la plus grande durée les revêtements que nous avons mis en place. » Toute l’année à l’écoute des routes Les 4 850 km de routes, de même que les 1 531 ouvrages d’art (ponts, mur de soutènement, tunnel de Saint-Moré), font l’objet d’une surveillance régulière de la part des agents du Conseil départemental. Les principales pathologies de chaussée rencontrées sont le ressuage, les nids de poule (des déformations arrondies assez creuses), les fissures longitudinales ou transversales, le faïençage… À chaque problème, une solution est apportée, en interne ou par une entreprise extérieure. Le rebouchage des nids de poule est ainsi effectué en régie par les agences territoriales routières ; les enduits, certains enrobés, les glissières et le marquage au sol par l’Agence territoriale routière spécialisée d’Appoigny. Un dispositif spécial en hiver À partir du 24 novembre et jusqu’au 16 mars, les agents du service routier départemental se mettent à l’heure de la viabilité hivernale. Un vaste ensemble
LE DÉPARTEMENT INSCRIT DANS LA DÉMARCHE « ZÉRO PHYTO » Dès 2007, après le transfert des services de la DDE (Direction départementale de l’équipement) au Département, les pratiques liées à l’utilisation de produits désherbants ont évolué vers une démarche éco-responsable  : interventions limitées au traitement des îlots directionnels et sous glissières, traitement avec du matériel adapté et un seul produit, arrêt des produits anti-germinatif, formation des applicateurs et des acheteurs pour obtenir l’agrément Certiphyto. Lors de la mise en œuvre de la démarche qualité en 2009 (une certification obtenue et confirmée depuis chaque année), l’objectif affiché était d’aboutir à zéro phytosanitaire. Depuis 2013 il n’y a plus d’achat de produits phytosanitaires. Des techniques de substitution sont employées  : brosses métalliques sur balayeuse aspiratrice, essais de machine à eau chaude, suppression des îlots et terrepleins centraux et remplacement par du marquage avec de la peinture à l’eau. de moyens humains et matériels est opérationnel pour faire face aux intempéries (verglas, neige, congères) pouvant perturber la circulation. Le dispositif de surveillance, de prévention et de traitement est actif 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7, grâce à des patrouilleurs, chefs d’opérations, veilleurs qualifiés… Au total, une centaine d’agents sont en astreinte durant cette période. Les routes sont traitées selon trois niveaux de service, selon leur catégorie. Routes d’intérêt régional, économique ou stratégique important  : 24 heures sur 24. Routes reliant les principales agglomérations  : 24 heures sur 24 après les interventions sur le réseau précédent. Routes desservant les chefs-lieux de communes à partir des réseaux prioritaires  : entre 7 h 30 et 17 h les jours ouvrables. Durant l’hiver dernier, 32 jours d’intempéries ont été recensés (1) et 50 jours de patrouilles comptabilisés. La carte « Yonne routes », qui permet d’adapter chacun de ses déplacements en fonction des conditions de circulation mises à jour en temps réel, a été consultée plus de 22 000 fois. Elle est cette année encore accessible sur le site du Conseil départemental. Nathalie Hadrbolec contact@nathalie-hadrbolec.com (1) 5 jours de neige, 21 jours de verglas, 3 jours de pluie verglaçante et 3 jours de brouillard givrant. Carte « Yonne routes » des conditions de circulation hivernales et carte des niveaux de service disponibles sur www.lyonne.com LE GRAND FORMAT Les saleuses prêtes à être installées sur les camions, à l’agence territoriale routière spécialisée d’Appoigny. LA RENOUÉE DU JAPON, UNE MENACE POUR LA BIODIVERSITÉ De grandes tiges aériennes tachetées de rouge, de larges feuilles vertes ovales-triangulaires, des grappes de fleurs couleur blanc-crème… le tout dans une forte densité  : la rénouée du Japon, une plante invasive originaire d’Asie, représente aujourd’hui une menace pour la biodiversité sur l’ensemble du territoire français. Du fait de ses facilités d’adaptation et de son développement rapide, elle colonise tous les sites et « étouffe » la végétation autochtone. Un centimètre de rhizome lui permet de proliférer sur un nouveau site ! Depuis deux ans, le Conseil départemental recense l’ensemble des sites infestés le long de son réseau routier et surveille leur évolution. Pour éviter sa propagation, la plante n'est plus fauchée par les épareuses. Elle n’est coupée que là où elle présente un risque pour la sécurité des automobilistes. Le département mène également une expérimentation pour réduire les massifs. EN CHIFFRES 210,63 km de routes départementales renouvelés, soit  : 29,11 km d’enrobés 161,72 km d’enduits 19,80 km d’enrobés coulés à froid 394 agents au service des routes (service routier, service études et travaux, atelier poids lourds et achats magasin) (Chiffres 2017 au 30 septembre) Au fil de l’Yonne - novembre 2017 # 142 A. Bellina - FREDON Bourgogne



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :