[89] Au fil de l'Yonne n°141 octobre 2017
[89] Au fil de l'Yonne n°141 octobre 2017
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°141 de octobre 2017

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général de l'Yonne

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 4,5 Mo

  • Dans ce numéro : bien vieillir dans l'Yonne.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
12 13 L’ACTU DU CONSEIL DÉPARTEMENTAL SOLIDARITÉS. Le principal passeport de Sébastien Blin, confié au Conseil départemental à l’âge de 11 ans, est une bourse d’études du legs Sebillon. En route pour l’Argentine ! Sébastien Blin avait 11 ans, en 2006, lorsqu’il a été confié au Conseil départemental et placé avec son petit frère dans une famille d’accueil. « Nous connaissions déjà Pascale et Jean-Michel Dupont car Mme Dupont était présidente de la MJC de Saint-Juliendu-Sault, dont nous fréquentions le centre de loisirs. Rester à Saint-Julien-du-Sault nous permettait aussi de conserver nos habitudes  : nous n’avons pas changé d’école et nous restions proches de notre sœur, majeure, qui y résidait également. » Le jeune Sébastien trouva chez eux un foyer, avec « soutien et encouragements » dans ses études, et décrocha son brevet puis son bac ES avec mention. « Nous étions les premiers enfants qui leur étaient confiés et ils se comportaient avec nous comme avec leurs propres enfants », exprime-t-il avec beaucoup de reconnaissance et d’affection. Tous ensemble partageaient « les fêtes de famille, les vacances en Bretagne, au ski, en Suisse… nous faisions tout avec eux ». UN ENGOUEMENT POUR L’ESPAGNOL Son bac en poche, en 2014 Sébastien Blin part à Lyon en licence économie gestion, avec un parcours économie espagnole. « Au lycée j’étais dans une section Au fil de l’Yonne - octobre 2017 # 141 européenne espagnole parce que cette langue m’intéressait et c’était l’occasion d’en faire plus  : j’avais des cours d’histoire géographie sur les pays hispanophones, d’économie et de social en espagnol. Les professeurs m’ont passionné. Cette licence est une continuité et un avantage pour partir à l’étranger. » La deuxième année s’est cependant avérée difficile car le jeune homme a dû travailler en parallèle de ses études  : « Nous étions trois colocataires dans l’appartement et une est partie, ce qui nous a mis dans une situation financière compliquée. J’ai trouvé un emploi de caissier en supermarché les samedis et dimanches et parfois en semaine, mais malheureusement je n’ai pas eu mon année et j’ai redoublé. » LE LEGS SEBILLON COMME SÉSAME Sébastien Blin vient d’entamer sa 3 e année qu’il passera… à l’université de Bahía Blanca, une ville de la province de Buenos Aires, en Argentine. Il s’est envolé le 28 juillet vers son rêve. « C’est un des premiers pays que j’ai découvert au lycée en section européenne et j’ai accroché pour sa culture, ses traditions, ses paysages… À un contrôle, j’avais eu 19 sur 20 et c’était resté dans ma tête qu’un jour je devais aller en Argentine. » Le projet est devenu réalité grâce aux bourses d’études attribuées par le Conseil départemental (1). Le premier objectif de l’étudiant  : « Devenir bilingue, l’un de mes rêves ». Et bien sûr décrocher sa licence, validée par la moyenne générale de l’année. Sa famille d’accueil ne quitte pas ses pensées  : « C’est mon pied-à-terre dans l’Yonne maintenant. Ils sont caution pour mon appartement, pour le crédit que j’ai fait pour avancer mes frais de billet d’avion et d’installation, et je leur ai donné procuration sur mes comptes… Avant de partir, ils m’ont donné l’argent qu’ils comptaient m’offrir à Noël et à mon anniversaire ! » De quoi être fiers de lui, mais aussi d’eux… Nathalie Hadrbolec contact@nathalie-hadrbolec.com (1) En complément des dispositifs de droit commun, le Conseil départemental peut attribuer des aides sous forme de bourses renouvelables et complétées le cas échéant par le legs Sebillon. Cette disposition qui existe depuis 1988 est destinée à aider des jeunes confiés, qui poursuivent des études supérieures ou qui s’engagent dans une carrière artistique ou sportive. Xavier Morize
La cuisine est son domaine. Tous les jours sauf le mercredi, Émilie Juchat arrive au collège Gaston Ramon de Villeneuve-l’Archevêque à 6h. Commence alors pour elle une matinée d’épluchage, râpage ou découpage de légumes (le tout à la main), de confection de repas, de service au self et de rangement à l’issue du dernier service. À 16 h sa journée se termine et elle rentre chez elle, à 5 km de l’établissement. 6 h c’est tôt, mais elle est ravie de cet emploi du temps  : « Avant j'étais employée dans un restaurant à côté de Sens, tandis que maintenant je suis proche de la maison. Je ne travaille pas le week-end, nous sommes en vacances toutes les six semaines… J'ai eu beaucoup de chance de trouver ce poste ici il y a cinq ans. » Émilie Juchat remplit les fonctions de chef de cuisine en lieu et place de l’agent titulaire du poste, en arrêt longue maladie. Avec sa collègue Nathalie Proyart, elle prépare chaque jour le repas de plus de 300 collégiens. « Nous nous entendons très bien donc nous travaillons dans une bonne ambiance, même si la tâche est ardue et que nous devons rivaliser d’ardeur pour offrir un accueil de qualité aux collégiens. » Nathalie Piquet, qui effectue la plonge le midi, leur apporte son aide le matin en préparant les fromages et en coupant le pain. FAVORISER LES CIRCUITS COURTS L’ACTU DU CONSEIL DÉPARTEMENTAL PORTRAIT D’AGENT. Émilie Juchat prépare les repas des élèves demi-pensionnaires du collège Gaston Ramon de Villeneuve-l’Archevêque. « Les voir contents me fait plaisir » VEILLER À L’ÉQUILIBRE ALIMENTAIRE Les menus sont élaborés avec l’aide de l’application web MyEcoMenu, mise à disposition après formation de toutes les demi-pensions des collèges par le Conseil départemental. Cet outil effectue une analyse nutritionnelle et veille à l’équilibre alimentaire. C’est lui par exemple qui interdit de proposer des frites chaque semaine… « Les menus sont prévus sur cinq semaines et validés par un diététicien. Nous cuisinons tout, avec la volonté de faire goûter les aliments aux enfants. Mais l’adolescence n’est pas le meilleur âge pour ça  : si les 3 e sont un peu plus ouverts, les 6 e et les 5 e préféreraient ne manger que des pâtes et du riz ! » Lors de la semaine du goût, avant les vacances de Noël ou les jours précédant le brevet, Émilie Juchat élabore des menus spéciaux. Dans le restaurant scolaire, elle communique avec les élèves pour qu’ils découvrent l’équilibre alimentaire, tout en se faisant plaisir et en respectant la nourriture et le travail de l’équipe  : « Si les plus grands me demandent de prendre fromage et yaourt, généralement j’accepte parce qu’ils ont besoin de manger. Mais s’ils volent, ils reposent. Ils ont compris maintenant… » LUTTER CONTRE LE GASPILLAGE De même que dans de nombreuses restaurations scolaires, le collège de Villeneuve-l’Archevêque dispose d’une « table de partage »  : lorsque les élèves ne mangent pas leur yaourt, fruit ou autre, ils le posent dessus et un camarade peut se servir. Le collège est également doté d’une centrifugeuse qui permet de faire des jus avec les fruits abîmés. Le gaspillage alimentaire est une vraie réflexion au sein des établissements scolaires, et un « gaspimètre de pain » a été un temps installé pour compter le nombre de baguettes jetées à la fin de la semaine. Cette démarche permet de sensibiliser les élèves et d’ajuster les pratiques au quotidien. Nathalie Hadrbolec contact@nathalie-hadrbolec.com Le Conseil départemental incite depuis plusieurs années les restaurations collectives des collèges et plus récemment des maisons de retraite à favoriser l’approvisionnement local. Une démarche est en cours pour introduire des productions locales au catalogue du groupement d’achat public Nord Bourgogne (GRAP) — voir notre article paru dans le n°140 de septembre 2017. Les agriculteurs icaunais sont invités à répondre à un questionnaire portant sur leurs productions actuelles et leurs projets de diversification (en ligne sur le site du Conseil départemental www.yonne.fr rubrique « territoire/politiques territoriales/agriculture »). Des actions de sensibilisation aux produits locaux sont également organisées dans les établissements. Au fil de l’Yonne - octobre 2017 # 141



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :